A elle seule, “l’évaluation n’est pas une garantie de la réussite d’une politique publique”

politique publique,Cour des Comptes

L’évaluation ne représente pas, à elle seule, “une garantie de la réussite d’une politique publique”, a indiqué, samedi à Rabat, Zineb El Adaoui, Premier Président de la Cour des Comptes.

Mme El Adaoui qui intervenait lors d’une table ronde sur les politiques financières publiques stratégiques, tenue dans le cadre de la 14ème édition du Colloque international sur les finances publiques (CIFP), a précisé, en revanche, que l’évaluation fait face à un ensemble de risques, notamment la qualité et la fiabilité des données disponibles et le manque de la flexibilité et d’adaptabilité de la politique publique.

S’exprimant lors de la sous-séance axée sur “l’évaluation des politiques publiques”, Mme El Adaoui a rappelé le principe n°3 de la déclaration de Mexico sur l’indépendance des instituts supérieurs de contrôle (ISC) qui stipule que ces instituts se limitent à contrôler la mise en œuvre des politiques et ne contrôlent pas les politiques gouvernementales ou celles des entités publiques.

Pour sa part, Nicolas Brunner, conseiller-maître à la Cour des comptes, officier de liaison INTOSAI pour le Groupe de Travail sur l’Évaluation des Politiques Publiques et des Prorogrammes (EWGPPP) a noté que l’évaluation des politiques publiques est “un outil stratégique pour les décideurs publics”, visant à apprécier l’impact, la pertinence et l’utilité des politiques publiques tout en contribuant à la bonne gouvernance, à la maitrise des dépenses et à l’équilibre des finances publiques.

Lire aussi
Covid-19/ Fonds spécial : Contributions supplémentaires

M. Brunner a en outre énuméré un ensemble d’atouts à saisir par les ISC, à savoir leur positionnement institutionnel, notamment les garanties d’indépendance et leur connaissance des acteurs, les interactions de leurs missions d’appréciation du bon emploi des fonds publics avec l’évaluation des politiques publiques, ainsi que leur capacité à intégrer la dimension territoriale.

Les travaux du quatorzième CIFP avaient démarré vendredi à l’initiative du ministère de l’Économie et des Finances (Trésorerie Générale du Royaume- TGR), en partenariat avec la FONDAFIP, sous le thème “les grands défis des finances publiques du 21ème siècle”.

LR/MAP

Voir aussi

GAFIMOAN,ANRF

Le Maroc préside le GAFIMOAN en 2022 (ANRF)

Le Maroc présidera le Groupe d’Action Financière du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (GAFIMOAN) …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

WeePie Cookie Allow cookie category settings icon

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.

WeePie Cookie Allow close popup modal icon