Education | C’est à l’école que tout commence !

Education nationale,Préscolaire,Sports

Chakib Benmoussa, ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports.

Dans le domaine éducatif, objectif: secouer le cocotier, afin de garantir un accès équitable à un enseignement de qualité pour tous !

Les élections générales du 8 septembre 2021 ont abouti à la formation d’un nouveau gouvernement. La crise sanitaire due au nouveau Coronavirus (Covid-19) a fait que tous les regards sont aujourd’hui braqués sur certains secteurs, plus que d’autres, particulièrement celui de l’enseignement. Bien avant la nomination des membres du gouvernement Akhannouch, les pronostics allaient bon train sur l’identité de celui ou celle qui allait se voir confier le département de l’Education nationale. Le suspense va durer jusqu’au 7 octobre 2021, date à laquelle SM le Roi Mohammed VI installe les membres du nouveau gouvernement.

Le nouvel Exécutif se compose de 24 ministres, dont 6 femmes. Il allie profils jeunes et d’autres chevronnés. Parmi eux, Chakib Benmoussa. Grand commis de l’Etat, le nouveau ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports, est au fait des maux multiples dont souffre le secteur de l’enseignement au Maroc. Normal, n’est-ce pas Benmoussa qui a présidé la Commission Spéciale sur le nouveau Modèle de Développement (CSMD)?

Lire aussi
Mustapha El Khalfi, ministre chargé des Relations avec le parlement et Porte-parole du gouvernement

Il convient de rappeler que dans son rapport final remis au Souverain, le 25 mai 2021, la CSMD a accordé un intérêt particulier aux problèmes multiples dont souffre l’école marocaine et les moyens à-même de remédier à cette situation et permettre au secteur de l’Education nationale de prendre un nouveau départ. Dans l’objectif de rehausser la qualité de l’enseignement et la qualité de l’apprentissage, Chakib Benmoussa a annoncé, le 19 novembre 2021, plusieurs nouveaux critères de recrutement des enseignants, dont la limitation à l’âge de 30 ans pour pouvoir postuler. Une décision rejetée par les actuels enseignants qui dénoncent «une mesure injuste».

Pour eux, il s’agit d’une décision discriminatoire. La question reste donc ouverte quant à la suite qui sera donnée à ce dossier. Mais une chose est sûre, toute réforme passe nécessairement par quelques renoncements.

 ML

Voir aussi

professionnels,taxis,casablanca,Conseil Communal

Appel à la constitution d’un comité de suivi pour la promotion des professionnels de taxis

Le Conseil Communal de Casablanca a appelé à la mise en place d’un comité de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...