mardi 22 août 2017

Prisonniers marocains : Chantage du Polisario ?

Le Maroc n’a encore fait aucune annonce qui confirme la capture de 19 Marocains civils par le Polisario.

Mais l’information a été donnée par l’agence de presse française, l’AFP, qui a recueilli une déclaration de Mhamed Khadad, Coordinateur du Polisario auprès de la Minurso. Selon ce qu’il ressort de cette déclaration à l’AFP, ainsi que des développements livrés par le site El Pais, les faits seraient les suivants…

Dimanche 16 juillet au soir, des unités armées du Polisario auraient arrêté 19 civils marocains présentés comme «19 trafiquants de drogue qui ont traversé le mur». Il s’agit là, bien sûr, du mur de sable que le Maroc a érigé au Sahara pour délimiter ses frontières et en assurer la défense. Ces 19 captifs, qualifiés de «mules, faisant passer des paquets de haschich à travers le mur militaire marocain», auraient été arrêtés dans la région de Agchan Labiad, de l’autre côté du mur, dans une zone considérée comme étant sous contrôle du Polisario. Un de leurs véhicule 4×4, transportant la marchandise, aurait été saisi ; tandis qu’un second aurait réussi à s’échapper.

Passons outre les commentaires foireux de Mhamed Khadad, qui ne pouvait laisser passer l’occasion sans seriner ses accusations sans fondement, selon lesquelles c’est le Maroc qui serait responsable de «l’ampleur du trafic de drogue organisé en direction des pays voisins du Maroc et, au-delà, vers le Sahel et le Moyen-Orient» (rien que ça !) ; et que c’est un trafic «qui jouit de complicités au sein de l’administration et des hauts gradés marocains»… Dans ce cas précis, il affirme que ces 19 civils «ont franchi le mur avec la complicité des militaires marocains postés au niveau de la région de Guelta Zemmour, à une trentaine de km de la frontière mauritanienne»… 

Khaddad peut dire ce qu’il veut. D’une part, même s’ils sont insuffisants, les efforts du Royaume pour lutter contre le trafic de drogue sont reconnus par les instances internationales (comme l’Organisation internationale de contrôle des stupéfiants, l’OICS). D’autre part, le haschich -ou la résine de Cannabis- que le Maroc est accusé de produire en grandes quantités, est bien moins nocif (ve) que les psychotropes que produit son mentor algérien et dont il essaie de noyer le Maroc par sa porte orientale ! Mais là n’est pas la question qui retient l’attention aujourd’hui…

Ce que l’on aura noté, non sans consternation, c’est le curieux rapprochement qui a été aussitôt fait entre l’arrestation présumée des 19 civils marocains –qui seraient gardés dans un endroit tenu secret, «en attente de jugement» (sic)… Et le procès en appel des 25 accusés dans l’affaire de Gdim Izik.

L’annonce de l’arrestation a en effet eu lieu le jour-même où les juges de l’affaire Gdim Izik entraient en délibération.

Serait-ce une tentative de pression que le Polisario pensait pouvoir exercer sur les juges, afin de soustraire à la Justice des assassins qui ont égorgé des êtres humains au couteau ? Un grossier chantage de monnaie d’échange, dont les 19 civils marocains auraient à payer le prix ? La démarche serait irréaliste autant qu’inutile… Quoiqu’il en soit, le verdict, dans l’affaire de Gdim Izik a été bel et bien prononcé le 19 juillet à l’aube, sans autre considération que les éléments d’un procès suivi par de nombreux observateurs et militants des droits de l’Homme étrangers, qui ont témoigné de sa conformité aux normes internationales. Pourra-t-on en dire autant du procès des 19 civils marocains, s’il a lieu ? Une chose est sûre, en ouvrant la possibilité des «captures», le Polisario joue un jeu dangereux qui pourrait vite se retourner contre lui… Quant aux 19 passeurs, s’ils existent, de nombreuses questions restent posées à leur sujet. Mais ce n’est pas le propos, ici…

Bahia Amrani

Voir aussi

Le Sahara, la Suède et nous…

Ainsi donc, le gouvernement de la Suède s’apprêterait à adopter un projet de loi qui …

Un commentaire

  1. Vous jouer a un jeu dangereux avec certains mots choisi dans cet article. En effet vous sous-entendez que le Polisario a autorité et donc souveraineté d’agir et arrêter des gens, qu’ils soient coupable ou non.
    Il faut appeler un chat un chat, ce n’est ni plus ni moins qu’un Kidnapping, et le Maroc doit condamner ce kidnapping et porter l’affaire devant l’ONU. Le Polisario n’étant pas un État reconnu, n’a donc aucune autorité pour arrêter qui que ce soit et encore moins juger!

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.