Arganiculture : Lancement d’un projet de plantation de 10.000 ha

Arganiculture : Lancement d’un projet de plantation de 10.000 ha

Le coup d’envoi a été donné, à Agadir, à un projet de plantation de 10.000 ha de vergers d’arganiers, dans les zones vulnérables reparties sur huit provinces et préfectures relevant des régions de Souss-Massa, Marrakech-Safi et Guelmim-Oued Noun.

Le coût global de ce projet, qui vise à renforcer la capacité de résilience aux changements climatiques, est de l’ordre de 49,2 millions dollars financés par le Fonds Vert pour le Climat, à hauteur de 39,3 millions de dollars, avec un co-financement du Maroc de 9,9 millions de dollars.
La mise en œuvre de ce projet est assurée par l’Agence Nationale pour le Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA), en partenariat avec les représentations régionales et provinciales du département de l’agriculture, ainsi que le Bassin hydraulique Souss-Massa.
Outre la plantation de 10.000 ha de vergers modernes de l’arganier, dont 2.000 ha associés avec des plantes aromatiques et médicinale, le projet de Développement de l’Arganiculture dans les Zones Vulnérables -DARED- se base aussi sur l’appui aux organisations professionnelles des usagers de l’arganeraie producteurs de fruit et le renforcement de leur accès au marché, ainsi que le renforcement des capacités des acteurs, la gestion des connaissances et la promotion de la recherche.
Le projet qui s’étale sur une période de six ans et couvre les zones de la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie (RBA), s’inscrit dans son contexte national par l’intégration des composantes prévues dans le cadre du Plan Maroc Vert, en l’occurrence le contrat-programme relatif au développement de la filière «Argane».
Il répond ,également, à l’un des engagements du Maroc en matière de mesures d’adaptation aux changements climatiques, du fait que le programme d’arganiculture fait partie des NAMAs (Contribution Déterminée au Niveau National) proposés par le Maroc, dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies pour les Changements Climatiques (CCNUCC ), en vue de réduire ses gaz à effet de serre à 42% à l’horizon 2030.

HD

Voir aussi

Le Maroc suspend les droits d’importation du blé tendre et dérivés

Céréales | Le Maroc suspend les droits d’importation du blé tendre et dérivés

Le Conseil de gouvernement a adopté le projet de décret 2.20.922 relatif à la suspension …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.