Flash Infos

Rihla : Voyage au fin fond de l’art

Rihla : Voyage au fin fond de l’art

(Ph. Soufiane Benkhadra)

La Société Générale Maroc, banque universelle, vient de  dévoiler à Casablanca, sa nouvelle exposition baptisée «Rihla-Voyage», axée autour du cosmopolitisme qui interroge sur les réalités auxquelles renvoie la notion de frontière…

Ouverte au public à l’espace d’art Société Générale, cette exposition, qui se poursuivra jusqu’à la fin de l’année en cours, se veut une invitation au voyage, à la fois éthique et esthétique, déterminant de l’art moderne marocain et de son dialogue interculturel, pour le mieux vivre ensemble dans la diversité, le dialogue, le respect des différences et l’originalité.

Pour le directeur régional Maroc, président du directoire SGM, Ahmed El Yacoubi, cette exposition s’inscrit dans un contexte contemporain où le développement technique de l’information et les interconnexions favorisent la mobilité (migration, exil, diaspora) et interroge sur la signification des frontières, à une époque où ces dernières suscitent controverses, inquiétudes et espoirs. Elle pose ainsi la question de la frontière comme porte de passage et non un mur, susceptible de réhabiliter le souci de l’autre, l’hospitalité et l’égalité entre les hommes partageant identité universelle humaine et particularismes.

Pour sa part, la commissaire de l’exposition, Rim Laâbi, artiste plasticienne, théoricienne de l’art et commissaire de nombreuses expositions, a indiqué que l’exposition traduit un parcours qui mêle arts visuels, artisanat, peinture, sculpture, photographie, art vidéo et cinéma. Elle a expliqué que ce parcours est composé de trois parties. La première, baptisée «Ibn Battuta, prince des voyageurs», ouvre sur la Rihla d’antan du prince des voyageurs tangérois, premier touriste profondément cosmopolite, traversant le globe, de l’Afrique, en passant par l’Andalousie, jusqu’à l’Asie.

La deuxième «Brûle la mer» est un espace esthétique sur la liberté et l’évasion réelle ou fictive de personnes qui vivent leur vie. Enfin, la partie «Regarde-moi» propose une réflexion sur le rapport aux autres et à soi, à travers la transversalité des arts et des pratiques, interrogeant et déconstruisant les clichés, afin de réhabiliter l’image de cet autre qui dérange.

Engagée de longue date dans une politique de mécénat, la Société Générale poursuit, à travers cette nouvelle exposition, son soutien actif en faveur des arts et du patrimoine culturel marocain. Convaincue que la culture est à la fois une nécessité sociale et un facteur de développement individuel et collectif, porteur du mieux vivre ensemble, la banque opte résolument pour un mécénat culturel inscrit dans la durée qui se traduit par une exposition thématique annuelle et la mise en valeur d’une vaste collection d’œuvres d’art.

HD

Voir aussi

Médias | Les marques de presse vont être amenées à faire évoluer leurs modèles

Médias | Les “marques de presse” vont être amenées à faire évoluer leurs modèles

Les marques de presse vont être amenées à faire évoluer leurs modèles, a indiqué dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.