Port Dakhla Atlantique | Un «méga-hub» portuaire, coup de grâce aux séparatistes !

Port Dakhla Atlantique

Dakhla est en passe de devenir une plaque tournante des échanges avec l’Afrique de l’Ouest et l’Amérique latine. Les perspectives de faire de cette province saharienne un hub important sont enthousiasmantes. Et ce n’est pas sans raisons. Cette ville marocaine dispose d’un potentiel maritime parmi les plus grands, riches et variés.

Des méga chantiers structurants à l’instar du port Dakhla Atlantique, des projets de dessalement des eaux de mer et d’énergies renouvelables, sont autant de facteurs de complémentarité économique maroco-africaine et bien au-delà. La ville connait une dynamique qui bat en brèche les stratagèmes de basse facture et manœuvres complotées par les précurseurs d’un séparatisme qui ne trouve plus preneur.

Dans cette perspective, le Discours royal, prononcé à l’occasion du 45ème anniversaire de la marche verte, a lancé les bases des projets structurants, qui vont favoriser la promotion des secteurs économiques et donner une nouvelle dynamique socio-économique à l’ensemble des provinces du Sud du Royaume.

Le Discours royal recèle une nouvelle vision stratégique qui permet de mettre en valeur toutes les potentialités économiques, dont les ressources halieutiques, de la façade atlantique sud du Royaume.

Une nouvelle feuille de route pour le développement des provinces du Sud basé sur l’économie maritime. Voici, en substance, l’idée inédite qui se dégage du Discours royal qui a insisté sur la nécessité de mettre à profit les potentialités de ces provinces sur les différents plans, non seulement pour consolider le développement de ces zones, mais également pour en faire un relais entre le Maroc et l’Afrique.

En vue de réaliser cette finalité, le Souverain a défini les principaux axes d’un plan reposant sur l’achèvement des grands projets de développement.

Parmi ces projets, le nouveau port en cours de réalisation dans la province de Dakhla sera l’un des grands ports sur la façade atlantique, après celui de Tanger Med (qui est au point de rencontre de la Méditerranée et de l’Atlantique). Ce port s’est hissé comme un modèle à l’échelle du continent, celui d’une plateforme intégrée, à la fois portuaire et industrielle, agissant comme un hub logistique majeur pour la connectivité et la facilitation des échanges.

Avec l’ouverture de deux nouveaux terminaux fin juin 2019, Tanger Med est devenu le plus grand port de la Méditerranée, dépassant Algeciras et Valence en termes de capacité de conteneurs.

Le succès de cette plateforme portuaire a inspiré l’ancien président algérien Bouteflika et l’actuel président Abdelmajid Tebbounne. Celui-ci est en train de remettre au goût du jour les mégaprojets de l’ère Bouteflika. Ceux-ci sont devenus projets de tiroir depuis maintenant plusieurs années faute de financement et de vision stratégique.

Si le projet emblématique de Tanger-Med est, d’ores et déjà, reconnu comme le premier port en Afrique, le port Dakhla Atlantique contribuera à coup sûr à consacrer cette tendance.

En effet, lorsqu’elle sera achevée, la future plateforme portuaire pourra traiter 2,2 millions de tonnes au cours des premières années. Elle comprendra une digue principale de 2,800 m, une digue secondaire de 600 m, un quai de commerce de 800 m sur 12, un quai de pêche hauturière de 1,500 m sur 7, un bassin de 39 hectares et un élévateur de bateaux d’une capacité de 450 tonnes.

Situé à 30 km au nord de Dakhla, le nouveau port Dakhla Atlantique et les zones logistiques et industrielles qui l’entourent devront jouer un rôle très important dans la dynamisation de la région.

Il devrait générer quelque 183 000 emplois additionnels à l’horizon 2030 et permettre la création de nouveaux marchés en direction de l’Afrique, de l’Europe et de l’Amérique latine.

Les études relatives à la réalisation de ce projet gigantesque sont finalisées depuis plus d’un an. Les appels d’offres pour lancer les premiers travaux liés au nouveau port ont été lancés il y a quelques mois.  Un budget de 10 milliards de dirhams a été alloué à la réalisation de ce grand chantier, qui constitue un coup de grâce pour les séparatistes et leurs mentors du Pouvoir algérien.

N. Cherii

Voir aussi

Fonds de développement agricole 2021

Fonds de développement agricole | Des subventions d’environ 4,2 milliards de DH en 2021

Les subventions du Fonds de développement agricole devraient atteindre environ 4,2 milliards de dirhams (MMDH) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.