Abdelhak Mazour, Directeur de l’aéroport Mohammed V de Casablanca

Abdelhak Mazour,Aéroport Mohammed V,Casablanca

Après plus de deux mois de fermeture, le Maroc a annoncé la réouverture de son espace aérien pour les vols à destination et en provenance du Royaume. Cette décision, entrée en vigueur lundi 7 février 2022, s’accompagne de mesures de contrôle strict au niveau des différentes plateformes aéroportuaires à travers le pays. A Casablanca, plusieurs mesures ont été mises en place pour accompagner cette opération. Le point avec Abdelhak Mazour, Directeur de l’aéroport international Mohammed V. Entretien.

«Nous adaptons les infrastructures aéroportuaires au contexte sanitaire actuel»

Le Maroc a rouvert son espace aérien aux vols au départ et à destination du Royaume. Comment se passe la reprise du trafic aérien  à l’aéroport Mohammed V de Casablanca?

Malgré la fermeture des frontières aériennes du Maroc qui a duré plus de deux mois, l’activité au niveau de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca n’a jamais été totalement interrompue. En effet, des aéronefs continuaient d’en décoller et d’y atterrir, dans le cadre de liaisons aériennes qui faisaient l’objet d’autorisations exceptionnelles délivrées au préalable par les instances gouvernementales.    

Comment vous vous êtes préparé à la reprise du trafic aérien international à destination du Maroc?

A l’annonce de la décision de reprise de l’activité et l’ouverture complète des frontières aériennes du Royaume, l’ensemble des partenaires au niveau de l’aéroport international Mohammed V ont tenu une série de réunions pour préparer cet événement et accompagner la décision de réouverture de l’espace aérien marocain. Dans ce cadre, une logistique pointilleuse a été mise en place. Ainsi, des équipements à la pointe de la technologie ont été installés à l’entrée de l’aéroport, ainsi qu’au niveau des espaces et terminaux de l’aéroport. L’objectif majeur est de fluidifier au maximum, le parcours passagers et permettre à la reprise du trafic aérien de se dérouler dans de parfaites conditions.

Le dispositif de contrôle des passagers a été renforcé au sein de l’aéroport Mohammed V. Quelles sont les étapes à franchir depuis la descente d’avion jusqu’à la sortie de l’aérogare?

Les conditions fixées par les autorités pour l’accès au territoire national sont de plusieurs ordres. De ce fait, tous les passagers doivent se soumettre à certaines règles et mesures sanitaires. Ces derniers sont ainsi tenus de justifier d’avoir reçu la dose booster du vaccin anti-Covid-19, si la deuxième dose remonte à plus de quatre mois. Pour les personnes n’ayant pas reçu leur troisième dose et qui se sont rétablies du Sars-Cov-2, elles peuvent quitter le territoire marocain par voie aérienne, en présentant leur ancien Pass vaccinal accompagné d’une attestation de guérison ou d’un test PCR négatif. Il convient de signaler que les voyageurs peuvent être soumis à des tests PCR, réalisés de manière aléatoire à leur descente d’avion. Au sein de l’aéroport Mohammed V de Casablanca, notre approche ne repose pas uniquement sur le volet de contrôle sanitaire, mais aussi et surtout sur la sensibilisation notamment au respect des consignes de distanciation physique et des gestes barrières, notamment le port du masque de protection et l’utilisation des solutions hydro-alcooliques mise à la disposition des usagers à l’intérieur de l’aérogare. Pour le même objectif, l’Office National des Aéroports (ONDA), a installé des écrans d’affichage, des panneaux d’information et mis en place une communication régulièrement actualisée via ses comptes officiels sur les réseaux sociaux. L’objectif final est de rendre, la plus agréable possible, l’expérience passager au sein de l’aéroport Mohammed V.

Lire aussi
** Casa-Paris : du nouveau à la RAM

Deux grands chapiteaux jouxtent l’aéroport Mohammed V. A quoi servent-ils?

En effet, nous avons procédé à l’installation de deux chapiteaux de 1.000 et 400 mètres carrés de surfaces respectives. Ces deux espaces sont dédiés exclusivement à la réalisation de tests PCR nasopharyngés et salivaires, qui permettent de diagnostiquer toute infection au Coronavirus chez les voyageurs, avant qu’ils soient pris en charge en fonction de la gravité des symptômes qu’ils présentent. Tous les passagers qui débarquent à l’aéroport Mohammed V sont soumis à ces tests rapides effectués par les équipes du ministère de la Santé. Ces deux chapiteaux sont dotés des infrastructures nécessaires pour faciliter le travail des équipes médicales qui y travaillent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Avez-vous été confrontés à une quelconque réticence de la part des passagers qui auraient refusé de se soumettre aux tests PCR à leur arrivée à l’aéroport?

Au début, certains passagers refusaient de se soumettre aux tests anti-Covid-19. Je comprends parfaitement leur réaction. Grâce à la conjugaison des efforts de l’ensemble de nos partenaires et collaborateurs, nous avons réussi à surmonter cet obstacle. Aujourd’hui, tous les voyageurs font preuve d’esprit de collaboration. Notre priorité absolue est de préserver la santé et la sécurité des passagers et d’accompagner la réouverture du ciel marocain dans les meilleures conditions possibles, tout en adaptant les infrastructures aéroportuaires au contexte sanitaire actuel. J’espère que tout redeviendra comme avant au cours des prochains mois pour que nous puissions retrouver un niveau d’activité normale au niveau de tous les aéroports marocains. Cela ne pourra être que bénéfique pour le transport aérien de manière générale. La bonne nouvelle, c’est que depuis le 7 février 2022, l’aéroport Mohammed V a traité un flux journalier de plus de 8.000 passagers à l’arrivée et plus de 4.000 au départ, pour une moyenne de mouvement aérien de 56 vols à l’arrivée et 60 vols au départ de Casablanca. Je puis vous confirmer que la reprise de l’activité, au sein de l’aéroport Mohammed V de Casablanca, se déroule dans de parfaites conditions.

Propos recueillis par Mohcine Lourhzal

Voir aussi

variant delta au maroc

Dr. Tayeb Hamdi, chercheur en politiques et systèmes de santé

La propagation de nouveaux variants de Covid-19 notamment indien (Delta), suscite de plus en plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...