samedi 20 juillet 2019

En direct de Syrie : Le temps de l’indifférence

Après Alep et la Ghouta, le drame de la guerre syrienne se rejoue à Idleb, sous les yeux d’une communauté internationale muette et impuissante. Le conflit, qui secoue la région depuis 2011, a quitté la Une des journaux après la défaite territoriale du groupe Etat islamique (EI) en mars. L’indignation des débuts a fait long feu et les ONG désespèrent de réveiller la communauté internationale. «Le monde entier regarde le massacre qui se déroule et le passe sous silence. L’ONU n’a pas bougé le petit doigt», accuse Mohammad Zahed Al-Masri, de l’Alliance des ONG syriennes (SNA).

Depuis fin avril, le régime de Bachar Al-Assad et son allié russe bombardent les secteurs jihadistes de la province d’Idleb (nord-ouest), la dernière qui échappe encore à son contrôle avec le nord-est kurde. Plus de 300 civils ont été tués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) et plus de 270.000 personnes déplacées, d’après l’ONU. Au moins 23 hôpitaux et cliniques, mais aussi plusieurs écoles, ont été touchés par les bombardements. La Russie, arbitre de la crise, affirme viser des «terroristes» à Idleb, en grande partie contrôlé par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’Al-Qaïda). Début mai, Moscou s’est opposé à une initiative du Conseil de sécurité de l’ONU, pour faire baisser la tension dans la province. «Les Américains sont coincés, ils n’arrivent pas à s’insérer dans un dialogue avec les Russes, parce que les Russes ferment la porte», analyse une source diplomatique française. De son côté, le président Macron a tenté, sans grand succès, d’instaurer un dialogue avec Moscou via un groupe de contact réunissant six pays.

P. Zehr

Voir aussi

Irak : Qui fait brûler le nord ?

Attaques de jihadistes, disputes entre propriétaires, conflits ethniques…? Depuis un mois, les terres agricoles du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.