Guerre de Tchétchénie

Guerre,Tchétchénie,russie

La seconde guerre de Tchétchénie est un conflit armé qui opposa l’armée fédérale russe aux indépendantistes tchétchènes du 26 août 1999 au 6 février 2000, jour de la prise de Grozny, la capitale de la république, par les troupes russes.

Cependant, des opérations de contre-insurrection perdurèrent jusqu’au 16 avril 2009 et un conflit de basse intensité se fit sentir encore pendant des années.

La guerre se solda par  une forte répression du peuple tchétchène et par la réinsertion de la Tchétchénie dans la fédération de Russie. Il s’agit du conflit le plus violent qu’aient connu l’Europe et l’ex-URSS depuis la Seconde Guerre mondiale, certains commentateurs allant même jusqu’à parler de «génocide». Deux décennies plus tard, cette république musulmane vit sous le régime ultra-autoritaire de Ramzan Kadyrov, figure indissociable du pouvoir de Vladimir Poutine.

Car c’est le Président russe en personne qui place Ramzan Kadyrov à la tête de la Tchétchénie en février 2007. Après un court intérim de deux semaines, Ramzan Kadyrov devient Président et s’installe de façon permanente à Grozny. En Russie, tout le monde savait que Kadyrov monterait vite en grade car le courant passe très bien entre lui et Vladimir Poutine. Les Tchétchènes ont acquis une réputation de féroces guerriers, depuis les deux guerres qui les ont opposés à la Russie, la première de 1994 à 1996 et la seconde de 1999 à 2014. Ces guerriers sont actuellement présents en Ukraine des deux côtés de la ligne de front. Les Tchétchènes réfugiés en Ukraine depuis les guerres qui ont ravagé leur pays soutiennent les forces armées de ce pays. Leur implication est presque passée inaperçue. En revanche, l’annonce en grande pompe le 25 février 2022 de l’envoi des troupes de Ramzan Kadyrov en Ukraine pour combattre aux côtés de l’armée russe a fait grand bruit dans les médias occidentaux.

Lire aussi
Ankara et Moscou réitèrent leur volonté de réduction des tensions en Syrie

P. Zehr

Voir aussi

ESPAGNE/ Madrid

Madrid réduit sa prévision de croissance pour 2022

Le gouvernement espagnol a réduit ses prévisions de croissance de l’économie espagnole à 4,3 % …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...