Minurso, Tables rondes, Guergarate, Tindouf… | Les Points cardinaux de la résolution 2602 sur le Sahara

Sahara marocain,ONU,Algérie-Polisario,Mauritane,Laâyoune,Dakhla,Omar Hilale,Nasser Bourita,Minurso,Tables rondes,Guergarate,Tindouf,résolution 2602,Russie-Tunisie

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une nouvelle résolution sur le Sahara.

Le texte de la résolution, adoptée vendredi 28 octobre 2021 par 13 voix contre deux abstentions (Russie-Tunisie), proroge le mandat de la Mission des Nations-Unies au Sahara (MINURSO) pour 12 mois supplémentaires, jusqu’au 31 octobre 2022. 

L’Algérie désignée comme partie prenante au conflit

Le Conseil de sécurité «décide de proroger le mandat de la Minurso jusqu’au 31 octobre 2022», lit-on dans le paragraphe 1 de la résolution 2602 rédigée et présentée par les Etats-Unis, traditionnel porte-plume des résolutions onusiennes sur le Sahara. Outre la prolongation du mandat de la MINURSO, la résolution 2602 a, une nouvelle fois, tracé la feuille de route devant permettre d’aboutir à une solution définitive au différend autour du Sahara. Dans cette intention, ladite résolution dans son paragraphe III, a réaffirmé pour la quatrième année consécutive, le caractère central des Tables rondes, tant dans le format comme dans les modalités et les participants (Maroc, Algérie, Mauritanie et Polisario).

L’attitude positive et constructive du Maroc saluée

Réitérant son plein appui au Secrétaire général des Nations-Unies et son Envoyé personnel pour le Sahara (Staffan de Mistura), le Conseil de sécurité s’est félicité du fait que le Maroc est demeuré engagé dans le processus des négociations sous l’égide de l’ONU, en gardant le même esprit de réalisme, de compromis et de bonne foi. Toutefois et afin de permettre aux pourparlers à venir sous la houlette du nouvel Envoyé personnel du SG des Nations-Unies pour le Sahara, d’aboutir aux résultats escomptés par la communauté internationale, la résolution 2602 (paragraphe V), a insisté sur le fait que les membres des Nations-Unies doivent eux-aussi, apporter l’assistance appropriée à cette fin.  

Sévère rappel à l’ordre au Polisario 

Le Conseil de sécurité a d’autre part, lancé un appel ferme pour le respect des clauses de l’accord de cessez-le-feu de 1991 entre le Maroc et le Polisario. De fait, la résolution 2602 fait référence à l’annonce de la rupture de cet accord, faite par le Polisario fin 2020. Il s’agit d’une rupture unilatérale de la part des séparatistes, que le Conseil de sécurité «constate avec une profonde inquiétude», de même qu’il se dit «préoccupé par les violations des accords en vigueur». L’avertissement adressé par le Conseil de sécurité au Polisario intervient suite aux récents agissements des milices séparatistes au niveau du passage de Guergarate. On se souvient qu’en novembre 2020, des éléments armés du Polisario avaient bloqué l’axe routier traversant cette zone tampon. Face à cette situation inadmissible, les Forces Armées Royales (FAR) étaient intervenues de manière pacifique, mettant en place un cordon de sécurité qui a permis de sécuriser le flux des biens et des personnes, à travers cet axe névralgique qui lie le Maroc à sa profondeur africaine. L’intervention non offensive du Maroc à Guergarate, s’était rappelons-le, déroulée dans le respect total des règles, prescrivant d’éviter tout contact avec des civils, ou ne recourir à l’usage des armes qu’en cas de légitime défense. Dans son rapport annuel sur la situation au Sahara, qu’il avait remis aux membres du Conseil de sécurité début octobre 2021, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait reconnu qu’en bloquant le passage à Guergarate, le Polisario avait volontairement violé l’accord de cessez-le-feu de 1991. Guterres avait souligné, en outre, le caractère irréversible de l’intervention militaire marocaine, tout en attestant de l’attachement du Royaume au respect des clauses dudit accord.

…Et à l’Algérie

S’appuyant sur le dernier rapport du Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies (S/2021/843), la résolution 2602 du 29 octobre 2021 a également fait mention de la nécessité de procéder au recensement des populations des camps de Tindouf qui se heurte au refus de l’Algérie et du Polisario. Pour dépasser cette situation, le Conseil de sécurité a incité «les parties à coopérer avec le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés afin que des mesures de confiance soient prises et appliquées et notamment à encourager la participation des femmes et des jeunes, et incite les Etats voisins à contribuer à ces efforts», peut-on lire dans le texte de la résolution 2602, paragraphe XIII.  La résolution a également appelé à ce que «toutes les parties coopèrent avec le personnel de la MINURSO, «y compris en ce qui concerne sa liberté d’interagir avec tous ses interlocuteurs, et de prendre les mesures voulues pour garantir la sécurité, ainsi qu’une totale liberté de circulation et un accès immédiat au personnel des Nations-Unies et au personnel associé dans l’exécution de leur mandat, conformément aux accords existants». 

