USA | Une réforme de la police après le verdict Chauvin

Etats-Unis,George Floyd,Derek Chauvin

Le policier blanc Derek Chauvin a été déclaré coupable du meurtre de George Floyd, mardi 20 avril. Une «victoire pour la justice» selon la famille du quadragénaire noir, dont l’homicide l’an dernier à Minneapolis est devenu le symbole des brutalités policières contre les minorités aux Etats-Unis.

«C’est une victoire pour ceux qui luttent pour la justice contre l’injustice», ainsi qu’un «tournant dans l’histoire», s’est félicité l’avocat Ben Crump, entouré de la famille Floyd. «Nous quittons Minneapolis en sachant que l’Amérique est meilleure». A l’annonce du verdict, des rassemblements spontanés ont eu lieu dans tout le pays, afin de fêter la condamnation de Derek Chauvin.

Le ministère américain de la justice a annoncé ouvrir une enquête sur la police de Minneapolis, pour déterminer si elle faisait systématiquement un usage excessif de la force. Cela correspond au troisième point d’une liste de 24 demandes formulées par les activistes du quartier auprès des autorités. «Le ministère de la Justice a ouvert une enquête pour déterminer si la police de Minneapolis suit un modèle ou des pratiques de maintien de l’ordre inconstitutionnels ou illégaux», a déclaré le ministre de la Justice Merrick Garland.

L’enquête, distincte de celle en cours sur la mort de George Floyd, vise à déterminer si la police de Minneapolis, ville du nord des États-Unis, fait systématiquement un usage excessif de la force, y compris lors de manifestations légales, a-t-il ajouté.

 Si l’existence de pratiques illégales est prouvée, une procédure judiciaire visant à obliger la ville à entreprendre d’importantes réformes de sa police pourrait suivre.

«Le ministère de la Justice agira de façon déterminée dans cette quête de la justice» à Minneapolis, a déclaré M. Garland.

Sous la présidence de Barack Obama, les autorités fédérales avaient lancé de retentissantes enquêtes visant des villes des États-Unis où des policiers étaient accusés de racisme ou d’abus de pouvoir, comme Baltimore, Chicago ou San Francisco. 

Donald Trump avait plus tard fait part de son opposition à de telles investigations.

P. Zehr

Voir aussi

11 Septembre,États-Unis,Guantanamo Bay

Terrorisme | Que reste t-il de Guantanamo ?

Vingt ans après les attentats du 11 Septembre, les États-Unis continuent leur “guerre contre le terrorisme” sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.