Leïla Bennis Présidente de l’Association «Bouabate Fès»

Leïla Bennis,Bouabate Fès

«Nous mettons en lumière des talents pour inspirer notre jeunesse en mal de modèles marocains»

A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, l’Association «» organise le 11 mars prochain (2022), la 12ème édition de ses célèbres «Trophées », à Fès.

Un événement où l’Association rend hommage, chaque année, à des femmes marocaines qui se sont distinguées par leur parcours, ainsi qu’aux hommes –une particularité de l’Association- qui ont accompli une action significative en faveur de la femme. 

La fondatrice et Présidente de «Bouabat Fès», , nous parle à cœur ouvert de cette Association, ses objectifs, ses activités et des valeurs qu’elle défend.

Vous êtes la Fondatrice et Présidente de l’Association «». Pouvez-vous nous dire comment est née cette Association et avec quels objectifs ?

A l’origine de la création de l’Association «», il y a un peu de ma propre histoire… Native de Casablanca et ayant épousé le grand artiste Haj Mohamed Bouzoubaa, je suis arrivée à Fès. Ne connaissant pas grand monde, j’ai rejoint l’Association Fès Saïss, qui m’a confié en 2008 la Commission de la Femme. Notre objectif n’étant pas le militantisme au sens propre du terme, j’ai choisi de mettre en lumière des femmes qui seraient arrivées à de grandes fonctions, malgré «le plafond de verre».

C’est ainsi que nous avons commencé par rendre hommage à une dame, Benjelloun Leïla, Première présidente du Tribunal de Commerce de Fès. Nous lui avons rendu hommage à elle, à l’écrivain Fatima Sadiqi et à Meriem Safi, directrice de la Radio de Fès.

C’était une manifestation exceptionnelle !

Vous vous alors êtes fixé l’objectif de découvrir et d’honorer de nouveaux parcours, chaque année ?

Oui. Depuis que nous avons commencé cette action citoyenne, nous sommes heureux de découvrir chaque fois ces talents, ces réussites, cette originalité de la Femme marocaine. Notre association s’investit totalement pour faire la lumière sur ces parcours, pour que ces personnes soient des modèles pour notre jeunesse en mal de «modèles» marocains.

Pourquoi notre idole serait XXX ou YYY et pas Horani Mohamed, Meriem Bensalah, Lamia Tazi, Bahia Amrani… Ou toute autre de ces personnes dont nous découvrons chaque année le riche parcours ?

En définitive, nous devons à toutes ces personnalités de la reconnaissance pour leur engagement souvent au détriment de leur , de leur famille…

A toutes celles et ceux qui s’impliquent dans la marche du pays vers plus de développement et plus de réussite, comme le souhaite et y travaille sans relâche notre Valeureux Roi que Dieu L’assiste, nous exprimons notre fierté et notre amour à travers ce trophée «Fès Gate».

Vous organisez deux événements importants par an, dédiés à la femme. Le 1er à l’occasion de la journée internationale de la femme, le 8 mars ; le second à l’occasion de la journée nationale de la femme, le 10 octobre. Mais l’originalité de «Bouabate Fès, c’est de rendre hommage aux femmes d’exception et aussi aux hommes qui ont contribué au rayonnement de la femme. C’est bien cela ?

En effet, nous rendons aussi hommage aux hommes. L’idée est née à la fin de la 1ère édition des trophées Fès Gate, à laquelle étaient présents Mr le Wali Gherabi et Mr Fares, Président de la widadiya des juges du Maroc. En sortant, ils m’ont: et les hommes ? J’ai promis à Mr Gherrabi que j’avais en grande estime d’honorer un homme en 2009. C’est un peu pour cette raison que nous avons tenu à organiser la 2ème édition et honoré le premier homme, Abdelhak Lemrini.

Et depuis, vous organisez l’évènement «Fès Gate» chaque année ?

Nous en sommes à la 12ème édition, cette année (2022).

Dès le début, nous avons créé un Comité de sélection indépendant, avec les anciennes personnes honorées. Mais quand le Conseiller Mohamed Kabbaj a quitté Fès Saïss, nous aussi nous l’avons fait… Et le Comité de sélection est devenu le bureau de «Bouabate Fès» (Fès Gate).

