COVID-19 | Cinq vaccins testés sur l’homme en Chine

COVID-19 | Cinq vaccins testés sur l’homme en Chine

La compte désormais cinq expérimentaux anti- testés sur l’homme, et «les progrès vont bon train» avec des doses déjà inoculées à 2500 volontaires, a déclaré vendredi un vice-ministre de la Santé. 

Soucieux de protéger les Chinois et de faire taire les critiques occidentales sur sa gestion de l’épidémie, le gouvernement encourage instituts publics et compagnies privées à accélérer leurs recherches. 

Dans l’ensemble, les progrès vont bon train, grâce à une bonne coopération entre services de santé, hôpitaux et instituts de recherche, s’est félicité Zeng Yixin, un vice-ministre de la Santé. 

2575 volontaires au total ont été vaccinés dans le cadre des différents projets et aucun effet indésirable majeur n’a été rapporté, a souligné Zeng lors d’une de presse à Pékin. 

Il n’a pas évoqué de date de commercialisation d’un éventuel vaccin, estimant toutefois que la phase 2 de tous les essais cliniques actuellement en cours sera terminée d’ici juillet – c’est la deuxième des trois étapes des tests sur l’homme à valider avant toute commercialisation. 

Cinq projets sont donc en cours. 

Lire aussi
Wiqaytna/ Maroc | L'application de traçage des cas COVID-19 lancée

L’Académie militaire des sciences médicales de l’armée chinoise, en collaboration avec la compagnie CanSino BIO, travaille sur un vaccin qui utilise un adénovirus – un virus-vecteur pour faire entrer le pathogène dans le corps. 

Les quatre autres projets concernent des plus classiques, qui contiennent une version inactivée d’un pathogène (dans ce cas, le nouveau ) administrée pour déclencher une réaction immunitaire chez le patient. 

Deux sont menés par le mastodonte chinois du secteur, China National Biotec Group (CNBG): un en collaboration avec le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, l’autre avec l’Institut de virologie de Wuhan – la ville du centre de la où le a été repéré pour la première fois. 

La compagnie pharmaceutique Sinovac, basée à Pékin, travaille sur son propre vaccin. Le nom de l’entité menant le cinquième test clinique n’était pas connu dans l’immédiat. 

Les autorités pourraient donner leur feu vert en juin à d’autres essais sur l’homme, selon le vice-ministre. 

Avec AFP

Voir aussi

Maroc,Espagne,Grande-Marlaska,sécurité,économie,culture

Grande-Marlaska | Le Maroc, un voisin absolument stratégique et fiable

Le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a qualifié, vendredi, le Maroc de “voisin stratégique …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...