La Mosquée Oueld El Hamra de Casablanca

La Mosquée Oueld El Hamra de Casablanca

D’une capacité de 1.500 fidèles, la mosquée Oueld El Hamra a été édifiée par le Sultan Sidi Mohamed Ben Abdellah en l’an 1204 de l’Hégire correspondant à 1789.

La mosquée qui a connu des travaux de rénovation, fut achevée sous le règne du sultan alaouite Moulay el Hassan (1873-1894). Sa construction est liée à l’augmentation considérable de la population de l’ancienne médina à la fin du XIXe siècle, qui imposa l’aménagement de lieux de culte. Le chantier a donné lieu à un nombre considérable de correspondances: en témoigne par exemple une lettre portant le sceau du sultan et adressée à son caïd El-Hadj El-Arbi Berricha, lui ordonnant d’aménager la toiture du bâtiment. Le caïd ne disposant pas des fonds nécessaires, la seule solution consistait à trouver un mécène.

L’allusion à la couleur rouge («Hamra») figurant dans la dénomination usuelle de la mosquée tiendrait, selon certains, au fait que son mécène avait coutume de teindre sa barbe au henné, produit de beauté utilisé généralement par les femmes ; pour d’autres, cette dénomination viendrait tout simplement de ce que ledit mécène était originaire de Marrakech, la «ville rouge».

La mosquée est située en face du port et donne sur le boulevard de la Corniche et la rue de la Marine ; à sa droite se dresse l’ancienne résidence de France (actuelle Maison de l’Union). Ses toits à deux pentes, récemment recouverts de tuiles vertes, font référence aux nefs de la Qaraouiyine à Fès. Si le bâtiment a été élevé au XIXe siècle, une de ses portes date de la fin du siècle précédent. La mosquée a été construite dans un style architectural marocain classique, avec quatre portes principales, et son intérieur est d’une grande sobriété.

En 2017, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a procédé à l’inauguration de la Mosquée Oueld El Hamra qui a fait l’objet de travaux de restauration et de rénovation. Faisant partie intégrante du programme national de réhabilitation des mosquées et salles des prières menaçant ruine. La réhabilitation par le ministère des Habous et des Affaires islamiques de ce lieu historique et hautement symbolique de l’ancienne médina de Casablanca est un projet capital pour la préservation de la mémoire collective. Mobilisant des investissements de l’ordre de 8 MDH, les travaux de réhabilitation ont porté sur la consolidation et la reconstitution des plafonds, de la salle de prière et du minaret, ainsi que la réalisation d’un toit ouvrant au niveau du patio.

Ce projet a aussi concerné le renforcement des fondations, la réparation des fissures, le revêtement du sol, la rénovation des réseaux d’eau, d’électricité et d’assainissement, et la restauration à l’identique de l’ensemble des éléments en bois ainsi que des composantes décoratives.

Hamid Dades

Voir aussi

Langue française | Deux marocains remportent le prix de l’éloquence

Deux lycéens, Malak Belahcen et Amine Lehna, ont été proclamés vainqueurs à la phase finale …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.