Le Maroc devient de moins en moins dépendant de la pluviométrie (El Otmani)

Le Maroc devient de moins en moins dépendant de la pluviométrie (El Otmani)

Le Maroc devient, d’année en année, moins dépendant de la , a affirmé lundi à Rabat le Chef de gouvernement, Saad Dine El Otmani.

En réponse à une question centrale sur « la politique de l’eau » lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des représentants, M. El Otmani a souligné que le Royaume est devenu, en dépit de l’importance de la , moins dépendant des aléas du climat sur le plan économique ainsi qu’au niveau du Produit intérieur brut (PIB).

Relevant que les besoins du Maroc en eau devraient augmenter progressivement en raison de l’accroissement de la population prévu pendant les trente prochaines années parallèlement à la baisse continue des précipitations, le chef du gouvernement a indiqué que l’exécutif demeure engagé à mettre en service deux à trois chaque année.

Le gouvernement a veillé à l’élaboration du Programme national prioritaire d’approvisionnement en et d’irrigation 2020-2027, et du projet de plan national de l’eau pour la période 2020-2030, tout en poursuivant la mise en œuvre des programmes liés à la gestion de l’eau, conformément aux engagements pris dans le programme gouvernemental.

Maroc/Pays-Bas | Cérémonie de clôture d’un projet relatif au pilote de production d'eau potable (ONEE)

Le chef de gouvernement a en outre passé en revue certaines nouveautés apportées par le Programme national prioritaire d’approvisionnement en et d’irrigation et le projet de plan national de l’eau, soulignant que la mise en œuvre des dispositions du programme national nécessitera une enveloppe budgétaire d’environ 115 milliards de dirhams répartis sur cinq axes.

Ces axes portent sur le développement de l’offre en eau, notamment par la construction de 20 grands d’une capacité de 5,38 milliards de mètres cubes, l’objectif étant d’atteindre une capacité totale de stockage d’environ 27,3 milliards de mètres cubes après l’achèvement des travaux de ces , notant que 909 sites sont éligibles à la construction de petits .

Le programme prévoit aussi la gestion de la demande et la valorisation de l’eau, car il comporte des mesures permettant de poursuivre les efforts menés en la matière, que ce soit dans le domaine agricole par la promotion continue des systèmes d’irrigation ou au niveau de l’ en améliorant l’efficacité des équipements de production et en augmentant la rentabilité des réseaux de distribution.

Stress hydrique : SM le Roi lance l’autoroute de l’eau !

Le troisième axe concerne le programme de promotion de l’approvisionnement en eau potable dans le monde rural et la lutte contre la précarité dans certaines zones, notamment en période de . Dans ce sens, 659 centres seront programmés pour une enveloppe de 5 MMDH, ce qui permettra de généraliser l’accès à l’eau potable pour l’ensemble des centres ruraux.

Ces mesures devront bénéficier à quelque 7.876 douars pour une enveloppe globale d’environ 9,68 MMDH, ce qui ouvre la voie à la généralisation de l’approvisionnement en eau potable à l’ensemble des douars du Royaume.

Le quatrième axe porte sur la réutilisation des eaux usées traitées. A ce propos, un programme national intégré d’assainissement liquide dans les zones urbaines et rurales et de réutilisation des eaux usées traitées a été mis en place dans le but de poursuivre la réalisation des projets d’assainissement liquide au profit de 128 villes et centres urbains, d’équiper 1.207 centres ruraux de réseaux d’assainissement liquide et de réutiliser les eaux usées pour l’irrigation d’espaces verts.

Avec MAP

Voir aussi

Régionales de l’Investissement,Banque Populaire,Beni Mellal

Les Régionales de l’Investissement | L’agriculture à l’honneur à Beni Mellal

Après une brève interruption durant la période estivale, «Les Régionales de l’Investissement», qu’organise la Banque …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...