Biden | Sommet de la démocratie virtuelle

Joe Biden,Etats-Unis

Alors que l’année 2021 a été marquée par une série de coups d’État (Birmanie, Mali, Guinée, Soudan…) et que la Chine ou la Russie mettent au défi le modèle de la démocratie libérale à l’occidentale, Joe Biden prend le contre-pied de son prédécesseur.

Donald Trump ne cachait pas sa sympathie pour les hommes forts, tels Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan. Biden, lui, veut d’urgence organiser la contre-offensive. Une rencontre (virtuelle), les jeudi 9 et vendredi 10 décembre, à laquelle Joe Biden a convié les dirigeants de 110 pays a eu lieu. Il juge la démocratie attaquée –elle a régressé dans 75 pays l’an dernier selon l’ONG Freedom House– et il veut organiser sa défense face aux contre-modèles promus par Pékin ou Moscou. «Nos enfants et petits-enfants feront leur thèse de doctorat sur le sujet de qui l’a emporté: l’autocratie ou la démocratie ?» déclarait-il, en mars 2021, lors de la première conférence de presse de son mandat. Après quatre années d’éclipse, où Trump n’avait cure de la défense des libertés et des droits de l’homme autour du globe, Biden reprend le flambeau de «chef de file du monde libre».

Lire aussi
Russie | Vladimir Poutine participera par visioconférence au sommet sur le climat

C’est la liste des évités qui parle. Parmi eux, la Hongrie d’Orban et la Turquie d’Erdogan, émules de Poutine qui ont mis la justice sous tutelle, maté la presse et, pour le second, arrêté des milliers d’opposants. Le 26 novembre 2021, les ambassadeurs russe et chinois à Washington ont pris la plume dans The National Interest pour fustiger une «mentalité de Guerre Froide​» de nature à «attiser la confrontation idéologique». Pékin est surtout furieux de la présence de Taïwan, l’île chinoise réfractaire au communisme. Même si Washington a précisé l’inviter en tant que démocratie, non comme État souverain.

P. Zehr

Voir aussi

Algérie,GME,Europe,Limes

Média italien | L’Algérie n’est pas un partenaire fiable pour l’Europe

L’Algérie a démontré, à travers sa décision unilatérale et injustifiée de ne pas reconduire l’accord …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...