vendredi 21 février 2020

Académie du Royaume : L’Inde se positionne comme un facteur d’équilibre dans un monde multipolaire

Académie du Royaume : L’Inde se positionne comme un facteur d’équilibre dans un monde multipolaire

L’Inde se positionne comme l’un des facteurs d’équilibre dans un monde multipolaire, loin de s’inscrire dans une quelconque logique isolationniste, a souligné mercredi à Rabat, le directeur général de l’Institut d’études et d’analyses de défense (IDSA) de la République de l’Inde et ancien ambassadeur, Sujan R. Chinoy.

L’expert indien qui intervenait sur “la transformation économique et la politique étrangère de l’Inde” lors de la 46e session de l’Académie du Royaume du Maroc a mis l’accent sur les atouts et le potentiel à l’origine de l’émergence de l’Inde dans les divers domaines.

Evoquant l’amélioration du classement mondial de l’Inde en termes de confiance des investisseurs étrangers, M. Chinoy a indiqué qu’elle est devenue un pôle mondial d’innovation et de créativité, mais aussi un acteur de poids sur le registre de politique étrangère. Ce pays-continent joue un rôle de leader dans les affaires internationales, sachant qu’il devrait devenir la deuxième économie mondiale à l’avenir, a-t-il poursuivi.

M. Chinoy a expliqué que le développement rapide de l’Inde est attribuable essentiellement à l’évolution du système judiciaire, devenu fort et indépendant, à la promotion de l’égalité de genres, à la libération du potentiel réel de l’économie grâce aux reformes financières et fiscales et à la lutte contre la bureaucratie.

Ce sont là autant de des changements qui ont permis de faire de l’Inde un pays de fondé sur le savoir et la technologie et prêt à entrer de plain pied dans l’ère de la 4e révolution industrielle, a-t-il expliqué.

Abordant “l’expérience de la modernisation en Inde : vers le siècle numérique”, le directeur de Observer Research Foundation à New Delhi, Sunjoy Joshi, a de son côté souligné que l’Inde s’est engagée dans une nouvelle forme d’alphabétisation, à savoir l’alphabétisation numérique avec le lancement notamment de la politique nationale de communication numérique en faveur d’un accès plus large au numérique. Aujourd’hui, l’Inde se positionne à la première place mondiale avec près de 560 millions d’utilisateurs d’internet, a-t-il précisé.

Le véritable défi de l’Inde réside, selon lui, dans le renforcement de sa contribution à la chaine de valeur mondiale et son aptitude à faire face aux mutations sur la scène internationale, dans un contexte marqué par l’émergence de nouvelles formes de production industrielle.

Il a noté que la démocratisation du numérique dans ce pays a été possible grâce aux capitaux privés qui ont permis le dédoublement du nombre d’utilisateurs en passant de 300 millions en 2014 à plus de 600 millions aujourd’hui.

Le directeur de recherche au Centre d’études de l’inde et de l’Asie du Sud de l’École des Hautes études en sciences sociales (France), Jean-Luc Racine, a estimé que le gouvernement au pouvoir depuis 2014 en Inde fait la jonction entre l’histoire ancienne, les défis et les dynamiques du présent et l’ambition du futur consistant à faire de l’inde une grande puissance.

Traitant de la thématique “une nouvelle Inde ? nationalisme, quête de puissance et défis de développement”, M. Racine a relevé que si la quête de puissance est réelle, comme l’illustrent les efforts de défense et le programme spatial, les défis de développement pour tous restent considérables.

L’Inde, pays qui compte 1.3 milliards d’habitants, possède le statut de pays émergent, membre du BRICS, et est appelé selon des études prospectives à se positionner parmi les cinq puissances mondiales.

A travers cette 46e session placée sous le thème “l’Asie comme horizon de pensée : expériences de modernisation et de développement” déclinée en trois séquences, la Chine, l’Inde et le Japon, l’Académie du Royaume explore les forces du changement qui façonnent l’Asie et comprendre les processus qui ont conduit ce continent vers des expériences de modernisation.

Avec MAP

Voir aussi

AFD : Un nouveau fonds dédié aux start-up africaines

AFD : Un nouveau fonds dédié aux start-up africaines

L’Agence française de Développement (AFD) a lancé un nouveau fonds de 15 millions d’euros dédié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.