Le PNUD a-t-il menti ?

C’est la deuxième année consécutive que des voix officielles s’élèvent à Rabat, juste après la publication du rapport du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), pour contester le classement du Maroc en matière de développement humain. 

Disons-le tout net, la réaction de ces officiels marocains ne les honore pas.

Cette année, le Maroc se retrouve à la 130ème place sur 184 pays (contre la 114ème sur 169 pays, l’an dernier) et tout ce qu’ils trouvent à dire, c’est que les critères retenus par le PNUD pour procéder à ce classement ne sont pas bons. Ben voyons ! Les critères sont les mêmes pour tous les pays qu’évalue et classe le rapport annuel du PNUD, mais il faudrait les changer parce qu’ils ne mettent pas suffisamment en valeur les efforts du Maroc en faveur du développement humain…

 

Le PNUD continue de faire la sourde oreille, ne changeant rien à ses critères d’évaluation, sans que nos officiels en question ne réalisent l’indécence de leurs récriminations.

Car ce n’est pas aux «unités de mesure» qu’il faut s’en prendre quand on réalise un mauvais score, mais aux problèmes qui affaiblissent ce score.

Si le pèse-personne qui nous permet à tous de mesurer notre poids dit que X pèse 180 kg, ce n’est pas en bidouillant le pèse-personne que X deviendra poids plume…

Plutôt que de s’attaquer donc aux critères du PNUD, attaquons-nous à ces réalités qui ne font pas notre fierté !

Cela fait mal, bien sûr, de se voir à la 130ème place quand l’Algérie est à la 96ème, la Tunisie à la 94ème, la Libye à la 64ème, l’Arabie Saoudite à la 56ème, ou encore le Qatar à la 37ème… Mais le PNUD a-t-il menti sur nos chiffres ?

Ces chiffres montrent que le taux d’alphabétisation des adultes au Maroc n’atteint que 56,1%, alors qu’il est de 66% en Egypte, par exemple et de 92,2% en Jordanie !

Ils font ressortir que la durée moyenne de scolarisation, chez nous, n’est que de 4,4 années, alors qu’en Tunisie, elle est de 6,6 années et en Algérie de 7 années !

Ils nous apprennent par ailleurs que, faute d’accès aux hôpitaux et aux soins, notamment dans le monde rural, le taux de mortalité maternelle est de 110 pour 100 000 naissances, alors que ce taux est de 64 en Libye, de 60 en Tunisie et de 24 en Arabie Saoudite pour ne prendre que ces pays-là…

Autres indicateurs qui plombent le classement du Maroc, ceux qui concernent ses femmes. Selon le rapport du PNUD, le taux des Marocaines actives est de 26,2% au moment où il atteint 37,2% chez les Algériennes et –si l’on sort de la zone MENA- 60% chez les Brésiliennes, 70% chez les Gabonaises…

De même, seulement 6,7% des sièges au Parlement sont occupés par des femmes, contre 12% en Jordanie, 7% en Algérie.

Nous qui nous croyions à l’avant-garde !

Enfin, le rapport du PNUD indique que le Revenu National par Habitant au Maroc a baissé cette année à 4.196 dollars PPA (Parité de Pouvoir d’Achat) contre 4.628 dollars PPA l’an dernier (2010).

Ce qu’il y a à faire, pour remonter dans le classement du PNUD en matière de développement humain, est donc clair. S’il en était besoin, le rapport met les chantiers et leurs carences sous nos yeux. Ceux qui protestent seraient bien mieux inspirés d’appeler à s’y atteler rapidement, sérieusement et durablement.

Mais… Nos femmes et hommes politiques qui, en ces semaines électorales, nous promettent le paradis -dès qu’on aura voté pour eux- vont peut-être s’y mettre ?

Voir aussi

Médias : Cette «Zizanie» autour de la subvention de la presse…

Ce n’est pas un secret, la presse marocaine reçoit une subvention de l’Etat. Ce n’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.