Marché du travail | Près de 100.000 emplois détruits en 12 mois au Maroc, un record !

Le travail est devenu de plus en plus rare au Maroc. Les derniers chiffres du Haut-Commissariat au Plan (HCP) sonnent l’alerte.

Lors des meetings organisés dans le cadre de leurs campagnes électorales respectives, les trois partis qui forment aujourd’hui la majorité (RNI-PAM-Istiqlal), s’étaient engagés à mettre le paquet sur l’emploi.  

Dans la déclaration de politique générale présentée par Aziz Akhannouch en octobre 2021 à l’hémicycle, condition indispensable pour l’obtention du vote de confiance de la part des députés de la Chambre des représentants, il est écrit noir sur blanc, que l’Exécutif s’engage à créer un million de postes d’emploi nets entre 2021 et 2026. Or, aujourd’hui, c’est l’inverse qui se produit.

Le désemploi se poursuit à vitesse grand V

Dans sa dernière note d’information relative à l’évolution du marché de l’emploi, deuxième du genre en l’espace d’un mois, le HCP a relevé une nouvelle aggravation du taux de chômage au niveau national.

Dans le détail, le Haut-Commissariat au Plan a précisé qu’entre le premier trimestre de 2023 et celui de 2024, le taux d’activité a reculé de 0,5 point, passant de 43,1% à 42,6%. Ce recul est le résultat direct de l’accroissement de la population en âge d’activité (15 ans ou plus) de 1,4%. C’est en milieu rural que cette régression est la plus prononcée (-1,4% point), passant de 47% à 45,6% en 12 mois (T3 2023-2024).  En milieu urbain, le taux d’activité a connu une certaine stagnation, passant de 41,2% au troisième trimestre 2023 à 41,1% durant la même période en 2024.

Le taux d’emploi a, de son côté, reculé de 0,9 point, passant de 37,6% à 36,7%, au niveau national. Il a baissé de 1,8 point en milieu rural, de 44,3% à 42,5%, et de 0,3  point en milieu urbain, de 34,1% à 33,8%. Ce taux a également baissé de 0,8 point parmi les hommes, de 60,3% à 59,5% et de 0,9 point parmi les femmes, de 15,5% à 14,6%, souligne la même source.

Pour ce qui est du volume de l’emploi, ce dernier a baissé de 80.000 postes, résultant d’une perte de 159.000 en milieu rural.  Entre le premier trimestre de 2023 et la même période de 2024, le secteur de l’Agriculture a perdu 206.000 postes d’emploi, ce qui correspond à une baisse de 7% du volume de l’emploi dans ce secteur, relève la Haut-Commissariat d’Ahmed Lahlimi.

Lydec-Tibu Maroc | Le sport, c'est aussi des emplois

Le nombre de chômeurs a augmenté de 96.000 personnes entre le premier trimestre de l’année 2023 et celui de 2024, passant de 1.549.000 à 1.645.000 chômeurs, ce qui correspond à une augmentation de 6%, fait savoir la même source, expliquant que cette hausse est le résultat d’une augmentation de 59.000 chômeurs en milieu urbain et de 38.000 en milieu rural.

Le HCP indique que le taux de chômage s’est ainsi accru de 0,8 point entre les premiers trimestres de 2023 et de 2024, passant de 12,9% à 13,7%,  de 17,1% à 17,6% en milieu urbain (+0,5 point) et de 5,7% à 6,8% en milieu rural (+1,1 point). Il a également enregistré une hausse de 2 points parmi les femmes, passant de 18,1% à 20,1% et de 0,5 point parmi les hommes, de 11,5% à 12%.

Même face au chômage, les Marocains ne sont pas égaux

Le chômage a connu une hausse de 0,6 point parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, passant de 35,3% à 35,9%, d’1,1 point parmi les personnes âgées de 25 à 34 ans, de 20,9% à 22%, de 0,9 point parmi celles âgées de 35 à 44 ans, de 7,1% à 8%, et de 0,7 point pour les âgées de 45 ans et plus, de 3,8% à 4,5%.

