Entretien avec Jalal Benchekroun, directeur général de AtlantaSanad Assurance

«Notre ambition est d’être l’assureur de référence au Maroc»

Entretien Avec Jalal Benchekroun

Réunis en Assemblée Générale Extraordinaire, le 25 septembre 2020, les actionnaires d’Atlanta et de Sanad, ont validé la fusion-absorption des deux compagnies qui appartiennent au Groupe.

La nouvelle entité, fruit de cette opération, a été dévoilée le même jour par son top management: le Président, Mohamed Hassan Bensalah, la vice-Présidente, Fatema Zohra Bensalah et le Directeur Général, Jalal Benchekroun.

Désormais, le nouveau champion du marché des assurances, qui affiche un chiffre d’affaires de 5 milliards de DH, s’appellera «AtlantaSanad Assurance».

Le point de cette fusion -qui s’inscrit dans le cadre du développement du Pôle Finance porté par la holding Holmarcom Finance Company- et ses objectifs, avec le DG Jalal Benchekroun.

Entretien

Le marché compte désormais une nouvelle compagnie d’assurance AtlantaSanad Assurance, fruit d’une fusion-absorption de Sanad par Atlanta. Cette fusion a été réalisée en un temps record (4 mois). Pouvez-vous nous expliquer le pourquoi et le comment de cette opération accélérée. Notamment, dans le contexte actuel marqué par la Pandémie ?

Effectivement, AtlantaSanad Assurance est la nouvelle compagnie du marché, fruit d’une fusion entre Atlanta et Sanad, deux compagnies qui cumulaient 170 ans d’expertise et qui faisaient partie du groupe Holmarcom depuis plus de 20 ans pour Sanad et depuis toujours pour Atlanta. A ce titre, nous étions constamment questionnés sur le pourquoi de maintenir deux compagnies d’assurances dans le groupe, d’autant plus qu’elles sont de la même taille et ont quasiment les mêmes produits et la même cible de clientèle.

Pour dire que l’idée de fusionner nos deux compagnies, n’était ni subite ni subie. Au contraire, opérer la fusion en 2020 était choisi et décidé depuis un moment. Cette opération entre d’ailleurs, dans le cadre de la restructuration du pôle Finance du Groupe Holmarcom dont la 1ère partie était annoncée en septembre 2019.

Vous comprenez donc, que depuis la fin de la 1ère partie de la restructuration, nous avons attaqué le projet de fusion. Il fallait affiner la vision et parfaire le cadrage du projet. C’est ce qui a été fait avant la tenue des conseils d’administration d’Atlanta et de Sanad le 12 mars 2020. L’annonce de la fusion devait avoir lieu juste après. Avec l’avènement de la crise sanitaire, nous avions le choix entre continuer le projet ou le reporter à une date ultérieure. Nous avons choisi de continuer en repoussant la date de l’annonce qui n’a pu se faire que le 1er juin dernier. De ce fait, nous n’avions plus que quatre mois pour acter la fusion et ce, dans des conditions aussi exceptionnelles que difficiles.

Les équipes des deux compagnies, du groupe ainsi que les différents consultants ont dû redoubler d’effort pour relever le défi et finaliser à temps l’ensemble des travaux des chantiers prévus dans le cadre du projet.  Aujourd’hui, nous pouvons être fiers du résultat et de nos équipes qui ont rendu cette fusion possible dans les délais et que je remercie à l’occasion pour leur travail formidable et leur implication inégalée.

Pourquoi un effet rétroactif de cette fusion qui comptera à partir du 1er janvier 2020 ?

La fusion a une date d’effet juridique qui coïncide avec la levée de toutes les conditions suspensives et l’obtention des autorisations requises ainsi que la tenue des assemblées générales extraordinaires des deux compagnies approuvant la fusion. Cette date d’effet juridique est le 25 septembre.  

Par ailleurs, il fallait choisir une date d’effet comptable que nous avons fixé au 1er Janvier 2020. Les exercices comptables des deux compagnies s’arrêtaient au 31 décembre et choisir une date autre que le 1er Janvier allait rendre l’exercice compliqué. En effet, il aurait fallu faire des arrêts de comptes au milieu d’exercice et démarrer la nouvelle compagnie avec un exercice tronqué. Le choix du 1er Janvier 2020 était donc le plus naturel et d’ailleurs c’est quasiment toujours le cas pour des opérations semblables.

