mardi 24 septembre 2019

Entretien avec Noureddine Kissa, Directeur régional de l’agriculture Souss-Massa

«Un grand effort se fait pour la création de l’emploi»

Pour commencer, comment évaluez-vous la participation de la région de Souss-Massa au SIAM 2019?

C’est une occasion de parler de notre participation à travers  les 14 éditions passées et de cette année particulièrement. Comme vous le savez, la région de Souss-Massa est l’une des régions pionnières en agriculture au Maroc. Et ce, sur les deux plans concernant l’agriculture moderne avancée destinée exclusivement à l’exportation et l’agriculture solidaire axée autour des produits du terroir de la région. Le Salon, c’est aussi l’occasion de présenter les projets structurants de notre région, lesquels concernent la production, la valorisation et l’emploi. On est fier de participer à ce salon avec une trentaine de coopératives et de groupements d’intérêt économique, autour des coopératives et des produits du terroir présents aujourd’hui à la 14ème édition du  Salon.

Et si vous nous donniez un bref aperçu sur les réalisations du PMV au niveau de la région de Sous-Massa?

Pour la région de Souss-Massa et dans le cadre du PMV, on a eu la chance de faire bénéficier nos agriculteurs de 106 projets, constitués en deux parties, le Pilier I et le Pilier II.

Ainsi, pour le pilier I, la région totalise 42 projets. Ce pilier comprend deux volets et porte, notamment, sur l’agrégation au niveau de quatre grandes filières importantes: les primeurs, les agrumes, le lait et la viande rouge. A noter que notre région est la première région d’exportation des primeurs au niveau national. Elle représente en effet près de 85% des exportations. Pour les agrumes, on est à 65%. Par conséquent, ces deux filières ont généré un certain nombre d’emplois, de la richesse et de la valeur ajoutée pour nos agriculteurs.

Pour le pilier II, qui concerne principalement l’agriculture solidaire, on a réalisé 64 projets. C’est un pilier qui concerne les filières des zones de montagnes, plus particulièrement le miel, l’argan, le safran, le caroubier, etc. Il faut dire qu’au niveau de ce pilier, un grand effort a été fait pour l’organisation des coopératives. L’Etat prend la totalité des investissements et on est toujours en accompagnement de ces coopératives et les groupements d’intérêts économiques, pour mettre à niveau les productions locales. La tendance, c’est d’ailleurs de permettre à nos agriculteurs de bénéficier directement de la valeur ajoutée des produits de la région qui, disons-le, ont de la qualité.

La thématique choisie pour la 14ème édition du SIAM est «L’agriculture, levier d’emploi et avenir du monde rural». Quelles sont les actions de votre région pour promouvoir l’emploi dans le monde rural?

Au niveau de notre région, il y a un grand effort qui se fait au niveau de la création de l’emploi. Cela se fait notamment à travers les coopératives et l’incitation des coopérants à s’organiser et à redoubler d’efforts. Il y a également lieu de souligner le rôle des subventions d’Etat en matière de création des unités de valorisation à même d’encourager les jeunes à adhérer autour des produits du terroir; sachant qu’il y a déjà une dynamique et une grande adhésion autour de ces produits par les jeunes de la région, surtout ceux de Taroudant et de Tiznit. C’est ce qui nous encourage à poursuivre nos efforts, pour que les jeunes restent dans ces zones rurales qui sont très riches en produits du terroir.

Par ailleurs, il y a lieu de noter que la Région nous accompagne aussi dans notre activité. Pour sa part, notre Département est également conscient que cette question d’emploi des jeunes ruraux est au cœur des préoccupations. Dans ce cadre, le Conseil régional de Souss-Massa a réservé, cette année, 10 millions de dirhams pour accompagner les jeunes dans la création de leur entreprise et encourager la création de richesses. Notre rôle c’est d’accompagner ces jeunes pour valoriser les produits du terroir de la région.

Propos recueillis par Naîma Cherii

Voir aussi

Abdelwahab Rafiki (Abou Hafs), ancien détenu salafiste : «Restaurer l’autorité de l’Etat»

Pour l’ancien détenu salafiste, aujourd’hui plus modéré dans le propos, Abdelwahab Rafiki, l’Etat doit frapper …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.