COVID-19 | La phase post-pandémie impose une stratégie pragmatique et graduelle

COVID-19 | La phase post-pandémie impose une stratégie pragmatique et graduelle

La gestion de la phase post-pandémie Covid-19 impose l’élaboration d’une stratégie pragmatique et graduelle dont les tâches doivent s’inscrire dans l’espace et dans le temps, a affirmé l’universitaire et expert en stratégie et sécurité, Cherkaoui Roudani.

Dans la situation actuelle, avec un virus que le monde n’arrive pas à éradiquer par un vaccin approprié, parler d’un dé-confinement avec un risque zéro est surréaliste, ce qui impose l’élaboration d’une stratégie pragmatique et graduelle dont les tâches doivent s’inscrire dans l’espace et dans le temps, a indiqué Roudani dans un entretien accordé à la presse.

Faisant observer que les données enregistrées jusqu’à maintenant avec la cartographie de contamination montrent que la situation est sous contrôle, il a relevé, néanmoins, que dans certaines régions la courbe des contaminés exige une réponse opérationnelle adéquate afin de l’infléchir.

L’assouplissement des restrictions doit être planifié avec la mise en place de mécanismes et de procédures qui devraient être appelés en cas de réengagement des protocoles en cas de rebondissement. Dans ce sens, un dé-confinement partiel avec un maintien de certaines mesures comme la distanciation sociale et le port du masque dans les lieux de travail et le transport public, devront être obligatoires, a estimé le professeur universitaire, spécialiste des relations internationales.

Rappelant que le Maroc a pu entreprendre, dès le début de cette crise sanitaire, des actions avant-gardistes afin de juguler la menace avec une organisation globale de ses ressources et de ses moyens, ce qui a permis d’éviter des répercussions graves sur le nombre de morts ou sur la durabilité et la cohésion sociale et économique, il a insisté sur l’importance de l’élaboration d’un plan de continuité opérationnelle de certaines de ces mesures tant au niveau économique que social.

Dans certaines régions qui ont enregistré un indice de contagiosité R0 nul pendant une quinzaine de jours d’observation après la date de dé-confinement, l’assouplissement des restrictions pourra être réévalué vers des nouvelles directives visant à ouvrir la voie à davantage d’allègement des restrictions, a-t-il estimé.

De ce fait, considère-t-il, il est indispensable dans chaque région de mettre en place un dispositif d’alerte chapeauté par une cellule de crise transversale, un pilotage régional réactif qui sera responsable d’un contrôle permanent de l’évolution de la situation sanitaire à l’échelle micro et macro de chaque région.

Selon lui, le Maroc, dans sa conception de mettre en place la régionalisation avancée, a mis en place une intelligence territoriale fonctionnelle, ce qui pourra permettre d’asseoir une intelligence gestionnelle de la pandémie.

Pour cet ancien député membre de la commission des Affaires étrangères, le cœur de la stratégie post-pandémie doit être centré sur l’estimation de risque en évaluant la potentialité de cette pandémie à causer des dommages à certaines cibles, qui sont prioritaires et qui conditionnent un retour rapide et sûr à la situation normale.

Dans cette stratégie, un management de risque doit être capable d’évaluer la gravité des conséquences possibles de la pandémie sur les plans économique, social et international, souligne-t-il.

Sur le plan social, a-t-il expliqué, la levée des restrictions imposée doit être évaluée en observant la phase cinétique et inertielle de la pandémie à l’échelle des régions. “La vraisemblance de l’impact de la crise sur le social est indiscutable mais en somme la situation est relativement gérable”.

Pour parer à ces risques, le Maroc est doté d’un dispositif transversal performant lui permettant d’anticiper les obstacles et une bonne gestion de sortie de crise, a-t-il dit.

Après, poursuit-il, l’un des piliers de cette stratégie doit se focaliser sur un raccommodage économique avec la mise en place des plans de réponses opérationnelles.

Outre les vies humaines, l’économie est une cible menacée par ce danger que représente cette pandémie, la reprise des activités de certains secteurs étant dès lors importante afin de prémunir l’économie nationale d’une très forte baisse, insiste-t-il, notant que le redémarrage de la production stratégique de l’économie nationale doit être une priorité, vu son impact à l’échelle nationale et son apport dans le solde des transactions courantes.

Dans cette perspective, note le géopolitologue, la promotion de la production made in Morocco pourrait soutenir la résilience de certains secteurs économiques et ainsi alléger la facture d’importation du pays.

En fin, cette pandémie aura des impacts sur les relations bilatérales et multilatérales. Nous allons assister à une re-modélisation de l’ordre mondial, ce qui exige à la fois une élaboration des stratégies d’influences au service de l’intérêt de notre pays à l’échelle internationale, et aussi la capacité de détection des menaces et des opportunités, suggère-t-il.

Et de faire observer que cette pandémie est de mauvais augure pour l’ordre mondial et qu’elle imposera aux pays, sans aucun doute, une reconstitution de leur pensée stratégique en allant chercher des partenaires potentiels dans les parties prenantes du nouveau monde.

En somme, pour notre pays, cette crise pourrait constituer une aubaine pour accroître son repositionnement stratégique en Afrique et dans la l’espace euro-méditerranéen, a-t-il dit.

Par ailleurs, souligne Roudani, le plan de relance post-pandémie doit répondre aux besoins des intérêts vitaux, critiques et stratégiques de notre pays.

Tous les secteurs qui pourraient renforcer l’autonomie stratégique du pays devraient être dans le cœur de la stratégie et le plan de la relance des activités, a-t-il encore suggéré, faisant valoir que la consolidation de la chaîne d’approvisionnement nationale impose la réouverture des usines de la production destinée à la consommation et la demande intérieure.

Dans une mondialisation en déliquescence, certaines structures économiques pourraient penser à une redirection de leur production dans l’objectif de soutenir la demande et maintenir l’offre en allégeant les importations coûteuses en termes de réserves de change, même si notre pays ait la possibilité de s’appuyer sur le droit de tirage spécial; un actif de réserve international créé par le FMI pour compléter les réserves de change officielles de ses pays membres, a-t-il considéré.

Néanmoins, une démarche inclusive nécessite une politique privilégiant, à court terme, une réduction des investissements et des dépenses publiques, souligne Roudani, notant que le gouvernement est appelé, à cet égard, à prendre des mesures audacieuses en faveur du secteur productif en terme des solutions de financements et d’accompagnement.

Dans ce sens, relève-t-il, l’industrie automobile, le textile et l’agroalimentaire sont des exemples des secteurs qui sont porteurs de valeur ajoutés et qui ont des impacts stratégiques et sur la balance commerciale, qui risquerai de se creuser dans telles situations.

Outre le renforcement de la capacité de la résilience de l’économie nationale par des mesures budgétaires et monétaires, une attention particulière doit être accordée aux secteurs les plus touchés comme le tourisme et l’immobilier, ajoute-t-il.

Ce sont des secteurs qui pourraient être, sur le moyen terme, les piliers de la reconstruction de l’appareil de production nationale. La préservation du pouvoir d’achat des ménages est essentielle pour rester dans une possibilité de rattrapage économique rapide une fois le confinement est levé. De fait, des mesures de soutien de la demande sont importantes afin d’accompagner une politique de renforcement de l’offre qui devrait revaloriser au maximum le made in Morocco, a-t-il conclu.

Avec MAP

Voir aussi

Naoufal Bouamri, spécialiste des questions sahariennes

Naoufal Bouamri, spécialiste des questions sahariennes

La nouvelle résolution sur le Sahara, a insisté sur des points fondamentaux qui pourraient ouvrir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.