Tomber de rideau sur le Congrès national des droits de l’enfant : Le meilleur pour la fin

Tomber de rideau sur le Congrès national des droits de l’enfant : Le meilleur pour la fin

Geert Cappelaere remettant le prestigieux prix «The United Nations Champion Generation Unlimited», à SAR la Princesse Lalla Meryem.

SAR la Princesse Lalla Meryem, Présidente de l’Observatoire National des Droits de l’Enfant (ONDE), a présidé, samedi 23 novembre 2019  à Marrakech, la cérémonie de clôture de la 16ème édition du Congrès National des Droits de l’Enfant, qui a coïncidé cette année avec la célébration du 30ème  anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

SAR la Princesse Lalla Meryem a suivi, à cette occasion, une présentation sur écran du film retraçant les «30 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE): Bilan, défis et perspectives». Son Altesse Royale a suivi également une présentation sur le Pacte National pour l’enfant à l’horizon 2030 (Feuille de route à l’horizon 2030) faite par la Directrice Exécutive de l’ONDE, Lamia Bazir. S’exprimant à cette occasion, Bazir a souligné que ce Pacte ne constitue pas seulement une feuille de route, mais il enclenche une disruption dans les méthodes de gestion des questions liées à l’enfance au Maroc.

Le Maroc signe un pacte national pour l’enfance

Par la même occasion, il a été procédé à la signature d’un engagement au Pacte National pour l’enfance à l’horizon 2030, par le président de la Chambre des Représentants, Habib El Malki, le ministre d’État chargé des droits de l’Homme et des Relations avec le parlement, Mustapha Ramid, le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saïd Amzazi, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb et la ministre de la Solidarité, du Développement social, de l’Égalité et de la Famille, Jamila El Moussali. Cet engagement a été aussi signé par le secrétaire général du ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Zouhir Chorfi, le procureur général du Roi près la Cour de Cassation, président du Ministère public, Mohamed Abdennabaoui, le directeur général de la statistique et de la comptabilité nationale au Haut-Commissariat au Plan (HCP), Mohammed Bircharef et la Directrice exécutive de l’ONDE, Lamia Bazir. Par la suite, lecture a été donnée par Meryem Amjoun, lauréate du concours «Défi de la lecture arabe 2018», du message des enfants parlementaires adressé au secrétaire général de l’ONU, avant qu’il ne soit remis à Omar Hilale, Ambassadeur, représentant permanent du Maroc à l’ONU et Président du conseil exécutif de l’UNICEF. Hilale a affirmé, dans ce cadre, que la vision de SM le Roi Mohammed VI et l’engagement personnel et résolu de SAR la Princesse Lalla Meryem ont fait de la promotion et de la protection des droits de l’enfant une priorité nationale et ce, bien avant l’adoption de la convention des droits de l’enfant.

Par la suite, il a été procédé à la présentation sur écran du Prix «The United Nations Champion Generation Unlimited» décerné à SAR la Princesse Lalla Meryem par l’Organisation des Nations Unies. Ce prix onusien a été remis à Son Altesse Royale, par Geert Cappelaere, Conseiller principal au bureau du directeur exécutif de l’UNICEF. Dans un message vidéo de la Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore, projeté à cette occasion, la responsable onusienne a remercié SAR la Princesse Lalla Meryem pour l’organisation de la 16ème  édition du Congrès National des Droits de l’Enfant, placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, saluant son engagement et ses actions en faveur de la défense et de la promotion des droits de l’enfant, partout dans le monde.

ML

Les détails du Pacte national pour l’enfance

Multidimensionnel, le pacte national vise à assurer la promotion d’une nouvelle perception de l’enfant pour l’ériger en priorité nationale.

-Sur la réduction des inégalités, le gouvernement et notamment le ministère de la Santé, de l’Education et de l’Intérieur s’engagent à améliorer l’accès et la qualité des services publics permettant la réduction des disparités socio-spatiales, avec une attention particulière accordées à la petite enfance.

-Sur le plan législatif et judiciaire, le ministère de la Justice s’engage à renforcer les dispositifs de protection alternatifs pour les enfants privés de famille et en situation difficile. De plus, la Présidence du ministère Publique en partenariat avec l’ONDE mettra en place des programmes et des formations pour ancrer l’intérêt supérieur de l’enfant dans la pratique judiciaire.

