Une délégation québécoise explore les opportunités de partenariat avec la Fondation MAScIR

Fondation MAScIR

Une importante délégation scientifique québécoise a effectué, mardi, une visite aux locaux de la pour découvrir ses pôles de recherche technologique et explorer les opportunités d’un partenariat et d’une coopération bilatérale.

Conduite par le scientifique en chef, dirigeant des Fonds de recherche du Québec, Rémi Quirion, et composée de représentants du gouvernement, d’établissements universitaires, techniques et de recherche et de centres collégiaux de transfert technologique, la délégation québécoise s’est entretenue avec la directrice générale de MAScIR, Nawal Chraibi, avant de visiter la plateforme technologique qui s’étend sur 1.750 m2.

Lors de cette visite, la délégation a pris connaissance des projets de recherche, des innovations et des réalisations des équipes de la Fondation dans différents domaines, notamment la biotechnologie médicale et végétale, la microélectronique et les nanotechnologies.

Par la même occasion, une réunion de travail a été organisée afin d’échanger autour des priorités partagées en matière de recherche appliquée, des modes de collaboration entreprise-université, de transfert de technologies et de valorisation des résultats.

Lors de cette rencontre, Mme Chraibi a souligné le rôle que peut jouer MAScIR dans le développement de la recherche appliquée sur le plan national et l’accompagnement des institutions et opérateurs québécois qui souhaitent s’installer au ou y développer des partenariats.

Cette rencontre a été aussi l’occasion pour Mme Chraibi de présenter MAScIR VALOR SA qui accompagne les chercheurs de MAScIR dans la création des start-ups issues des projets de recherche menés au sein de la Fondation.

Mettant l’accent sur l’importance qu’accorde le à l’ dans la recherche et développement (R&D) et l’innovation et la contribution de MAScIR à la promotion et au développement de la recherche, Mme Chraibi a relevé que la R&D, l’innovation et la formation sont des facteurs clés de la compétitivité des entreprises.

Forte de ses 15 ans d’existence, du dynamisme de son capital humain et d’une plateforme technologique de haut niveau, la Fondation a pu, en marge des projets de R&D qu’elle mène pour le compte d’industriels, enregistrer à son actif 210 brevets, 750 publications scientifiques dans des revues de renommée internationale et plus de 150 contrats clients avec des opérateurs économiques et des partenaires industriels, nationaux ou étrangers.

De son côté, le directeur du Bureau du Québec à , Alain Olivier, s’est dit ravi de visiter les laboratoires de recherche de la .

Lire aussi
MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la COVID-19 avant fin juin

“Plusieurs acteurs de la recherche aujourd’hui présents sont des spécialistes du domaine et sont très intéressés de collaborer avec MAScIR sur des projets de sciences appliquées, mais il y a également des chefs d’entreprises qui font partie de la délégation. Et donc, c’est très attractif de pouvoir créer des liens et faire de la recherche pour des projets spécifiques avec les équipes de recherche marocaines”, a-t-il souligné dans une déclaration à M24, la chaîne d’information en continu de la MAP.

Même son de cloche chez le scientifique en chef du Québec qui s’est dit “très heureux” d’être en mission au , en compagnie des représentants du gouvernement du Québec, des universités et du secteur privé.

Et d’ajouter, dans une déclaration similaire, que la visite de la est l’occasion de nouer des partenariats bilatéraux dans divers domaines.

“C’est tellement vaste en termes de thématiques. On peut penser à la production de vaccins, biotechnologie, pandémie Covid, intelligence artificielle, matériaux intelligents etc. Donc, je pense qu’il y aura énormément d’opportunités de collaboration”, a estimé M. Quirion, ajoutant que “nous allons discuter avec la direction de la Fondation des moyens de démarrer des projets de collaboration très concrets”.

Cette visite, organisée par le Bureau du Québec à (BQR), s’inscrit dans le cadre des actions menées par le BQR afin de créer une logique de partenariat mutuellement profitable entre les entreprises et les établissements québécois qui veulent développer ou renforcer leurs activités en s’appuyant sur les entreprises, les centres de recherche et les universités marocaines.

La délégation québécoise représente, outre le gouvernement du Québec, des institutions de recherche telles que Polytechnique Montréal, les Universités du Québec en Outaouais, à Montréal, en Abitibi-Témiscamingue et à Rimouski, la Fédération des Cégeps, les collèges de Maisonneuve et Ahuntsic, l’Institut d’innovation en logistique du Québec et Productique Québec.

Créée en 2007, la Fondation MAScIR, relevant de l’Université Mohammed VI Polytechnique, s’assigne pour objectif notamment la promotion et le développement de pôles de recherche technologique dans les domaines des matériaux et nanomatériaux, de la biotechnologie, de la microélectronique et des sciences de la vie.

LR/MAP

Voir aussi

ONHYM,Amina Benkhadra,Africa Sovereign Investors Forum

Les Fonds souverains permettent le financement de méga-projets rentables (Benkhadra)

Les fonds souverains, communément appelés « Sovereign wealth funds » (SWFS) permettent aujourd’hui le financement …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...