Sahara | Appel à l’ouverture d’un Institut Français à Dakhla

M’Jid El Guerrab député du groupe Agir ensemble

Le député français d’origine marocaine a interpellé le gouvernement français sur l’absence « toujours » d’un Institut Français dans les provinces du Sud du Maroc, alors qu’il existe dans le Royaume le plus grand réseau d’instituts français au monde.

Dans une question écrite, , député des Français de l’étranger dont la circonscription couvre l’ du Nord et l’ de l’Ouest, a interrogé le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, , sur «la création d’un nouvel Institut Français dans le Sud du Maroc».

«Dans le Royaume, il existe le plus grand réseau d’instituts français du monde: des antennes sont établies dans les villes d’Agadir, de Casablanca, d’El-Jadida, d’Essaouira, de , de Kénitra, de Marrakech, de Meknès, d’Oujda, de , de Tanger et de Tétouan. A ces 12 établissements s’ajoute l’Alliance Française de Safi. Ce réseau porte le rayonnement de la langue et de la culture française à l’étranger, or, il n’est présent que sur la moitié du territoire marocain, Agadir étant l’antenne se trouvant la plus au sud du Royaume», souligne le député français.

Sahara | La prééminence de l’initiative d’autonomie mise en avant lors d’un colloque à Settat

Pourtant, constate-t-il, «l’un des principaux enjeux du rayonnement de la francophonie se trouve au sud du Maroc, où les populations sont plus tournées vers l’aire culturelle hispanique».

«Afin de rétablir l’équilibre entre la partie nord et la partie sud du Maroc, il est nécessaire que soit créé un nouvel Institut Français au Maroc pour couvrir l’ensemble du territoire, idéalement située dans la ville de Dakhla », a-t-il préconisé.

«Je suis un fervent soldat de la francophonie. Je propose donc cette idée de création d’un Institut Français en espérant qu’elle reçoive l’accord des autorités françaises », a indiqué M’Jid El Guerrab dans un entretien lundi à la MAP.
« Quand on regarde l’ dans sa globalité, on trouve des Instituts français partout. Toutefois, il y a un endroit où on ne trouve pas d’Instituts Français, il s’agit bel et bien du Sud du Maroc », a regretté le député français.

« Ce serait à Dakhla, car dans le Sud du Maroc, une aire plutôt hispanique où les gens sont plus enclins de parler espagnol de par l’histoire, la culture», a-t-il plaidé.

** Laâyoune

Après avoir relevé la forte présence des opérateurs économiques français dans le Sud du Maroc, notamment à Dakhla, le député franco-marocain a regretté le vide qui existe sur le plan culturel: « il y a seulement deux lycées français homologués par l’Éducation nationale, un à et un à Dakhla », a-t-il déploré.

« Aujourd’hui, nous avons des lycées, nous avons une chambre de commerce et d’industrie franco-marocaine (La ) qui a une antenne à Dakhla. Nous avons aussi énormément d’acteurs et d’opérateurs économiques qui sont sur place…, mais il manque effectivement cette antenne culturelle française que sont les Instituts français», a-t-il dit.

LR/MAP

Voir aussi

Le Roi Mohammed VI préside à Marrakech une veillée religieuse en commémoration de l’Aïd Al-Mawlid

SM Le Roi préside ce vendredi une veillée religieuse pour commémorer la disparition de feu Hassan II

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, présidera, vendredi au Mausolée …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...