Flash Infos

La DG de l’UNESCO salue l’engagement de SM le Roi Mohammed VI pour la préservation du patrimoine culturel

La Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), Audrey Azoulay, a salué, lundi à Rabat, l’engagement de SM le Roi Mohammed VI pour la préservation du patrimoine culturel.

« La préservation de la vivacité du patrimoine doit beaucoup à l’engagement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI », a affirmé Mme Azoulay, qui s’exprimait à l’ouverture de la 17ème session du Comité intergouvernemental de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Elle a fait part, à cet égard, de ses remerciements « les plus sincères » à SM le Roi pour “l’engagement qui est le Sien en faveur de la culture, pour toute l’étendue du mandat de l’UNESCO, et plus généralement, pour l’action multilatérale au service de la paix”.

“Derrière chacune de ces pratiques, c’est tout un monde, toute une culture, qui se déploie”, a poursuivi Mme Azoulay, mettant en exergue “des siècles de connaissances, des échanges, de la mémoire incarnée, vivante et pratiquée”.

La France salue la qualité de la coopération sécuritaire entre Paris et Rabat et réitère son soutien au plan d’autonomie pour le Sahara

La Convention de 2003 est “parvenue en moins de deux décennies à donner une autre dimension et à réinventer la notion de patrimoine », a-t-elle, par ailleurs, relevé, se félicitant de la « forte » participation à cette session d’experts, de représentants d’ONG et d’institutions liées au patrimoine vivant.

“Lorsqu’on évoque le patrimoine désormais, on ne pense plus seulement à des monuments ou à des sites naturels mais également à cet autre patrimoine fondamental : celui des traditions, des fêtes, des gestes qui se transmettent de génération en génération et qui se cristallisent dans des pratiques sociales », a-t-elle fait observer.

Elle s’est dite « fière » que cette conception vivante du patrimoine soit devenue presque universelle avec 180 Etats faisant partie de la convention, ce qui a conduit, a-t-elle dit, de nombreux pays à adopter de nouvelles législations en la matière, notamment des politiques publiques « difficilement imaginables auparavant ».

Le choix du Maroc pour abriter la 17e session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel témoigne du rôle majeur du Royaume dans l’adoption de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Participation du polisario à la TICAD-8 | Les approximations et les contrevérités du MAE tunisien

Adoptée par la Conférence générale de l’UNESCO le 17 octobre 2003 et entrée en vigueur en 2006, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est un traité de l’UNESCO dont les objectifs sont la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et le respect du patrimoine culturel immatériel des communautés, des groupes et des individus concernés.

La séance d’ouverture de cette session, qui se poursuit jusqu’au 3 décembre, a été marquée par le message adressé par SM le Roi Mohammed VI aux participants, dont lecture a été donnée par le Secrétaire général du gouvernement, Mohamed Al Hajoui, en présence du Conseiller de SM le Roi, André Azoulay, du ministre de la jeunesse, de la culture et de la communication, Mohamed Mehdi Bensaid, et du représentant permanent du Maroc à l’UNESCO, Samir Addahre.

LR/MAP

Voir aussi

Sahara,Amérique latine,M24,Maroc

Projection à Buenos Aires du documentaire de M24 sur “Le conflit du Sahara en Amérique latine, des illusions évanescentes et des réalités éclatantes”

Le film documentaire réalisé par la chaine d’information marocaine M24 sous le titre « Le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...