Lire aussi
Sahara | Un conflit artificiel, facteur de déstabilisation dans la région, dont l’Algérie est la principale responsable

Le Maroc a réagi positivement à l’adoption de la résolution 2602 sur le Sahara. L’Algérie qui se considère pourtant comme n’étant pas concernée par ce dossier, a rejeté ladite résolution la qualifiant de «partiale». En tout état de cause et n’en déplaise à Alger et au Polisario, le Maroc demeure comme il l’a toujours été, attaché au processus exclusivement onusien pour parvenir à une solution politique au dossier du Sahara, dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Royaume.

Mohcine Lourhzal

—————

Conseil de sécurité

Nasser Bourita expose les messages clés de la résolution 2602

Sahara marocain,ONU,Algérie-Polisario,Mauritane,Laâyoune,Dakhla,Omar Hilale,Nasser Bourita,Minurso,Tables rondes,Guergarate,Tindouf,résolution 2602,Russie-Tunisie

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a salué la résolution 2602 du Conseil de sécurité sur le Sahara.

Pour le Chef de la diplomatie marocaine, le texte de la nouvelle résolution adoptée le 29 octobre 2021, conforte les acquis réalisés par le Maroc dans le dossier du Sahara, rendus possibles grâce à l’engagement personnel et au suivi permanent de SM le Roi Mohammed VI. Lors d’un point de presse tenu le même jour de l’adoption de ladite résolution, Bourita a affirmé qu’elle intervient dans un contexte où le Maroc a réalisé de nombreux acquis depuis la résolution d’octobre 2020, a-t-il poursuivi.

La résolution 2602 apporte cinq réponses importantes aux manœuvres et agitations des adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume, a soutenu le ministre, citant, dans ce cadre, les tables rondes, avec la participation de toutes les parties, comme seul mécanisme de gestion du processus politique, la finalité du processus devant déboucher sur une solution réaliste, durable et basée sur le compromis, la responsabilité de l’Algérie dans ce processus, la profonde inquiétude du Conseil de sécurité concernant la rupture du cessez-le-feu et, enfin, le plan marocain d’autonomie comme seule perspective d’une issue au dossier du Sahara.

—————————-

Sahara

Omar Hilale démonte les mensonges de l’Algérie et du Polisario

Sahara marocain,ONU,Algérie-Polisario,Mauritane,Laâyoune,Dakhla,Omar Hilale,Nasser Bourita,Minurso,Tables rondes,Guergarate,Tindouf,résolution 2602,Russie-Tunisie 

L’Ambassadeur, représentant permanent du Maroc à l’Organisation des Nations-Unies (ONU) n’y est pas allé par quatre chemins pour dire le fond de sa pensée.

S’exprimant vendredi 28 octobre 2021, le jour-même de l’adoption de la résolution 2602 sur le Sahara, Omar Hilale a indiqué que la résolution 2602 du Conseil de sécurité au sujet du Sahara conforme le continuum du processus des Tables rondes en tant que seul et unique cadre pour le règlement de ce différend avec ses mêmes modalités et quatre participants à savoir, le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario. 

«Dans cette perspective et en réitérant dans sa 18ème  résolution consécutive la prééminence, le sérieux, la crédibilité de l’initiative marocaine d’autonomie, le Conseil de sécurité confirme, si l’on est encore besoin, que l’autonomie reste et sera l’ultime et finale solution à ce différend régional», a indiqué Omar Hilale lors de la conférence de presse qu’il a tenue au siège du Conseil de sécurité à New-York. Hilale a saisi cette occasion pour exprimer au nouvel Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara, Staffan de Mistura, ses chaleureuses félicitations, tout en l’assurant du plein soutien et de la coopération du Maroc pour la réussite de sa nouvelle mission.

Hilale n’a pas manqué de souligner que «le Conseil de sécurité a mis à nu, dans sa nouvelle résolution, les allégations et les mensonges colportés par l’Algérie et son Polisario au sujet d’une prétendue guerre hollywoodienne au Sahara», et ce en ignorant totalement leur narratif guerrier attestant ainsi du calme, de la quiétude et de la normalité de la vie dans les provinces du Sud du Royaume. Le diplomate marocain a, par ailleurs, remercié le porte-plume, les Etats Unis, pour la présentation et la négociation de cette résolution ainsi que les membres du Conseil de sécurité pour le soutien qu’ils lui ont apporté.

Voir aussi

Contrebande de poulpe,pêche illicite

Pêche | Les dossiers qui attendent le futur ministre

Contrebande de poulpe, pêche illicite, utilisation d’engins prohibés, zoning, prix du gazoil, quotas, informel, commercialisation …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...