Elections 2021 | La Réussite électorale, défi de l’Intérieur et des acteurs politiques

Elections 2021 La Réussite électorale, défi de l’Intérieur et des acteurs politiques

Mode de scrutin, quotient électoral, les points de vue sont toujours opposés et sont toujours objet de consultations et de divergences entre la majorité et les chefs de file de l’opposition.

Ceux-ci n’en démordent pas et reprochent au Parti majoritaire sa ténacité à tout faire pour leur imposer sa propre vision sur les réformes des lois électorales.

Pour les Partis de l’opposition, le PJD se débat alors que les consultations avec l’opposition piétinent du fait que le Chef de la majorité semble oublier que les Partis de l’opposition, qui prennent part aux consultations, demeurent favorables à la proposition relative à la modification du quotient électoral. Ceci divise, à l’approche des prochaines échéances électorales, les acteurs partisans qui prédisent d’ores et déjà d’une possible confrontation entre les diverses formations politiques. En atteste, le blocage des consultations Majorité-opposition qui peinent à aboutir à un consensus sur le fameux quotient électoral. Le PJD, selon les Partis de l’opposition ferme les yeux sur les projets de modification du quotient électoral et insiste pour mettre sur la table des débats sa seule vision de la réforme des lois électorales, ce qui a provoqué le consensus des formations politiques de l’opposition.

Le PJD, par la voix autorisée de son patron Saâd Eddine El Othmani ne cache pas, chaque fois que l’occasion se présente, le fait que le Parti majoritaire n’est aucunement disposé à changer sa position et se refuse à amender le quotient électoral, tout en respectant l’opinion des Partis de l’opposition. Aussi, il reproche au Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, de tourner le dos au legs d’Abderrahman Youssoufi, à savoir l’actuel système électoral. Les Partis politiques, fait remarquer El Othmani, feraient mieux de nettoyer l’atmosphère politique et de suggérer que les formations politiques en arrivent à un consensus sur nombre de projets de lois encore dans les tiroirs du Parlement pour des raisons et calculs et positions à connotation politique.

Le patron du Parti de l’Istiqlal, Nizar Baraka, a un tout autre avis sur la problématique du quotient électoral. Il faut, pense-t-il «rester très mesuré sur la question et éviter d’attirer le pays vers une crise politique inutile». Et le patron du Parti de l’Istiqlal de mettre le doigt sur la plaie: il faut réussir la participation des électeurs, rétablir la confiance avec les citoyens et crédibiliser le prochain Gouvernement. Pour reprocher les points de vue et permettre aux diverses formations politiques d’accorder leurs violons, le ministère de l’Intérieur a initié une série de rencontres qui ont permis, entre autres, aux Partis politiques de rapprocher leurs points de vue au sujet de l’opération électorale.

Un réel défi, reconnaît le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit. Le département de l’Intérieur, a précisé le ministre, est soucieux à quelques mois des échéances électorales 2021 «de réunir les conditions adéquates et de les réunir dans les meilleures conditions».

Mohammed Nafaa

Voir aussi

un-haut-responsable-des-affaires-etrangeres-espagnoles-met-en-garde-contre-la-menace-terroriste-que-represente-les-milices-du-polisario

Un haut responsable des Affaires étrangères espagnoles met en garde contre la menace terroriste que représente les milices du polisario

Le directeur général de la politique étrangère et de sécurité du ministère espagnol des Affaires …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.