Biden-Riyad | Le Roi, pas le Prince

biden riyad

Pour la Maison-Blanche, l’interlocuteur du Président américain doit être le Roi d’, et non pas le Prince . L’homme fort de Riyad avait eu les faveurs de , mais la nouvelle administration souhaite un «recalibrage» des relations saoudo-américaines comme déjà évoqué ici.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a déclaré [le 17 février] que souhaite ‘recalibrer’ les relations avec l’, et qu’il considère que son «interlocuteur est le Roi Salmane, et non pas le Prince Mohammed», rapporte le journal britannique The Guardian.

«À , la question est de savoir si cela représente seulement une rebuffade symbolique, ou plus sérieusement une volonté de faire pression [pour obtenir] une mise à l’écart de MBS de la ligne de succession dynastique», ajoute le journal.

Cette intervient alors que la nouvelle administration américaine avait déjà marqué sa prise de distance vis-à-vis de la étrangère menée sous les auspices du jeune Prince. Début février, elle a en effet annoncé la fin du soutien américain aux opérations offensives des Saoudiens dans la guerre du Yémen. Qui plus est, note The Guardian,  se prépare à publier un rapport sur l’assassinat de , le journaliste saoudien tué et démembré au consulat saoudien à Istanbul en 2018.

Lire aussi
Riyad | Ouverture du sommet virtuel du G20 sous la présidence de l’Arabie Saoudite

Cela étant, pour l’actuelle administration, la question «va probablement bien au-delà des analyses des services du renseignement sur l’implication personnelle de MBS dans ce meurtre», écrit le journal en citant Michele Dunne, directrice du programme Moyen-Orient à la Fondation Carnegie .

P. Zehr

Voir aussi

Maroc,Espagne,Grande-Marlaska,sécurité,économie,culture

Grande-Marlaska | Le Maroc, un voisin absolument stratégique et fiable

Le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a qualifié, vendredi, le Maroc de “voisin stratégique …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...