Aziz Akhannouch, Chef du gouvernement | «L’Etat accorde des subventions importantes pour compenser la hausse des prix»

Ils ont déclaré

L’augmentation des prix à la consommation au Maroc, a commencé bien avant la crise russo-ukrainienne. Cette situation est due, principalement, à une conjoncture économique internationale instable. Dans ce contexte, le gouvernement Akhannouch s’est mobilisé sur plusieurs niveaux.  Pour l’opposition, l’Exécutif doit faire preuve de plus d’audace.

L’Etat accorde des subventions importantes pour compenser la hausse des prix que connaissent certains produits sur le marché international, notamment énergétiques. Dans ce cadre, l’Exécutif consacre pas moins de 17MMDH pour subventionner le gaz butane, 14MMDH pour l’électricité, 600MDH par mois pour subventionner la farine de blé et 3MMDH par an pour le sucre. C’est ce qu’a indiqué le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, à l’issue de la réunion mensuelle des leaders de la majorité, tenue mardi 22 février 2022.  S’agissant de la hausse des prix du carburant, Akhannouch a promis de s’atteler à trouver des solutions aux problèmes auxquels font face, notamment les professionnels du transport routier de passager et de marchandises.

———————

Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Economie et des Finances

«Le Maroc dispose de mécanismes pour corriger les éventuels dysfonctionnements sur le marché national»

«Une batterie de mesures a été mise en place par le gouvernement pour limiter l’impact du changement du cours des prix sur le plan international et les spéculations au niveau du marché local», a fait savoir la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui. Répondant à une question écrite posée par le groupe RNI à la Chambre des représentants, l’argentière du Royaume a évoqué la mobilisation d’une subvention supplémentaire au profit des importateurs afin de garantir la stabilité du prix du blé et ses dérivés. Outre ces mesures, «le gouvernement veille à ce que tous les biens de consommation produits au Maroc, soient disponibles», a ajouté Nadia Fettah Alaoui. La ministre de l’Economie et des Finances a rappelé, dans ce sens, que «le Maroc dispose de mécanismes pour corriger les éventuels dysfonctionnements sur le marché national, parmi lesquels figure le Comité ministériel mixte chargé du suivi et du contrôle des prix».

Céréales : Une production de plus de 100 millions de quintaux

Fouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du budget

«Sans l’intervention de l’Etat, la situation aurait été beaucoup plus difficile»

Pour le ministre délégué chargé du Budget, la hausse des prix à la consommation au Maroc est due à la conjoncture internationale marquée notamment par la hausse continue des prix des céréales et des produits pétroliers. Face à cette situation, le Maroc a adopté une série de mesures, dont la suspension des droits de douane pour les importations de blé en deux périodes, de février à mai 2021 et de novembre 2021 à avril 2022.  S’exprimant à l’issue du Conseil de gouvernement du 18 février 2022,  Fouzi Lekjaa a précisé que sur une année normale, ces droits de douanes s’élèvent à 550MDH ce qui signifie que leur suspension entraine des pertes considérables pour l’Etat. Et le ministre délégué de rappeler que «sans l’intervention de l’Etat pour compenser la hausse des prix, la situation aurait été beaucoup plus difficile».

Le Maroc salue hautement l’objectif ambitieux de l’Arabie Saoudite d’atteindre la neutralité carbone en 2060

Mohamed Nabil Benabdallah, Secrétaire général du PPS (opposition)

«Il est urgent de viser, avec audace et courage, le secteur des carburants»

Le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a appelé le gouvernement à intervenir pour protéger le pouvoir d’achat des citoyens. Lors de la réunion de son Bureau Politique, tenue le 22 février 2022, le PPS a estimé que l’Exécutif doit trouver des solutions efficaces pour faire face à la flambée des prix, notamment en ce qui concerne le secteur des carburants. «Il est urgent de viser avec audace et courage le secteur des carburants pour limiter les marges bénéficiaires exorbitantes que les sociétés qui opèrent dans ce secteur accumulent, sans aucune considération à l’égard du pouvoir d’achat des citoyens et de la tension sociale qui peut en résulter», ont souligné les membres du Bureau Politique du PPS, parti d’opposition dirigé par Mohamed Nabil Benabdallah.

,

Voir aussi

La fermeture des frontières marocaines porte un coup de grâce au secteur du tourisme

Zoubir Bouhoute, expert en tourisme Un secteur à genoux, des employés en détresse, des enseignes …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...