L’AMMC a donné son aval à la nouvelle entité, l’ACAPS a acté la fusion en mettant fin à l’agrément de Sanad et autorisé le transfert de son portefeuille à Atlanta. L’Assemblée Générale Extraordinaire a approuvé l’opération. Après l’échange des actions, que reste-t-il…? Quelles priorités ?

Comme je viens de dire, le travail des équipes a permis à ce que la fusion soit actée le 25 septembre comme cela était prévu dès le départ. L’ensemble des autorisations requises ont été obtenues à temps et les conditions suspensives levées. AtlantaSanad Assurance a démarré officiellement ses opérations le 28 septembre avec des équipes soudées, un organigramme clair, un système d’information opérationnel et un réseau d’agents motivé. Par ailleurs, un nouveau portail a été mis à la disposition de notre réseau, la signalétique, les produits et l’ensemble de nos documents ont été mis à jour.

Toutefois, les ambitions d’AtlantaSanad Assurance sont très grandes. L’objectif est d’être l’assureur de référence au Maroc et ce, en apportant le meilleur service aux clients et aux intermédiaires (agents et courtiers) et en développant plus de services et produits répondant aux attentes des citoyens et des opérateurs économiques marocains. De ce fait, beaucoup de choses restent à faire pour répondre aux ambitions de la nouvelle compagnie mais la priorité reste le service au client qui doit être parfait.  

La prime de fusion (actif net-augmentation de capital) ressort à quelque 1, 95 milliard de DH. Quelle en sera l’affectation ?

Tout d’abord, il faut préciser que la prime de fusion provient de la valorisation de Sanad qui est restée dans les comptes d’Atlanta à la valeur d’acquisition historique depuis son acquisition. L’opération de fusion a permis de constater la plus-value latente accumulée pendant plusieurs années compte tenu du développement et des performances de Sanad.

Aujourd’hui cette prime de fusion vient renforcer les capitaux propres de la nouvelle compagnie AtlantaSanad Assurance. Le corollaire est une amélioration notable de la couverture de la marge de solvabilité qui permettra le développement de la compagnie en toute sérénité. Je rappelle à ce titre, que le niveau de couverture de la marge de solvabilité mesure à quel point les fonds propres peuvent faire face aux risques pris par la compagnie.

Mais vous avez prévu des investissements ?

Les deux compagnies Sanad et Atlanta ont fait un énorme effort d’investissement à l’occasion de leurs plans stratégiques Massar Attafaouk 1 (2015-2017) et Massar Attafaouk 2 (2018-2020). Ces investissements concernaient essentiellement le Capital Humain, les systèmes d’information et la digitalisation, le développement des réseaux et l’innovation (création des produits et services).

Après la fusion, et dans le cadre de son futur plan stratégique, AtlantaSanad Assurance prévoit de continuer sur cette voie en optimisant les investissements (plus besoin de faire des investissements en double) et en accélérant la transformation qui permettra d’atteindre les objectifs de la nouvelle compagnie.

Après cette fusion, AtlantaSanad Assurance, affiche un chiffre d’affaires consolidé de quelque 5 milliards de DH, devient la 2ème compagnie d’assurances en non-vie et a une part de marché de quelque 11%. Quels autres objectifs, ou quelles autres ambitions, aujourd’hui ?

Il va de soi que l’un des objectifs de la nouvelle compagnie est de continuer à augmenter le chiffre d’affaires et à gagner des points de part de marché. Cela passe d’abord par la consolidation de notre position post fusion sur le marché. Cela dit, notre ambition est d’être l’assureur marocain de référence et de contribuer avec nos confrères au développement de notre marché. Pour cela, nous travaillons sur une approche de proximité autant avec les assurés que les intermédiaires. D’ailleurs, notre signature reflète bien cette approche que nous adoptons en menant plusieurs chantiers à l’instar de la qualité et l’innovation dont nous ferons notre priorité.

Propos recueillis par B. Amrani

Voir aussi

Trois questions à Jean Paul Carteron, président fondateur du Forum Crans Montana

Trois questions à Jean Paul Carteron, président fondateur du Forum Crans Montana

Suite aux révélations du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.