Etats-Unis | Comment Donald Trump a cassé tous les codes

Présidence de Donald Trump

La présidence de Donald Trump aura été la plus saisissante, non pas par son orientation politique, mais plutôt du fait du ton et du style inhabituels  adoptés par le 45ème Président des Etats-Unis.

Dans un pays divisé sur plusieurs sujets d’ordre politique, économique et social, un seul point semble faire consensus parmi les Américains. Il s’agit du nouveau visage des Etats-Unis dans le monde, depuis que le milliardaire américain a été  propulsé dans le bureau ovale en 2016. Une chose est sûre c’est que Donald Trump a cassé, un à un, tous les codes de conduite, politiquement parlant.  

Entre fascination et déception

Jour après jour, les Etats-Unis et le monde observent, fascinés ou déçus, le spectacle Trump, scandé par de rituels tweets matinaux ou nocturnes. Son franc-parler fait jubiler sa base électorale. Comportement inacceptable qui affaiblit la fonction présidentielle et porte préjudice à l’image de la première puissance mondiale, déplorent ses détracteurs.

«J’ai les meilleurs mots», fanfaronnait le magnat de l’immobilier tout au long de sa campagne présidentielle de 2016.  Quarte ans après son installation dans le Bureau ovale, il demeure plus que jamais convaincu qu’il détient l’arme absolue, la communication. Toujours impulsif, provocateur, par moments agressif ou même méprisant, Donald Trump a depuis le début de son mandat à la Maison Blanche, opté pour un registre jusqu’ici inimaginable, du moins pas de la bouche du président des Etats-Unis. Trump multiplie les tweets à sa gloire. Face à un livre qui mettait en doute ses capacités à gouverner, il s’était qualifié de «génie». Pour ses partisans, être président de la première puissance mondiale nécessite de travailler l’estime de soi.

On ne change pas une formule qui gagne

À chaque polémique, son équipe, tente comme elle peut de sauver les meubles. Pour y parvenir, elle met toujours en avant le même argument qui n’est pas sans convaincre un grand nombre de citoyens américains. «Les Américains ont élu Donald Trump pour son rejet assumé du politiquement correct, pas pour qu’il se fonde dans le moule de ceux qui étaient là avant lui», répètent sans cesse les conseillers en communication de Trump. Seulement voilà, le nouveau Coronavirus a quelque peu affecté l’image de celui qui, en 2016, avait promis une vie meilleure à ses concitoyens dans le cadre de ce qu’il avait appelé à l’époque «América First» (l’Amérique d’abord). Sur la scène internationale, Donald Trump a beau aller répétant que l’Amérique est «de nouveau respectée», c’est d’abord le repli et l’isolement croissant du pays qui frappent les esprits. Bon nombre de spécialistes en relations internationales, «le manque de cohérence de la parole de l’homme le plus influent de la planète  place les États-Unis dans une situation délicate», explique-t-ils.

Sur la scène intérieure, à la veille de l’élection présidentielle, la question était: le style atypique de Donald Trump lui permettra-t-il d’être réélu en 2020 pour un deuxième mandat, comme le furent ses trois prédécesseurs, Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton? Et ceux qui la posent d’ajouter aussitôt que, quelle que soit l’issue de la présidentielle américaine, Donald Trump aura marqué l’histoire américaine par son style de «Bad boy» assumé, qui a brisé tous les codes «politiquement corrects» dont a toujours été encadrée la fonction de Chef d’Etat.

ML

Voir aussi

Le confinement vu par un jeune couple | Un cadeau du ciel !

Le confinement vu par un jeune couple | Un cadeau du ciel !

Il est rare que maris et femmes vivent 24 heures sur 24 ensemble, et encore …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.