Les conséquences de la mort du Président Tchadien sur la stabilité de la région

khalid cherkaoui semmouni isic

La mort du Président tchadien, , est un coup dur pour le G5 Sahel (Mauritanie, Mali, , Niger et Tchad), créé en 2014 pour répondre aux défis sécuritaires et de développement dans la région, au sein duquel le défunt a joué un rôle militaire prépondérant dans la lutte contre le terrorisme et pour la stabilisation de l’espace sahélo-saharien.

Au pouvoir durant trente ans, il était devenu au fil du temps un pion essentiel sur l’échiquier africain. La question se pose: Quelles sont les conséquences de la mort de Déby pour les voisins du Tchad et la stabilité de la région ?

Quel est le rôle du Tchad dans la région ?

À l’évidence, après la mort du Président , la région risque de s’enfoncer un peu plus dans l’instabilité ; et pourrait avoir de lourdes conséquences dans la lutte contre Boko Haram et contre le groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), vu le rôle joué par . Celui-ci ayant fait de l’armée tchadienne une force moteur contre la menace djihadiste, et contribué de manière significative à la stabilité régionale. En particulier dans le cadre des efforts en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Sahel. Sans oublier que le Président Déby était un partenaire essentiel pour la et les Nations Unies.

En effet, Le Tchad est cerné par des États instables tels que la , le Soudan et la . Ces pays frontaliers du Tchad pourraient être affectés par une recrudescence des groupes armés, trafiquants et djihadistes. Surtout que le Tchad est considéré comme un carrefour des tensions et un rempart contre l’afflux des terroristes venant du Sahel vers la région du lac Tchad. C’est pourquoi ces pays ont exprimé leurs préoccupations quant à la situation au Tchad. Ils ne semblent pas capables de contrôler les longues frontières avec le Tchad. 

D’autant plus que le Tchad qui jouissait d’une stabilité relative et occupe, géographiquement, une place stratégique dans une région troublée et mouvante, est un acteur incontournable de la lutte contre les groupes jihadistes dans le bassin du Lac Tchad, où il est intervenu dès 2014 pour lutter contre le groupe de Boko Haram. Il participe avec 1.440 soldats à la Minusma (Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali). Aussi, il vient de déployer 1.200 hommes dans le cadre de la force multinationale anti-djihadiste, pour renforcer l’opération «Barkhane», dans le cadre de la force conjointe du G5 Sahel (Mali, , Niger, Mauritanie et Tchad).

Lire aussi
Tchad | Le général Mahamat Idriss Déby occupe les fonctions de Président de la République

Les conséquences de la mort d’Idriss Déby sur la stabilité régionale

 La mort d’Idriss Déby peut générer une déstabilisation, au sein même du pays d’abord. Le Tchad passe actuellement par une période de transition très incertaine. Un Conseil militaire de transition (CMT) est proclamé, dirigé par le général Mahamat Idriss Déby, fils d’Idriss Déby. Il a pris une série de mesures exceptionnelles, dont la suspension de la Constitution, la dissolution de l’Assemblée nationale et du gouvernement, la mise en place d’un couvre-feu.

Or, les partis politiques de l’opposition et une partie de la société civile rejettent le CMT pour le non-respect de la constitution  qui stipule qu’il incombe au président de l’Assemblée nationale de diriger la transition, exigent l’instauration d’une transition dirigée par les civils, appellent au dialogue et mettent la France en garde de ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures du Tchad.

Il est certain que ces événements vont rendre la situation encore plus complexe, et pourraient avoir un impact direct sur la stabilité interne au Tchad, surtout dans le cas où le Conseil militaire de transition ne serait pas capable d’assurer la stabilité, l’intégrité du Tchad et de mettre en œuvre un processus démocratique, tout en respectant ses engagements militaires dans la région.

 Face à cette situation politique interne et aux menaces terroristes dans la région du Sahel et du Lac Tchad, le réajustement du dispositif sécuritaire des alliés du Tchad au Sahel est devenu nécessaire, en tenant compte du fait que  le Tchad vient de prendre la présidence du G5 Sahel, dont il est la pierre angulaire et le plus gros contributeur.

Il est désormais important de redonner les clés du dispositif sécuritaire au G5 Sahel avec l’appui des partenaires africains comme le et européens comme la France, l’allié traditionnel du Tchad, pour engager une transition vers une grande coopération structurée. Le G5 Sahel a besoin d’une action commune, immédiate et concertée avec ses partenaires et doit développer une vision stratégique en prévision des risques et menaces sécuritaires à venir.

Khalid Cherkaoui Semmouni

Professeur à la Faculté de Droit à Rabat

(Expert en droits de l’homme et terrorisme)

Voir aussi

Maroc Et Droits De L'homme Khalid Cherkaoui Semmouni

Le nouveau gouvernement et la mise en œuvre du modèle de développement

Selon l’article 47 de la Constitution, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a nommé le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...