mercredi 22 novembre 2017

L’origine des kurdes

Peuple d’origine indo-européenne, les Kurdes, musulmans sunnites dans leur majorité, sont établis sur près d’un demi-million de kilomètres carrés, aux confins de la Turquie, de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie.

L’histoire du peuple kurde en tant que groupe ethnolinguiste débute dans les régions montagneuses du sud du Caucase (Zagros et Taurus); cette aire géographique est dénommée Kurdistan. Il y a différentes hypothèses quant à l’identité des ancêtres des Kurdes, entre autres les Kardouques ou Carduchoi de l’Antiquité classique. Les plus anciennes dynasties kurdes connues sous autorité musulmane (du Xe au XIIe siècles) sont les Hasanwayhides, les Marwanides et les Shaddadides, suivies de la dynastie des Ayyoubides fondée par Saladin. La bataille de Chaldiran en 1514 est une date importante dans l’histoire kurde, marquant l’alliance des Kurdes avec les Turcs. Le Sharafnameh de 1597 est le premier récit de l’histoire kurde. Les Kurdes font remonter leurs ancêtres aux Mèdes. Cette descendance est défendable, selon des preuves linguistiques, puisque les kurdes parlent une variante occidentale de langues iraniennes. Au VIe siècle av. J.-C., après avoir, avec les Babyloniens, défait l’Empire Néo-Assyrien, les Mèdes ont pu établir leur propre empire qui s’étendit des rives sud de la mer Noire et de la province d’Arran (aujourd’hui la République d’Azerbaïdjan) au nord et à l’Asie Centrale, l’Afghanistan et le Pakistan. A ces territoires s’ajoutaient plusieurs états vassaux, y compris les Perses qui finirent par les supplanter et absorber l’empire Mède au sein de l’Empire Perse des Achéménides

L’effondrement de l’Empire ottoman, à l’issue de la Première Guerre mondiale, ouvrit la voie à la création d’un Etat kurde, prévue par le traité de Sèvres en 1920, situé dans l’est de l’Anatolie et dans la province de Mossoul. Mais après la victoire de Mustafa Kemal «Atatürk» en Turquie, les Alliés revinrent sur leur décision et, en 1923, le traité de Lausanne consacra la domination de la Turquie, de l’Iran, de la Grande-Bretagne (pour l’Irak) et de la France (pour la Syrie) sur les populations kurdes. Revendiquant la création d’un Kurdistan unifié, les Kurdes sont considérés comme une constante menace à l’intégrité territoriale des pays où ils sont installés.

Patrice Zehr

Voir aussi

Unesco : Les conséquences du retrait américain

La sentence de Richard Haass, directeur du think-tank Council on Foreign Relations, n’a guère tardé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.