Réglementation du Cannabis | La nouvelle arme du Maroc

Le Maroc s’oriente vers l’octroi de licences de culture, de transformation et de vente du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles.

C’est dans cette optique que s’inscrit le projet de loi 13.21, portant réglementation de l’usage du chanvre indien à des fins licites. Le texte de loi prévoit des dispositions relatives, notamment à la création d’une Agence nationale du cannabis. Sa mission principale sera de superviser toute la chaine de valeur du cannabis, de la production à l’exportation en passant par la plantation, la fabrication, la transformation et la commercialisation du chanvre indien.

Une démarche nécessaire et salutaire

En réglementant les activités liées à la culture et l’utilisation du cannabis, le Maroc veut attirer des investissements et des entreprises spécialisées dans l’usage industriel de cette plante. L’objectif consiste également à barrer la route aux intermédiaires et distributeurs qui s’enrichissent grâce à la culture du cannabis, aux dépens des «petites gens», cette main-d’œuvre bon marché qu’ils emploient, principalement dans les villes de Ketama et Chefchaouen. La réglementation de la culture du cannabis, aura un impact positif sur cette catégorie de Marocains qui pourront améliorer leurs revenus et bénéficier du droit à l’intégration dans le circuit formel. Au Maroc et selon des estimations, la culture du cannabis fait vivre entre 90.000 et 140.000 personnes. 

Rappelons que le Royaume avait réussi à réduire les surfaces de cannabis de 134.000 ha à 47.500 ha entre 2003 et 2011, dans le cadre d’un programme de reconversion, qui n’a pas réellement porté ses fruits. Plusieurs raisons expliquent cela, principalement une certaine résistance de la part de la population locale qui hésite à se lancer dans une reconversion professionnelle, outre le fait que les filières qui ont du succès comme l’oléiculture, ont besoin de beaucoup plus de temps pour devenir rentables, contrairement au cannabis dont le délai de germination, de croissance et de floraison, ne dépasse pas 5 mois.

Mohcine Lourhzal

Voir aussi

Femmes et médias

Femmes et Médias | Une idée partiale et partielle ?

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le Conseil National de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.