Flash Infos

La protection sociale, l’un des chantiers nationaux dans lesquels le Maroc est résolument engagé

La protection sociale, l’un des chantiers nationaux dans lesquels le Maroc est résolument engagé

La protection sociale constitue l’un des chantiers nationaux dans lesquels le Maroc est résolument engagé, compte tenu de ses dimensions sociale et de développement, en particulier à la lumière des mutations rapides que connaît le monde, soit avant la propagation du coronavirus, durant la crise sanitaire ou après l’épidémie, a affirmé le ministre du Travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amekraz.

Dans une allocution à l’occasion de la célébration du 1er Mai, M. Amekraz a expliqué que le gouvernement a élaboré une stratégie intégrée en matière de protection sociale pour la période 2020-2030, approuvée en novembre 2019 par la Commission interministérielle de pilotage de la réforme de la protection sociale, avec comme objectif de garantir l’accès de l’ensemble des citoyens au panier de soins de base, un revenu aux personnes et familles en situation de précarité, en plus de prestations sociales de qualité aux personnes en situation difficile.

Il a été également procédé à la mise en œuvre d’une série de programmes qui ont essentiellement pour objectif l’amélioration des indicateurs de la protection sociale axés sur trois projets fondamentaux que sont le développement des régimes de protection sociale, leur élargissement pour couvrir de nouvelles catégories et l’amélioration de leur gouvernance, a-t-il relevé.

A cet égard, le ministre s’est attardé sur le Fonds de l’indemnité perte d’emploi qui a achevé l’élaboration d’une étude d’évaluation du régime, laquelle étude a débouché sur une série de scénarios pour l’amélioration de l’indemnisation servie à ce titre.

Ces propositions ont été présentées au chef du gouvernement qui a réaffirmé l’engagement de l’exécutif à assumer un coût annuel de 54 millions de DH comme appui au Fonds, a-t-il fait savoir.

S’agissant de la poursuite de la réforme du régime de retraite, M. Amekraz a précisé qu’une étude a été lancée sous la supervision du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, en vue de mettre en place un système bipolaire, privé et public, conformément au scénario entériné par la commission, et de déterminer les moyens à même de mettre en œuvre la réforme convenue.

Il a à cet effet relevé qu’en application de la décision du conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), une étude a été réalisée autour de la réforme du régime de pensions qui propose des scénarios actuellement en cours d’examen par le comité de gestion et d’étude relevant de la CNSS.

Dans le cadre du développement du régime de protection sociale, le responsable gouvernemental a souligné que le taux de la couverture sociale a atteint environ 64% dans les secteurs privé et public, le Régime d’assistance médicale (RAMED) pour les personnes à revenus limités et dans certains régimes tels que le régime de sécurité sociale pour les étudiants, les mutuelles et les entreprises d’assurance, en attendant une augmentation de ce pourcentage grâce à l’activation progressive du système de couverture médicale de base pour les employeurs indépendants et les professions libérales.

Le gouvernement, a-t-il poursuivi, a accordé une attention particulière à ce chantier, destiné à garantir la couverture sociale et médicale de manière progressive à plus de 5,5 millions de professionnels et de travailleurs indépendants ainsi qu’aux non salariés qui exercent une activité libérale.

Dans le souci de la concrétisation de cette mesure, des décrets relatifs à certaines catégories ont été publiés depuis le 21 octobre 2019 (les adouls, les sages-femmes et les professionnels de la rééducation), tandis que des négociations sont toujours en cours concernant d’autres professionnels, selon le ministre. Ainsi plusieurs réunions de coordination et de concertation ont été organisées avec les parties concernées, en vue de mettre en œuvre cette couverture au profit des différentes catégories, en particulier les professionnels de la santé, les chauffeurs de taxis, les auto-entrepreneurs, les huissiers de justice, les guides touristiques, les commerçants, les artisans et les agriculteurs.

Au sujet de l’amélioration de la qualité des services offerts aux victimes des accidents de travail, M. Amekraz a rappelé la hausse de 20% de la valeur des allocations versées aux victimes des accidents de travail à travers l’adoption du projet de décret 2.19.770 publié le 8 octobre 2019, ajoutant que le ministère a pris deux décisions conjointes du ministre du Travail et de l’insertion professionnelle et du ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration.

Ces décisions visent à confier les pouvoirs dévolus au conseil d’adminis­tration de la Société fraternelle de secours mutuels et orphelinat du personnel des services civils de la sécurité publique à des administrateurs provisoires conformément aux dispositions de l’article 26 du dahir n°1.57.187 du 12 novembre 1963 portant statut de la mutualité.

Avec MAP

Voir aussi

Adoption d’un projet de décret portant création de nouveaux cercles et caïdats

Conseil de gouvernement | Adoption d’un projet de décret portant création de nouveaux cercles et caïdats

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un projet de décret portant création de nouveaux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.