8 mars : Ode à la femme à Mazagan

8 mars : Ode à la femme à Mazagan

A l’occasion de la ,   accueille, du 8 au 1, les œuvres des artistes et , consacrés à la femme.

Ainsi on trouve parmi les tableaux proposés par un tableau qui rassemble toutes les femmes d’ici et d’ailleurs qui ont marqué la mémoire de l’artiste: Touria Chaoui, Zoulikha Nasri, Assia El Ouadie… Mais également Rosa Park, cette Afro-américaine qui a refusé de céder sa place à une blanche, pendant la période de la ségrégation raciale qu’ont connue les Etats-Unis. A travers cette palette de femmes, c’est un hommage à toutes celles qui militent encore pour des causes nobles.

travaille aussi bien l’aquarelle et l’acrylique que l’huile sur toile. Mais pour l’artiste, l’expression n’est mieux définie que par la technique des doigts, qui est aussi sensuelle que subtile, d’où l’essentiel de son travail. Adepte de la peinture informelle sur sa toile, elle laisse agir la couleur, dont un affrontement à la lisière de chaque teinte. De subtiles transparences se créent dans des limites indistinctes. Accent d’un certain lyrisme, la couleur s’étend en attouchements colorés de part et d’autre, pour finalement se relâcher dans une verve toute personnelle, libre de toute contrainte…L’artiste fait de ses toiles une immense palette où se heurtent librement des pans de couleurs exaltées. Ainsi se construit son univers saisissant, tirant de lui-même sa lumière et sa justification.

L’artiste est également membre actif de l’association Al Bel’Art (Association Marocaine Artistique Multiculturelle), membre fondatrice de «Fous d’Art Group» et membre actif de La Colombe d’Espoir (Association Marocaine contre le cancer et pour l’entraide sociale). Mouna El Ouraoui a fait un parcours académique entre l’Ecole des beaux-arts de Casablanca et l’Ecole des beaux-arts de , de 1979 à 1982.

Lire aussi
Journée internationale de la femme | Ces femmes pour qui il est quasiment impossible de parler d’égalité…

L’exposition de intitulée «Pour elles»

«(…) De tous les temps et dans toutes les civilisations, la femme a été considérée comme un simple corps et réduite au statut d’objet. Cette objectivation la déshumanise et la dégrade. Ses points de vue, ses pensées, ses sentiments ne valent rien… Kant l’a si bien dit: ‘‘Aussitôt qu’une personne devient un objet d’appétit pour autrui, tous les liens moraux se dissolvent et la personne ainsi considérée n’est plus qu’une chose dont on use et se sert’’. Mes ‘‘Femmes’’ se soulèvent, crient à qui veut les entendre, pour que s’arrête cette chosification atroce. Mes «Femmes» vous disent:

– le corps se fane et se flétrit, mais jamais l’âme, ni le cœur;

– je suis libre malgré tout, car je vous donne la vie.

Mes femmes vous disent: arrêtez de juger mon corps. Mes Femmes vous disent ‘‘Mesdames, prenez possession de votre corps et soyez-en la seule et ultime maîtresse’’», lance .

L’artiste est membre de l’Association Nationale des Plasticiens Autodidactes, membre fondatrice de «Fous d’Art Group». Elle participe également à des activités caritatives…

Bouchra Elkhadir

Voir aussi

Forum mondial de l’éducation

Benmoussa | L’intérêt des élèves est au cœur de la redynamisation du système éducatif marocain

La redynamisation du système éducatif marocain se fait en plaçant les élèves au cœur du …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...