Lire aussi
Fès Gate 2022 | «Bouabate Fès» rend hommage à des femmes et hommes d’exception

Depuis, chaque année, notre Association s’enrichit de nouvelles compétences. Nous avons alors créé le Club Fès Gate, où se retrouvent toutes les femmes qui ont été honorées.

Les Trophées Fès Gate du 8 mars, le Club Fès Gate des personnes qui ont reçu le Trophée… Au fil des années, les activités de l’Association «Bouabate Fès» se sont diversifiées. Vous avez aussi organisé «Le circuit vert féminin»… D’autres activités ?

En 2017, nous avons décidé de célébrer également la journée nationale de la femme marocaine le 10 octobre. Les femmes honorées en octobre sont essentiellement de Fès. Et cela a donné à notre Association une assise pour organiser d’autres événements dans l’année. Le Circuit vert féminin, en effet. Mais aussi «Chaabana» (fête traditionnelle qu’organisent les familles quelques jours avant le Ramadan), le Couscous de Yanayer (jour de l’an berbère, début janvier), des voyages, des invitations de personnalités pour présenter leurs ouvrages. Comme ce qu’on a fait avec Seddik Maaninou, My Abdellah Ouazzani, Ghislaine Chraibi….

Malgré la diversification des activités de l’Association, Fès reste centrale et une partie de ces activités lui est exclusivement consacrée. Le Trophée que vous remettez symbolise une porte, emblème de la ville de Fès. Un mot à ce sujet ?

Le Trophée symbolise bien la porte, emblème de la ville de Fès, en effet. Cela représente aussi le , la beauté, la et l’ouverture sur un avenir meilleur.

Quand je suis arrivée à Fès, je suis tombée amoureuse de cette part de notre , de notre marocanité, du raffinement et la créativité de la femme marocaine et fassie. Je suis contente que cet événement, organisé à Fès et qui est assez médiatisé, parle de Fès autrement que de «criminalité» ou autre…Et je me désole que notre ville de Fès ne soit pas assez mise en valeur, avec ses rituels et coutumes ancestrales. D’une part, pour la ville-même ; et d’autre part, pour la transmission. Il ne faut pas perdre ces valeurs, parce qu’elles apportent un apaisement à la société. Nous ne serons jamais Françaises ni Américaines. Et si nous ne sommes plus Marocaines, que deviendrons-nous ?

D’autres projets, après «» ?

Peut-être créer une synergie entre les deux  groupes, celui de Fès et le Club Fès Gate, avec des événements organisés à Fès ou ailleurs… On l’a déjà fait. La cérémonie de 2021 a été organisée dans notre cher Sahara, à Guelmim, sur invitation de Madame la Présidente de la Région Guelmim/Oued Noun, Mbarka Bouaida, qui avait été honorée en 2020.

Propos recueillis par BA

La Phrase

«A toutes celles et ceux qui s’impliquent dans la marche du pays vers plus de développement et plus de réussite, comme le souhaite et y travaille sans relâche notre Valeureux Roi que Dieu L’assiste, nous exprimons notre fierté à travers ce trophée Fès Gate».

———————

Le Comité de sélection de «Fès Gate»

Les Trophées «Fès Gate» sont remis, chaque année, en  hommage à des femmes marocaines s’étant distinguées par leur parcours et à des personnalités ayant accompli une action significative en faveur de la femme et qui œuvrent pour le développement du pays.

Le comité de sélection «Fès Gate» est lui-même composé de grandes personnalités, impliquées dans le rayonnement du Maroc.

Il s’agit de:

-Mostafa Faris, Ex-Président Délégué du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire et Premier Président de la Cour de Cassation

-Abdelhak Lemrini, Historiographe du Royaume

-Rachida Hlimi, Présidente du Tribunal de Commerce de Fès

-Fouzi Skali, Anthropologue

-Fathia Bennis, Présidente Directrice Générale de Maroclear

-Djamila Berrada, Membre fondateur de «Bouabate Fès»

Voir aussi

variant delta au maroc

Dr. Tayeb Hamdi, chercheur en politiques et systèmes de santé

La propagation de nouveaux variants de Covid-19 notamment indien (Delta), suscite de plus en plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...