-Au niveau décisionnel, le Parlement du Maroc s’engage à impliquer et consulter systématiquement le Parlement de l’Enfant pour toute législation le concernant. Sur le plan institutionnel, une plateforme de coordination et un budget consacré à l’enfant seront mis en place par le ministère des Finances.

-Le comité interministériel, présidé par le Chef du Gouvernement, s’engage pour sa part, à accélérer la mise en œuvre d’un arsenal efficace et complet incluant toutes les mesures et actions visant à prévenir et prohiber toutes les formes de négligence, d’abus, d’exploitation et de violence à l’égard des enfants (PPIPEM). Dans ce cadre, le programme «villes sans enfants en situation de rue» se développera à l’échelle continentale par la diffusion de la boite à outils préparée par l’ONDE (à partir de l’exemple de Rabat en tant que ville pilote), aux principaux responsables territoriaux africains.

-L’ONDE, en partenariat avec le HCP et d’autres partenaires, s’engage à mettre en place un Observatoire de l’Enfance qui permettra de répertorier l’ensemble des intervenants et programmes ciblant l’enfance au Maroc. Cet Observatoire aura pour objectif d’orienter les prises de décisions axées sur l’amplification des résultats.

Ils ont déclaré au Reporter

Lamia Bazir, Directrice exécutive de l’Observatoire National des Droits de l’Enfant (ONDE)

Tomber de rideau sur le Congrès national des droits de l’enfant : Le meilleur pour la fin

«La 16ème édition du Congrès national des droits de l’enfant, organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et la Présidence effective de SAR la Princesse Lalla Meryem, a coïncidé cette année avec la célébration des 30 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Cet événement a consacré un moment de mobilisation historique à tous les niveaux. Au sein de l’ONDE, nous avons veillé à donner la parole aux jeunes à travers le Parlement de l’enfant, afin de garantir que leurs besoins, préoccupations et aspirations, soient placés au cœur des priorités des faiseurs de politiques publiques au Maroc. Le secteur privé, la société civile et l’ensemble des citoyens sont aujourd’hui appelés à reconsidérer la place de l’enfance et ériger cette question en priorité nationale. Il s’agit, en premier lieu, de poursuivre les chantiers structurants en matière d’enfance avec plus de confiance et surtout, plus d’efficacité».

Saâd-Eddine El Othmani, Chef de gouvernement

Tomber de rideau sur le Congrès national des droits de l’enfant : Le meilleur pour la fin

«Le Congrès national des droits de l’enfant, organisé du 20 au 23 novembre 2019 à Marrakech, témoigne de l’importance accordée par SM le Roi Mohammed VI et SAR la Princesse Lalla Meryem, à la situation de l’enfance au Maroc. Le Maroc a été l’un des premiers pays à signer la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Feu SM Hassan II avait signé en personne cette Convention à New York. Le 16ème Congrès national des droits de l’enfant a coïncidé cette année avec le 30ème anniversaire de cette Convention à laquelle le Royaume accorde le plus grand intérêt. Ce Congrès a permis de faire un bilan de ce qui a été réalisé dans le domaine de l’enfance, mais aussi de pointer les faiblesses et les difficultés à dépasser en matière de protection de l’enfant au Maroc».

Habib El Malki, président de la Chambre des Représentants

Tomber de rideau sur le Congrès national des droits de l’enfant : Le meilleur pour la fin

«La tenue à Marrakech, du Congrès national des droits de l’enfant dans sa 16ème édition, témoigne de l’importance accordée par SM le Roi et SAR la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’ONDE, aux questions liées à l’enfance et aux droits de l’enfant. Le Maroc a enregistré, tout au long des vingt dernières années, des réalisations considérables dans le domaine de la protection des enfants. Et cela, à travers les initiatives royales dans le domaine de la défense des droits de l’enfant, qui ambitionnent d’ériger l’enfant  au cœur des politiques liées à  l’éducation, la formation, la protection de la famille, tout en veillant à la création d’institutions qui concernent l’enfant et la protection de ses droits ; ainsi qu’à travers l’instauration de politiques durables afin de faciliter la scolarisation des enfants, aussi bien dans le milieu rural qu’urbain».

