Maroc | L’Islam entre théorie et pratique

Le positionnement du Maroc sur le plan religieux est on ne peut plus clair. En effet, le Royaume promeut un Islam modéré et du juste-milieu, basé sur le Rite Malékite.

Les tolérants

La tolérance est un principe fondamental évoqué par les textes coraniques et la Sounna. Elle a eu de nombreuses applications tout au long de la vie du Prophète, dans les actions de ses compagnons et dans l’histoire de l’Islam de manière générale.  La tolérance est aussi l’une des exigences les plus importantes de la coexistence pacifique et de la cohésion sociale, mais aussi du maintien des relations sociales, de l’unité de toutes les composantes de la société et de l’unité nationale.

Dans la pratique quotidienne, il existe une profusion de manières de comprendre et de manifester son identité musulmane. D’un côté, il y a ceux qui adhèrent, par conviction profonde, aux valeurs civilisatrices de l’Islam tolérant qui reposent essentiellement sur l’acceptation de l’autre et le libre-arbitre «Il n’y a point de contrainte en Religion» (La Ikraha Fi Addine). 

Les fanatiques

Face à cette catégorie de citoyens qui constitue la majorité écrasante de la société marocaine, se dressent des fanatiques religieux qui croient détenir la vérité absolue. Ceux-là ne jurent que par l’extrémisme violent et la radicalisation qui conduit inéluctablement au terrorisme. Dans leur quête zélée de faire revenir la société à ce qu’ils considèrent comme étant l’Islam authentique, ces fondamentalistes perçoivent toute personne qui refuse d’adhérer à leurs idées, comme étant égarée ou, pire encore, une âme mécréante qu’il faut éliminer. Généralement, les islamistes radicaux trouvent refuge dans les Organisations terroristes, «Daech» comme exemple. Contrairement à ce qui se passe sous d’autres cieux, le Maroc n’a pas sombré dans le chaos et l’insécurité, en tant que conséquence directe du terrorisme qui résulte d’une mauvaise interprétation, souvent délibérée, des textes religieux. Face à cette menace, le Royaume a adopté une politique dynamique, proactive et multidimensionnelle contre la menace terroriste. Cette stratégie, qui s’est avérée efficace, a permis d’avorter dans l’œuf, les desseins les plus meurtriers et sanguinaires visant à porter gravement atteinte à la sécurité du pays et troubler la quiétude dont jouissent les citoyens, y compris les extrémistes religieux.

Le Ministère de la Santé s’attelle à la mise en place d’un système d’information fondé sur le dossier patient

Ceux qui rejettent les dogmes religieux

Entre ceux qui croient en la tolérance et la paix en tant que valeurs fondamentales prônées par l’Islam ainsi que par toutes les religions monothéistes, et ceux qui embrassent la radicalisation et l’extrémisme violents, il existe une autre catégorie de personnes qui penchent plutôt vers les valeurs occidentales de totales libertés. En voulant se défaire de toute religion, mœurs ou règles de conduite, ces personnes qui considèrent la religion comme une contrainte, tombent eux-aussi dans l’excès, notamment en remettant en question ou en rejetant les préceptes de l’Islam comme par exemple le jeûne du mois de Ramadan.  En tant que pays musulman attaché à l’ouverture et la tolérance, le Maroc agit avec indulgence à l’égard de cette catégorie de la société… Jusqu’à un certain point. Certes, le respect des libertés individuelles et collectives et la garantie de leur exercice sont consacrés par la Constitution. Néanmoins, il ne faut pas omettre que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Ceci est valable aussi bien pour le refus volontaire d’observer le jeûne du Ramadan que pour tout autre comportement dans l’espace public, attentatoire à l’ordre public général ou religieux.

Séisme | Conformément aux Hautes Instructions Royales, le ministre de l’Intérieur préside deux réunions dans les provinces d’Al Haouz et de Taroudant

Au final, le Maroc demeure un modèle unique et singulier

La preuve la plus éloquente du climat de tolérance dont jouissent tous les Marocains, sans exception, est que même pendant le Ramadan, aucune restriction de déplacements ou de mixité hommes-femmes n’est appliquée, contrairement à d’autres pays, connus pour être religieusement rigides.

Le modèle marocain se caractérise par la consécration des valeurs de l’Islam de modération, dans la mesure où la religion musulmane et les Hadiths du Prophète invitent à la bonté, la générosité, la miséricorde, l’altruisme et la bienveillance, entre autres qualités que tout musulman doit cultiver. Ces valeurs ne sont pas présentes chez tout le monde, au même degré. Pour preuve, certaines défaillances comportementales surtout durant le Ramadan (irritabilité excessive, accrochages à l’approche de l’heure de la rupture du jeûne…). Fort heureusement, ces agissements demeurent isolés grâce à la solidité du socle identitaire du Maroc qui repose sur les valeurs cardinales, à savoir l’ouverture, le dialogue et le respect de l’autre.

Mohcine Lourhzal

,

Voir aussi

Sahara,Maroc,Programme de Développement,Provinces du Sud

CHU, Voie Express, station de dessalement, nouveau port… | Le nouveau visage du Sahara se dessine !

Une nouvelle dynamique économique se dessine au Sahara Signé devant SM le Roi Mohammed VI …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...