Flash Infos

Algérie : Les manifestations se poursuivent contre la candidature de Bouteflika

Algérie : Les manifestations se poursuivent contre la candidature de Bouteflika

Les manifestations contre un cinquième mandat du président Bouteflika coïncident avec la célébration du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes.

Des milliers de personnes sont rassemblées, vendredi 8 mars, dans le centre d’Alger, scandant des slogans hostiles à une cinquième candidature du président Abdelaziz Bouteflika. La mobilisation, immense et difficile à évaluer, est largement supérieure à celle des deux derniers vendredis dans la capitale algérienne.

Les autorités ont suspendu le trafic ferroviaire et fermé le métro de la capitale, mais les manifestants ont afflué a la place de la Grande Poste et au bâtiment emblématique du cœur de la ville. La place est noire de monde, de même que l’un des principaux axes d’Alger qui y mènent et les grandes artères environnantes.

Initialement présents en nombre, les policiers se sont contentés d’observer, avant que plusieurs camionnettes de police, submergées au milieu de la foule, ne commencent à évacuer la place. A chaque passage de l’hélicoptère qui bourdonne dans le ciel d’Alger, les manifestants huent et sifflent en agitant leurs drapeaux.

D’autres manifestations, également pacifiques, se déroulent ailleurs dans le pays, notamment à Oran et Constantine, deuxième et troisième villes d’Algérie, selon le site d’information TSA (Tous sur l’Algérie).

Sur les réseaux sociaux, des messages appelant à une mobilisation massive à travers les grandes villes d’Algérie se sont répandus ces derniers jours. Circulent également les « 18 commandements des marcheurs du 8 mars » rappelant le caractère pacifique de la contestation et appelant les manifestants à faire de vendredi « un jour de fête » et à se munir « d’amour, de foi, de drapeaux algériens et de roses. »

Jeudi, Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, hospitalisé en Suisse depuis plus de dix jours et dont le retour en Algérie n’a toujours pas été annoncé, a appelé à la vigilance contre une possible infiltration du mouvement de contestation par une « quelconque partie insidieuse, de l’intérieur ou de l’extérieur », susceptible de provoquer le chaos.

En creux, le chef de l’Etat réaffirme qu’il n’entend pas renoncer à briguer un 5e mandat lors de la présidentielle du 18 avril. Mais la rue algérienne ne semble pas prête à céder, malgré les rappels de M. Bouteflika, présenté par ses partisans comme le garant de la paix, sur la « tragédie nationale » de la décennie de guerre civile et la déferlante du printemps arabe.

Avec Afp

Voir aussi

Dialogue inter-libyen de Bouznika Les accords du 2ème round

Dialogue inter-libyen | Les accords du 2ème round sont décisifs pour le choix des titulaires des postes de souveraineté

Les accords auxquels sont parvenues la délégation du Haut conseil d’Etat et celle de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.