Jamila El Moussali, ministre de la Solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille

Tomber de rideau sur le Congrès national des droits de l’enfant : Le meilleur pour la fin

«Le 16ème Congrès national des droits de l’enfant intervient cette année dans un contexte particulier. En effet, le Maroc à l’instar de tous les pays du monde, célèbre le 30ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Il est important de rappeler que le Maroc a été l’un des premiers pays à avoir signé cette Convention. Dans le cadre de la promotion du rôle de l’enfant dans le processus démocratique enclenché depuis plusieurs années par le Royaume, le Maroc a mis en place l’Observatoire National des Droits de l’Enfant présidé par SAR la Princesse Lalla Meryem, outre la création du Parlement de l’enfant. Les orientations royales sont claires, l’enfant constitue le maillon fort du développement durable auquel aspire notre pays, d’où la nécessité de placer ses préoccupations et ses attentes au cœur des priorités nationales».

Omar Hilale, Ambassadeur représentant permanent du Maroc à l’ONU, Président du Conseil d’Administration de l’UNICEF

Tomber de rideau sur le Congrès national des droits de l’enfant : Le meilleur pour la fin

«Pour moi, c’est un honneur de participer au 16ème Congrès national des droits de l’enfant. Les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain, les responsables et les leaders du futur. Ce sont ces enfants qui, une fois adultes, construiront le Maroc de demain, auquel nous aspirons tous. Il est très important de leur transmettre les principes de la citoyenneté, les valeurs de la tolérance, l’importance du respect de l’autre, des institutions et de la démocratie. Etre en face de ces jeunes filles et garçons est, pour moi, très galvanisant. L’engagement que j’ai pu voir dans les yeux des enfants qui ont pris part à ce Congrès me rend très rassuré quant à l’avenir de mon pays. Je ne le dirai jamais assez, le Maroc dispose d’une jeunesse vibrante et engagée. Le Parlement de l’enfant qui s’est réuni en session extraordinaire à l’occasion de la tenue du 16ème Congrès national des droits de l’enfant, organisé à l’initiative de l’Observatoire National des Droits de l’Homme présidé par SAR la Princesse Lalla Meryem, est un exemple à suivre en matière de démocratie participative à laquelle le Maroc tient énormément. Sans l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, ce Parlement n’aurait pas vu le jour. SAR la Princesse Lalla Meryem suit de près toutes les initiatives prises en faveur de l’enfance au Maroc, mais aussi dans le monde. C’est dire si l’enfant est placé au cœur des priorités du Royaume».

Giovanna Barberis, représentante de l’UNICEF au Maroc

Tomber de rideau sur le Congrès national des droits de l’enfant : Le meilleur pour la fin

«Le Maroc a réalisé un grand progrès dans le domaine de la défense des droits des enfants. Le pays peut se féliciter de ce progrès. A son tour, l’UNICEF félicite le Maroc pour les avancées réalisées dans ce domaine. Beaucoup de réalisations ont été faites ces dernières années, notamment en ce qui concerne la généralisation de l’enseignement primaire et la baisse du taux de mortalité infantile et maternelle. Ces résultats tangibles, font du Maroc un modèle dans le domaine de l’amélioration de la situation des enfants. Clairement, il y a encore des défis à relever pour améliorer davantage la situation de l’enfance dans le milieu rural. Dans la région, certains pays connaissent des situations de fragilité politique et de conflits armés, avec un impact énorme sur la vie quotidienne des enfants. Il est grand temps de se pencher sérieusement sur cette question».

Ayman Othman Al-Barout, Secrétaire général du Parlement arabe de l’enfant

Tomber de rideau sur le Congrès national des droits de l’enfant : Le meilleur pour la fin

«Le Congrès national des droits de l’enfant qu’abrite la ville de Marrakech traduit l’intérêt particulier qu’accorde SM le Roi Mohammed VI aux questions liées à l’enfance. Le Parlement de l’enfant marocain est une expérience réussie en matière de démocratie participative où l’enfant a son mot à dire. Nous aspirons à une exemplarité en transfert d’expériences entre le Parlement arabe basé à Sharjah aux Emirats Arabes-Unis et le Parlement marocain de l’enfant dont le siège se trouve à Rabat. L’enfance représente la moitié des populations dans les pays arabes. Le Parlement arabe de l’enfant veille à mettre en œuvre le partenariat autant que le Maroc qui a réalisé un succès en la matière. Le Parlement arabe tend aussi à élargir ses partenariats particuliers, notamment avec l’Unicef»

Voir aussi

Ivanka Trump au Maroc : Recevoir, c’est tout un art

Ivanka Trump au Maroc : Recevoir, c’est tout un art

Ivanka Trump à la table de SAR la Princesse Lalla Meryem Comme le veut la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.