J’ai cédé sur mes droits juste pour me marier et je le paie cher !

Khaoula, 39 ans, cadre en entreprise, est divorcée et mère de 3 enfants. Il en a coûté à cette jeune femme d’avoir été conciliante, juste pour se marier. Voici son histoire. 

«Je tiens absolument à faire savoir, de par mon expérience, qu’un homme avec un job qui ne casque pas lourd pour s’établir dans une union légale et qui ne prend pas en charge son foyer, ne respectera jamais sa conjointe. Je rajouterai aussi de fuir comme la peste tous les hommes qui tenteront de vous baratiner sur le fait que les règles traditionnelles du mariage sont obsolètes.

Cherchez ailleurs, ceux-là ne vous méritent pas! Je suis la preuve formelle pour en avoir subi les douloureuses suites! 

Jeunes filles, femmes, je vous en supplie, visez haut, ne vous dévalorisez pas pour une histoire de changement de statut. Je vous le garantis, vous ne gagnerez jamais en estime et/ou en sécurité affective en facilitant les choses à un homme ou en vous bradant. Rappelez-vous que toutes les règles du mariage instaurées par les anciens, mariage qui somme toute est un projet de vie commune pour fonder une famille avoir des enfants, toutes ces règles sont loin d’être vieux jeu ou archaïques! Bien au contraire! Il s’agit de divines protections pour toutes les femmes contre la trahison, l’arnaque et j’en passe et des meilleures!  

Ruineront votre destin, votre âme et votre cœur, en premier lieu votre désir de vous caser à tout prix mais aussi tous ceux qui l’auront compris et qui compteront sur vous pour les entretenir, ceux qui vous prendront pour une poire, et ceux qui feront des calculs sournois avec vos revenus ou même avec votre héritage. Attention, la liste ne s’arrête pas là! Méfiez-vous parce que tout projet de vie commune nécessite d’avoir les pieds sur terre, d’ouvrir toutes ses capacités extrasensorielles, de ne faire aucun compromis sur ces règles préétablies du mariage. Evitez à tout prix d’être anesthésiée par vos rêves, vos illusions, ou des mensonges, auquel cas vous risquez de le regretter amèrement tout en en faisant subir les conséquences à vos enfants.  

Revenons donc à cet individu que j’ai épousé et qui aujourd’hui me fait boire la coupe jusqu’à la lie. Je l’avais rencontré par hasard à une fête où je n’avais même pas envie de me rendre. Je n’avais pu me résoudre malheureusement à ignorer les milliers de messages de mes amies qui me sommaient de me pointer. C’est durant cette soirée qu’une alchimie soudaine mais certaine m’avait portée dans les bras de celui qui allait devenir le père de mes enfants.

En toute sincérité, lui n’avait songé qu’à s’amuser. Moi aussi sans aucun doute, sauf que mon foutu égo allait exploser après qu’il n’ait plus donné signe de vie. Ma monumentale première erreur avait été de chercher à reprendre contact avec lui et, comme si ce n’était pas assez, de lui courir après par la suite.  

Il était revenu sur sa décision de m’oublier après un acharnement incroyablement assidu de ma part pour débloquer cette situation. Comme il est difficile à l’instant «t» de faire appel à sa raison ou de se remettre en question pour son propre salut. Mais non! Ensuite, nous nous sommes fréquentés un bout temps et des erreurs j’allais en accumuler…

Malgré le fait d’avoir réalisé en toute conscience que ce lien ne correspondait en rien à mes attentes, j’avais quand même dit «oui» à sa demande précipitée en mariage. Erreur! Je m’étais entendue dire «oui» aussi à toutes ses conditions. Notamment à celles de ne rien attendre de lui pour une fête et même pour une dot. Une autre de mes inadmissibles et regrettables erreurs, que j’avais défendue pourtant mordicus, face à mes parents consternés! En étant mère à mon tour, franchement, je ne me crois pas en capacité d’être un jour si conciliante. Je m’en veux tellement de les avoir blessés.  

Une fois installés en couple, je subissais le désintérêt total et absolu de mon mari pour tout ce qui concernait notre foyer. J’ignorais ces détails, hyper importants tout de même, pour m’activer toute seule à meubler notre maison et à nous offrir tout ce qui nous manquait. En égarée, il me semblait intelligent de clouer le bec aux cancans des gens sur mon couple et de laisser plutôt le temps jouer en ma faveur. Apparemment, cela n’importunait pas le moins du monde mon époux qui en plus contrôlait à la loupe mes revenus et mes dépenses. Alors que moi, je n’avais aucun droit de regard sur ses comptes bancaires et certainement pas sur ses projets professionnels. Il promettait toujours et seulement de s’occuper de l’avenir de nos enfants. La bonne blague! 

Oui, entre temps, j’avais mis au monde trois adorables enfants. Et, pour faire court, pendant que je me battais pour élever mes mômes et bosser comme une malade pour continuer d’assurer le quotidien, ce très cher en profitait pour se fabriquer une autre vie. Je ne voyais que du feu à son manège qui avait duré longtemps. Bien sûr, monsieur prenait d’infinies précautions pour ne pas éveiller mes soupçons. Ma «nya» avait dû causer de sacrés remous dans la conscience d’une de mes amies pour qu’elle se décide enfin à me faire part de ce qui se tramait derrière mon dos. Mais, naïveté ou pas, merci pour l’amitié, il était déjà trop tard. Tous les dés étaient jetés. J’ai aussi su dans la foulée que j’avais été trompée plus d’un million de fois. Les détails me sont tombés dessus comme une giboulée de printemps. Cette douche glaciale allait provoquer inévitablement l’imminente explosion d’un volcan dans mon existence. C’est peu dire que la lave du volcan allait tout cramer sur son passage.   

Après dix ans de mariage, c’est tellement dur de se rendre compte d’avoir été ainsi dupée par son époux. Tout ce que j’ai pu découvrir au sujet de cet individu que je ne reconnaissais plus mais avec qui j’ai eu trois enfants, m’a presque anéantie.

Le pire dans cette histoire c’est qu’il continue de se fiche complètement de son inadmissible comportement, tout en ne cessant jamais de médire de moi, pour porter atteinte à ma dignité. Pourtant c’est bien lui qui m’a trompée et qui a osé fonder une autre famille avec sa maitresse attitrée.

Sa nouvelle femme, elle, est bien plus avertie que moi la bardée de diplômes! Tout le monde a pu voir, grâce aux partages dans les réseaux sociaux, qu’il lui a offert une somptueuse fête de mariage. Aussi, qu’il semble très heureux de dépenser sans compter pour elle qui apparemment ne bosse pas et pour leur nouveau-né.

Voilà de quoi rouvrir les cicatrices! Mes impardonnables erreurs dont les séquelles continuent! Parce qu’il a fallu ramer longtemps et casquer en frais honoraires pour obtenir les droits de mes enfants et encore c’est loin d’être gagné.

Je n’ai plus rien à espérer de ce père et ex-mari indigne qui ne cesse d’utiliser des moyens douteux voire frauduleux tout le temps pour ne pas s’acquitter de ses devoirs légaux… Rien, sinon une justice divine !»

Mariem Bennani

Voir aussi

Je ne veux plus jamais d’associé !

Ghali 34 ans, salarié, est divorcé sans enfant. Ce jeune homme déconseille formellement toute association …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.