Maroc 2035 | L’essentiel du financement du nouveau modèle de développement

NMD,nouveau modèle de développement

Voici l’essentiel du financement du nouveau modèle de développement (NMD), qui requiert la mobilisation de ressources financières conséquentes pour son amorçage et sa mise en œuvre et appelle à une stratégie de financement volontariste, abordant ces dépenses additionnelles comme des investissements en vue de créer une dynamique vertueuse inclusive garantissant la soutenabilité.

– Le NMD est une vision d’avenir pour le Maroc à l’horizon 2035.
– Des financements publics additionnels de l’ordre de 4% du PIB annuellement en phase d’amorçage (2022-2025),
– Ce niveau des financements publics passera à 10% du PIB en rythme de croisière à l’horizon 2030.
– Des projets au cœur du Modèle, comme les cinq paris retenus, les réformes structurelles qui les accompagnent (eau, énergie, transport et logistique, numérique…), la transformation productive de l’économie, et le développement d’écosystèmes territoriaux (projets régionaux, fonds d’appui, pôles de recherche et formation, etc.…), auront besoin d’être lancés dès 2022 pour favoriser la création de valeur et d’emplois de qualité.

– Les chantiers principaux du NMD, du fait de leur portée transformationnelle favoriseraient la transition vers un nouveau palier de croissance annuelle du PIB pouvant s’établir à 6% en moyenne à partir de 2025 et à 7% à partir de 2030.
– La stratégie de financement du NMD prend appui sur cinq leviers structurants, faisant appel au financement public et privé, qui visent à amorcer les grands chantiers et qui devront être actionnés de manière concomitante :

Lire aussi
Le NMD capitalise sur les atouts du Maroc pour valoriser son potentiel économique et favoriser une activité industrielle durable

1- Une politique budgétaire alignée aux objectifs du NMD, actant les réallocations nécessaires au financement de ses chantiers transformateurs.

2- Une politique budgétaire agile, qui s’inscrit dans la dynamique de moyen-long terme que requiert tout modèle de développement.

3- Une politique fiscale plus efficace, à même de permettre la mobilisation de ressources supplémentaires, dont le potentiel est estimé entre 2 et 3% du PIB.

4- Une amorce rapide de la transformation structurelle de l’économie, à même de générer des ressources à moyen terme permettant la soutenabilité du modèle, et faisant appel à un rôle accru des EEP et du secteur privé national et international.

5- Des conditions propices pour l’accroissement de l’investissement privé national et international, à travers un cadre d’investissement attractif et la diversification des mécanismes et des systèmes de financement au service de la transformation économique.

LR/MAP

Voir aussi

France-Maroc,partenariats économiques

La France déterminée plus que jamais à renforcer ses partenariats économiques avec le Maroc

La France est déterminée “plus que jamais” à renforcer ses partenariats économiques avec le Maroc, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...