Algérie : Le Club des magistrats refuse de superviser les élections présidentielles

Algérie : Le Club des magistrats refuse de superviser les élections présidentielles

Des magistrats, maillon important de l’organisation des scrutins en Algérie, ont annoncé samedi à Alger qu’ils allaient boycotter la supervision de l’élection présidentielle du 4 juillet, en soutien au mouvement de contestation.

Le président par intérim Abdelkader Bensalah a annoncé mercredi l’organisation d’un scrutin présidentiel le 4 juillet, pour trouver un successeur à Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné après avoir été lâché par l’armée à l’issue de plusieurs semaines de manifestations monstres.

Les contestataires sont néanmoins redescendus dans la rue en nombre vendredi, estimant que les dirigeants actuels, issus du “système” Bouteflika, ne peuvent garantir un scrutin libre et équitable.

Plus d’une centaine de magistrats ont manifesté devant le ministère de la Justice à Alger samedi, à l’appel du Club des magistrats, une organisation en cours de constitution qui se présente comme l’organe regroupant la majorité des juges en rupture de ban avec le Syndicat national des magistrats (SNM), proche du pouvoir.

“Le Club des magistrats a décidé de boycotter l’opération de supervision de l’élection présidentielle”, a déclaré Saad Eddine Merzoug, juge d’instruction à la Cour d’El Oued (nord-est)

Les magistrats jouent un rôle majeur dans l’organisation des scrutins en Algérie, car ils sont notamment chargés de superviser le fichier électoral, point de discorde récurrent entre l’opposition et le pouvoir.

Une révision exceptionnelle des listes électorales est prévue du 16 au 24 avril, dans la perspective du scrutin du 4 juillet.

Le Club des magistrats compte des représentants dans toutes les cours de justice et tous les tribunaux du pays, selon M. Merzoug, qui n’a pas donné de chiffre exact.

Les manifestants ont proclamé leur attachement à l'”indépendance de la justice”, malmenée depuis des années, selon eux, par un pouvoir dont la rue réclame le départ depuis le début des manifestations contre le régime le 22 février.

“Chaque vendredi, le peuple réitère son rejet des propositions du pouvoir. Ces manifestations sont un référendum en faveur d’une transition pilotée par des personnalités consensuelles”, a estimé Nourredine Benissad, un des ténors du barreau d’Alger et défenseur des droits de l’Homme.

“Il n’est pas aisé d’être magistrat en Algérie et de boycotter la supervision des élections”, a souligné de son côté l’avocat et militant Mustapha Bouchachi. “Par le passé, le pouvoir a utilisé les magistrats comme alibi pour imposer ses candidats par la fraude électorale”.

Avec AFP

Voir aussi

Vaccin Pfizer Biontech

Le vaccin Pfizer-BioNtech efficace à 85 % 2 à 4 semaines après la 1ère dose

La première dose du vaccin contre la COVID-19 du duo pharmaceutique Pfizer/BioNtech est efficace à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.