Sahara : Quelles réactions à la démission de Köhler ?

Sahara : Quelles réactions à la démission de Köhler ?

L’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara, l’Allemand Horst Köhler, a démissionné de son poste le 22 mai 2019. Inattendue pour les uns, prévisible pour d’autres, cette démission risque de reporter sine die la tenue de la table ronde Genève III qui devait se tenir dans le courant de l’été. 

La démission de l’Emissaire onusien au Sahara a été annoncée via un communiqué publié sur le site officiel de l’Organisation des Nations Unies (). Selon le communiqué, c’est Köhler qui a demandé à se réunir avec le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. Lors de cette entrevue, Köhler a informé Guterres de sa décision de quitter son poste pour des raisons de santé. L’ n’a pas donné de détails sur les soucis de santé qui auraient poussé l’ancien président allemand à jeter l’éponge, en moins de deux ans après sa nomination au poste d’Envoyé personnel du SG de l’ pour le Sahara. Durant cette période,  Köhler a réussi à rouvrir le dialogue entre les parties au conflit autour du Sahara (Maroc, Algérie, Mauritanie et ).

Le communiqué des Nations Unies a par ailleurs fait savoir que Horst Köhler a informé le Secrétaire général de sa démission, lors d’une réunion en tête-à-tête. Et de préciser: «Le Secrétaire général Antonio Guterres regrette profondément cette démission, mais dit la comprendre parfaitement et transmet ses meilleurs vœux à l’émissaire».

Le Maroc, le premier à réagir

L’annonce de la démission de Horst Köhler du poste d’émissaire onusien pour le Sahara a suscité des réactions de la part des parties au conflit, mis à part la Mauritanie qui, au moment où nous mettions sous presse, ne s’était pas encore exprimée à ce sujet.

Le Maroc a été le premier à réagir à cette démission de l’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara. En effet, le 22 mai 2019, le ministère des Affaires étrangères et de la internationale a rendu public un communiqué dans lequel il a affirmé: «Le Royaume du Maroc a pris note avec regret de cette démission et rend hommage à M. Horst Köhler pour les efforts qu’il a déployés depuis sa nomination». Le ministère a indiqué, en outre, que «(…) réitère son soutien aux efforts du Secrétaire général des Nations Unies, en vue du règlement du différend régional autour du Sahara marocain» et que «le Royaume demeure engagé pour parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable, basée sur le compromis, dans le cadre de l’Initiative d’autonomie».  

Lire aussi
Sahara : Le niet du Danemark à la reconnaissance de la RASD

L’Algérie, qui soutient le depuis le début de l’affaire du Sahara, a également exprimé son regret, suite à la démission de Köhler. Le ministère algérien des Affaires étrangère a rendu, dans un communiqué, un «hommage bien mérité à M. Köhler pour l’engagement et la détermination dont il a fait montre (…)». De son côté, le Polisario s’est dit attristé par la nouvelle de la démission de Köhler.

Ancien président de la République fédérale d’, Horst Köhler avait également occupé la fonction de Président de la , puis celle de patron du FMI. Nommé en juin 2017 comme Envoyé personnel d’Antonio Guterres pour le Sahara, en remplacement de l’Américain Christopher Ross, il a réussi à faire avancer le , notamment par l’organisation de deux tables rondes réunissant les quatre parties de la question du Sahara, à savoir le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario.

Moult interrogations se posent après la démission de Horst Köhler. Parmi elles, la question de savoir si son successeur fera preuve de neutralité dans la gestion de ce conflit.

Mohcine Lourhzal

Voir aussi

ONU-Femmes,8 mars,Egalité des genres,Droits des femmes

Egalité des genres | Faire de la femme, un maillon fort dans le processus de développement durable

SPECIAL 8 MARS «L’égalité aujourd’hui pour un avenir durable». Tel a été le thème retenu …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...