Ma femme de 14 ans…

Abdeladil, 25 ans, travaille à son compte. Il est marié et père de trois enfants. Ce jeune homme raconte qu’à l’âge de 14 ans, sa femme fuguait pour le retrouver… Mais le chemin était plein d’embûches… Voici son histoire.

«Quand j’avais décidé de me marier, j’étais jeune et ma femme l’était encore plus que moi. A 19 ans, j’avais déjà un job sûr et des ressources suffisantes pour m’installer en couple. Quant à mon épouse du haut de ses 14 ans, elle affirmait sans cligner des yeux être totalement accro à moi. Ce n’était pas du pipeau puisqu’elle osait s’enfuir de chez elle pour venir me retrouver en ville dans mon petit studio. Evidemment, il fallait s’attendre à ce qu’éclate le scandale. Notre situation était critique, ce pourquoi il était plus que nécessaire pour moi de trancher vite dans le vif. Alors, je déclarais fermement mon désir de me caser avec personne d’autre que cette petite qui m’adorait.

Dans ma famille, personne n’y avait trouvé à redire. Pareil pour la grand-mère de ma moitié qui souhaitait vivement mettre un terme définitif au comportement inconvenant de sa petite-fille. Malheureusement, c’est du côté légal que l’obstacle allait surgir. Clairement, on nous signifiait que nous ne pouvions être autorisés à établir un contrat de mariage. Ce fut pour nous une terrible chose que de voir tomber ce verdict. On le considérait comme étant injuste mais nous n’y pouvions rien. Pour ne pas sombrer dans la folie, j’avais dû disparaitre le plus loin possible. Et, j’abandonnais cette jeune fille, qui avait eu le courage de dire au juge qu’elle est était prête à se suicider si elle ne se mariait pas avec moi. J’ai laissé aussi tomber mon job et mon logement. J’avais été m’installer au sud du Royaume pour vivre à quelques mille kilomètres de distance avec la personne qui habitait mon cœur.

Je redémarrais à zéro dans un lieu où je ne connaissais personne. Sans nouvelles de ma famille et de celle que j’aimais, j’essayais de noyer mon chagrin dans l’alcool, la drogue et dans des aventures sans lendemain. Fatigué de cette cadence infernale et de vivre seul, je me mariais. Par obligation, j’avais dû mettre au courant ma famille. De cette reprise de contact, il s’était suivi l’impensable. Trois mois plus tard, alors que je m’apprêtais à livrer une cargaison, je recevais un appel de mon épouse qui me demandait de rentrer à la maison sur le champ. Elle disait que ma sœur était là et qu’elle souhaitait me voir. Pour une surprise, c’était une surprise de taille.

L’aubaine de revoir une de mes proches, me fit accourir fébrile. En rentrant, mon cœur avait failli me lâcher parce que ce n’était pas ma sœur qui m’attendait mais mon ex. Sans se préoccuper de la présence de mon épouse, cette gamine m’avait sauté au cou et m’embrassait. Le pire et que je ne voulais pas l’en empêcher. Cette soirée, pour tous les trois fut épouvantable. Après avoir été forcé de faire des présentations, je me suis retrouvé entre deux folles furieuses. Les deux me tiraient vers elles en hurlant que j’étais leur époux. A dire vrai, je m’en fichais de ne pas savoir comment les ramener à la raison, parce qu’au fond de moi j’étais tellement ému et heureux.

Par contre pour éviter à mon ex de graves ennuis, je n’avais pas eu d’autre choix que d’utiliser la force pour la trainer hors de notre maison. Aussi, je l’avais conduite, pour l’éloigner du malheur, dans un hameau avoisinant où vivaient les parents d’un collègue. Je m’étais mis d’accord avec ces gens très serviables, afin de la loger pour la nuit et de s’occuper de son retour. Avant de repartir, je lui avais longuement expliqué qu’elle risquait de compromettre mon divorce si elle s’entêtait à rester dans les parages. Je l’avais même menacée de ne pas tenir parole à la moindre incartade de sa part. Ce soir-là, je n’étais pas rentré chez moi. Je ne supportais pas d’idée d’user d’audace pour mentir à mon épouse, surtout que ma décision d’en finir avec ce lien était prise.

Le lendemain complètement ivre, je lui avouais que celle que j’aimais à la folie c’était mon ex. J’avais dessoulé direct en voyant la portée de mes aveux sur cette gentille et douce fille. Un monstre qui fulminait! Quand même, c’était dur à encaisser! La pauvre, je lui concédais ce droit de se défouler sur moi. Après le cirque, elle avait tenté de me faire changer d’avis en parlant de ce que pouvait me coûter un divorce. Ce fut en vain! Je m’étais préparé à cette éventualité en arrêtant de travailler, en ne rentrant plus du tout à la maison et en ne déboursant plus le moindre centime. En fin de compte, c’est elle qui avait plié bagage et qui avait demandé le divorce à l’amiable. Une fois l’annulation du mariage transcrite et enregistrée, je retournais dans mon bled où m’attendait ma vraie moitié.

Enfin, nous nous étions unis légalement, même si j’étais dans l’indigence totale et absolue. C’est par ailleurs la grand-mère de ma femme qui nous avait recueillis chez elle en attendant que je retrouve du travail. Mon bonheur ne s’est pas du tout arrêté en chemin puisqu’aujourd’hui je suis papa de trois adorables enfants. Aussi, je ne cesse de remercier la jalousie de mon amoureuse petite épouse de m’avoir dissuadé de quitter notre petite bourgade pour la grande ville. Il n’y a pas de doute, le fabuleux cadeau de la vie pour moi, c’est de savoir ma femme à mes cotés. Avec la somme de débrouillardises et de maitrise de mon métier, j’ai su saisir les opportunités qui m’ont permis de céder à ses caprices. Non seulement, nous nous sommes définitivement installés sur les terres de mes parents où j’ai fait construire notre petite maison, mais j’ai également ouvert dans le village un garage de mécanique de fortune où je peux fournir des pièces détachées d’occasion».

Mariem Bennani

Voir aussi

Tranches de vie Je suis heureux de ne plus voir cette mafia de faux mendiants !

Ghali, 72 ans, retraité, est marié et père de deux enfants. Cet homme qui vit …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.