Selon le Haut-Commissariat au Plan, le taux de chômage des diplômés a, de son côté, enregistré une hausse de 0,5 point, passant de 19,8% à 20,3%. Cette hausse est plus prononcée parmi les détenteurs de diplômes de qualification ou spécialisation professionnelle (+2,7 points et un taux de 25,4%), et de diplômes de l’enseignement secondaire qualifiant (+1 point et un taux de 23,6%).

Le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi est passé, entre le premier trimestre de 2023 et celui de 2024, de 1.075.000 à 1.069.000 personnes au niveau national, de 573.000 à 571.000 personnes en milieu urbain et de 502.000 à 499.000 en milieu rural.  Le taux de sous-emploi a stagné à 10,3% au niveau national et il est passé de 12,1% à 12,5% en milieu rural et  de 9,1% à 9% en milieu urbain, précise la même source.

Le Chef du gouvernement lance officiellement le programme “Awrach” visant la création de 250.000 emplois

S’agissant du volume de la population active occupée en situation de sous-emploi en termes de nombre d’heures travaillées, il est passé de 513.000 à 576.000 personnes au niveau national. Le taux correspondant s’est accru de 4,9% à 5,6%, alerte le HCP, ajoutant que la population active occupée en situation de sous-emploi en termes d’insuffisance du revenu ou d’inadéquation entre formation et emploi exercé est passée de 562.000 à 493.000 personnes au niveau national. Le taux correspondant est passé de 5,4% à 4,8%.

Les secteurs ayant connu une baisse du taux de sous-emploi sont les BTP avec 1,4 point (de 20,4% à 19%) et l’industrie y compris l’artisanat avec 0,8 point (de 7,1% à 6,3%). En revanche, l’agriculture, forêt et pêche et les services ont enregistré une hausse, avec respectivement 0,4 point (de 11,7% à 12,1%) et 0,5 point (de 7,8% à 8,3%).

D’après le HCP, cinq Régions concentrent à elles-seules 71,2% des chômeurs. Casablanca-Settat vient en tête avec 25,4%, suivie de Fès-Meknès (13,4%), de Rabat-Salé-Kénitra (13%), de l’Oriental (10%) et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (9,4%).

Les taux de chômage les plus élevés sont observés dans la Région de l’Oriental (21,4%) des régions du Sud (20,4%). Avec moins d’acuité, deux régions dépassent la moyenne nationale (13,7%) à savoir Casablanca-Settat (15,4%) et Fès-Meknès (15,9%). Cependant, les régions de Marrakech-Safi, de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et de Drâa-Tafilalet enregistrent les taux les plus bas, respectivement 8,2%, 10,9% et 11,3%, souligne le Haut-Commissariat.

Cinq Régions abritent 72,4% de l’ensemble des actifs âgés de 15 ans et plus. La Région de Casablanca-Settat se situe en première position avec 22,6% d’actifs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (13,5%), de Marrakech-Safi (12,9%), de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (11,8%) et de Fès-Meknès (11,6%). Comme indiqué dans la dernière note d’information du HCP sur l’évolution du marché de l’emploi au Maroc, entre le troisième trimestre de 2023 et la même période en 2024, quatre Régions affichent des taux d’activité supérieurs à la moyenne nationale (42,6%). Il s’agit de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 47,5%, Casablanca-Settat avec 45,4%, les Provinces du Sud avec 43,9% et Marrakech-Safi avec 42,7%. En revanche, les taux les plus bas sont enregistrés dans les Régions de Béni Mellal-Khénifra (40,1%), de l’Oriental (39,2%) et la Région de Souss-Massa (37,7%).

Mohcine Lourhzal

,

Voir aussi

Banjul,Gambie,OCI

Ouverture à Banjul du 15ème Sommet de l’OCI avec la participation du Maroc

Les travaux de la 15ème session de la Conférence islamique au sommet, tenue sous le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...