Enseignement/Maroc : Le projet de loi-cadre bloque toujours !

Enseignement/Maroc : Le projet de loi-cadre bloque toujours !

Ce projet de loi-cadre concernant l’, qui devrait être adopté par le parlement, n’a toujours pas été voté.

Le projet de loi-cadre N° 51.17 relatif au de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique est toujours bloqué à la . Il n’a pas été voté par la Commission parlementaire de l’ à la , ni en session , la semaine dernière. Alors que ce même projet avait été adopté en Conseil de et en Conseil des ministres, présidé par le Roi.

Le projet a bloqué sur l’ des matières scientifiques dans les langues étrangères.

Notamment après un durcissement des positions des parlementaires du PJD, qui se sont alignés sur l’avis de leur ex-Secrétaire Général, Abdelilah Benkirane. Celui-ci n’a pas hésité, dans une vidéo, à appeler son successeur, le chef de (et chef du PJD), Saad Eddine El Othmani, à démissionner si le projet de loi-cadre, qui admet les langues étrangères, est adopté. 

Le gouvernement déterminé

Le gouvernement, en ce qui le concerne, est déterminé à parvenir à un consensus autour des points litigieux de la loi-cadre sur le d’éducation. Le chef de gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, a souligné que la réforme de l’éducation est la responsabilité de tous et que la réalisation des objectifs fixés par la Vision stratégique est tributaire d’une mobilisation générale.

Lire aussi
Parlement : Disputes, retard et… Fin de session

Ça bloque toujours, côté PJD

Mais au Parlement, le groupe des PJDistes bloque toujours ce projet du gouvernement qui est pourtant dirigé par leur chef de file. C’est dire les divisions qui minent le PJD… Pour eux, les dispositions du projet de loi-cadre n° 51-17 seraient de nature à favoriser les langues étrangères, plus particulièrement le français, au détriment de l’arabe. Pour l’heure, les parties campent sur leurs positions et invoquent l’article 5 de la Constitution qui énonce que «l’arabe demeure la langue officielle de l’Etat».

Et le parti de l’Istiqlal…

Le parti de l’Istiqlal, qui avait introduit l’arabisation de l’enseignement, se retrouve dans une posture délicate, entraîné dans un bras de fer interne au PJD. Le chef du parti de la balance, Nizar Baraka, s’est rétracté changeant d’argumentaire pour expliquer son opposition au projet de loi-cadre et expliquant que les enseignants ne sont pas aujourd’hui formés pour enseigner, notamment dans la langue de Molière (Français), les matières scientifiques. A suivre donc…

Mohammed Nafaa

Voir aussi

CNDH,Conseil national des droits de l’homme

Le CNDH publie son rapport 2021 sur la situation des droits de l’Homme au Maroc

Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) a rendu public vendredi son rapport annuel …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...