lundi 16 décembre 2019

Benguerir : La question agricole au coeur des préoccupations

Benguerir : La question agricole au coeur des préoccupations

Le Panel Scientifique Consultatif de Haut Niveau de l’Initiative Adaptation de l’Agriculture Africaine (AAA) a appelé, à Benguerir, à « mettre la question agricole au premier plan des préoccupations politiques et économiques« , tout en insistant sur la nécessité de renforcer la recherche et l’innovation agricoles.

Dans ses conclusions et recommandations présentées lors de la 2ème Conférence annuelle ministérielle de l’Initiative AAA, à l’issue de la Journée Scientifique organisée à l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), le Panel, constitué d’éminentes personnalités scientifiques et d’experts internationaux et africains, a plaidé pour des « programmes ambitieux de développement d’une agriculture climato-intelligente permettant aux agriculteurs et au secteur alimentaire de, simultanément, accroître la productivité, améliorer la résilience, gérer les ressources naturelles plus durablement afin de garantir la sécurité alimentaire, faire progresser les économies agricoles africaines le long de la chaîne de valeur, absorber la main-d’œuvre excédentaire et employer les jeunes productivement ».

Ledit Panel, qui apporte son éclairage scientifique pour donner un sens, une cohérence et une efficacité aux activités qu’entreprend la Fondation AAA, a, en outre, encouragé la Fondation « à poursuivre et à élargir son accompagnement des pays pour la formulation des Plans Nationaux d’Investissements dans l’Agriculture Climato-Intelligente ».

Il a aussi invité les institutions de financement partenaires « à soutenir cet effort et à contribuer au financement de la mise en œuvre de ces Plans dans le cadre des stratégies nationales de développement agricole ».

« A la question de savoir si l’Afrique sera en mesure d’assurer sa sécurité alimentaire à une échéance raisonnable, nous avons répondu Oui…Mais », a fait savoir le Panel, expliquant que « cette réponse optimiste par certains côtés mais nuancée est la résultante de diagnostics faits au niveau continental et d’hypothèses sur la capacité de nos pays de surmonter certains challenges en matière de production et de productivité agricoles dans le contexte de changements climatiques inéluctables ».

Par ailleurs, le Panel a invité les pays à « considérer le rôle important que peut jouer le commerce régional pour améliorer la sécurité alimentaire et pour faire face aux défis du changement climatique ».

« L’ouverture et le bon fonctionnement des marchés dans le cadre de la Zone de Libre Echange Continentale sont essentiels pour permettre davantage d’investissements dans l’agriculture afin de garantir une augmentation conséquente de la production et de la productivité agricoles », a-t-il insisté.

Et de soutenir que « Plus que jamais, la recherche scientifique doit se mobiliser, pour concevoir, expérimenter et évaluer de nouvelles techniques, sources d’innovation ».

En conséquence, a-t-il relevé, « il convient de renforcer la recherche et l’innovation agricoles axées sur l’adaptation de l’agriculture via nos systèmes nationaux de recherche agricole et en y associant les Centres Internationaux du Consortium du Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale (CGIAR) ».

Selon le Panel, cet effort doit être accompagné d’une amélioration du transfert de technologie aux agriculteurs afin de s’assurer que les activités de recherche répondent à leurs besoins et à leurs préoccupations face aux défis du changement climatique.

« La Fondation AAA est, en conséquence, appelée à favoriser et à appuyer les transferts de technologie, le partage des connaissances et le renforcement de capacités grâce à des coopérations Sud-Sud et triangulaires », a-t-il affirmé.

Le Panel s’est, en outre, dit satisfait de constater qu’après des années de négociations, la COP22, tenue à Marrakech, que le Maroc a voulu « COP de l’Action » et « COP pour l’Afrique », a marqué « un tournant décisif et historique permettant à l’agriculture de conquérir la place qui lui sied dans l’agenda international sur le changement climatique ».

« En mentionnant explicitement l’agriculture et la sécurité alimentaire dans la Proclamation de Marrakech, la communauté internationale reconnaît l’urgence d’agir pour préserver le bien-être des agriculteurs qui sont sur la ligne de front face aux menaces et aux impacts du changement climatique », a souligné le Panel, notant que cet acquis précieux doit être consolidé par la Fondation AAA, en renforçant ses activités de plaidoyer en faveur de l’adaptation de l’agriculture africaine dans les COPs et les organes et comités spécialisés de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques.

A noter que la Journée Scientifique, organisée en marge de la 2ème Conférence annuelle ministérielle de l’Initiative AAA, a été consacrée aux débats et aux discussions autour de quatre thèmes: « L’état des sols et l’adaptation au changement climatique en Afrique », « Optimiser la sécurité alimentaire en renforçant la résilience de l’eau en Afrique », « La gestion des risques climatiques : L’assurance agricole en Afrique » et « Financer l’adaptation de l’agriculture africaine« .

Avec MAP

Voir aussi

Salon “Dawajine 2019” : Du 26 au 28 novembre à Casablanca

Salon “Dawajine 2019” : Du 26 au 28 novembre à Casablanca

La 22ème édition du Salon Avicole de Casablanca “Dawajine 2019”, se tiendra du 26 au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.