Parlement Royal rappel des fondamentaux !

Roi mohammedVI ouverture du parlement octobre 2013

La scène politique nationale vient de connaître deux événements de taille, la nomination par SM le Roi Mohammed VI, jeudi 10 octobre, du nouveau gouvernement et l’ouverture, vendredi 11 octobre 2013, de la première session de la troisième année de la 9ème législature.

Dans un important discours adressé aux membres des deux Chambres du Parlement, SM le Roi a rappelé que l’évolution du processus institutionnel dans notre pays est en perpétuel renouvellement et que le mandat parlementaire est une représentation de la Nation, une mission nationale majeure et non une rente politique. De ce fait, le Souverain a appelé les parlementaires à mesurer l’ampleur de cette charge considérable qui exige dévouement et abnégation, ainsi qu’un patriotisme sincère.
Rappelant que la présente législature est considérée comme une législature fondatrice, au cours de laquelle toutes les lois organiques doivent être adoptées, SM le Roi a invité les parlementaires à faire preuve d’un esprit consensuel national et à s’astreindre à une démarche participative, la plus large possible. «Nous vous engageons également, a dit le Souverain, à assumer pleinement vos responsabilités dans l’accomplissement de vos missions législatives. En définitive, ce qui compte pour nous, ce n’est pas seulement la quantité des lois adoptées, mais également et surtout la qualité législative de ces lois».

Un statut d’opposition

Dans le même ordre d’idées, SM le Roi a appelé à l’adoption du statut de l’opposition parlementaire afin que celle-ci puisse remplir son rôle de contrôle de l’action gouvernementale, de formulation d’une critique constructive et de présentation de propositions et d’alternatives réalistes au service des intérêts supérieurs de la Nation. Par ailleurs, le Souverain a souligné la nécessité d’un dialogue constructif et d’une coopération étroite et équilibrée entre le Parlement et le gouvernement dans le respect du principe de la séparation des pouvoirs. Car il s’agit, a dit le Souverain «de garantir une pratique politique saine». S’agissant du mandat communal, local ou régional, le Souverain a rappelé que c’est aux conseils communaux qu’il revient d’assurer la gestion des services de base dont le citoyen a besoin chaque jour. Le gouvernement, quant à lui, se charge d’élaborer les politiques publiques et les plans sectoriels.

Gestion défectueuse

Pour ce qui est du volet gestion des affaires locales et régionales, le Souverain a relevé que si de nombreuses collectivités territoriales bénéficient d’un modèle de gestion raisonnable, il en existe malheureusement d’autres qui pâtissent d’une gestion défectueuse de la part des instances élues. «Je pense ici, a dit le Souverain, aux problèmes que subissent certaines villes, comme Casablanca par exemple que je connais bien et ses habitants auxquels me lient des sentiments d’empathie, d’affection et de fidélité que je porte naturellement à tous les Marocains… C’est à cette ville en effet que j’ai réservé ma première visite en 1999, dès mon accession au Trône de mes glorieux ancêtres».

Casablanca, pôle financier mondial

Compte tenu de la place privilégiée qu’occupe Casablanca en tant que locomotive de développement économique, il y a une forte volonté d’en faire un pôle financier international. Cependant, précise le Souverain, la concrétisation d’un projet de cette envergure «exige avant tout des infrastructures et des services de base répondant aux normes mondiales et requiert en outre la consolidation des règles de bonne gouvernance, la mise en place d’un cadre juridique approprié et la formation de ressources humaines hautement qualifiées». Malheureusement, a relevé SM le Roi, Casablanca ne réunit pas tous ces atouts, elle qui compte parmi les plus riches du Maroc et ne connaît pas concrètement l’essor auquel aspirent les Casablancaises et les Casablancais». «Est-il raisonnable, s’est exclamé le Souverain, qu’elle reste à ce point un espace des grandes contradictions jusqu’à devenir l’un des modèles les plus faibles en matière de gestion territoriale?». Et SM le Roi Mohammed VI de lancer ce constat criant: «Casablanca est la ville des disparités sociales les plus criantes où se côtoient les catégories riches et les classes pauvres; c’est la ville des gratte-ciel et des bidonvilles; c’est le centre de la finance et des affaires, mais également de la misère, du chômage et d’autres maux, sans parler des déchets et des ordures qui en ternissent la blancheur et entachent la réputation».

Sahara, mobilisation et vigilance

Concernant la question du Sahara, SM le Roi a exhorté à une forte mobilisation, une vigilance de tous les instants et des initiatives efficaces aux niveaux internes et externes, pour contrecarrer les ennemis de la Nation où qu’ils se trouvent et déjouer les stratagèmes illégitimes auxquels ils ont recours.
«La question du Sahara, a rappelé le Souverain, n’est pas seulement la responsabilité du Roi, mais elle est également la cause de tous et de chacun». Et d’ajouter: «La situation est difficile et rien n’est encore tranché; les manœuvres des adversaires de notre intégrité territoriale ne vont pas s’arrêter». SM le Roi a affirmé qu’il n’épargnerait aucun effort à tous les niveaux, en tant que représentant suprême de l’Etat et symbole de l’Unité, pour préserver l’intégrité territoriale, la Souveraineté et la Stabilité du Royaume, «fort de l’unanimité de notre peuple fidèle et des efforts conjugués de toutes ses composantes», a-t-il conclu.

Mohammed Nafaa
………………………………………………………

SM Mohammed VI

«J’ai été élevé dans l’amour de la patrie et j’étais témoin comme tous les marocains malgré mon jeune âge à l’époque de l’ambiance de mobilisation et de l’esprit patriote élevé qui avait marqué la récupération de nos provinces du Sahara grâce à la glorieuse Marche verte et au génie de son concepteur Notre Vénéré Père, SM Le Roi Hassan II que Dieu sanctifie sa dernière demeure et, c’est précisément cet esprit qui doit continuer à inspirer nos actes et nos initiatives.
Je demeurerai donc comme vous m’avez toujours connu au premier rang de défenseur de notre intégrité territoriale, à la tête des marches pour le développement, le progrès et la prospérité dans le cadre de l’unité, de la sécurité, de la stabilité et de l’unanimité nationale inébranlable». (Discours Royal à l’ouverture de la nouvelle session parlementaire – vendredi 11 octobre 2013).

 


Voir aussi

Journée d’étude sur la protection juridique de la femme marocaine à l’étranger

Journée d’étude sur la protection juridique de la femme marocaine à l’étranger

La ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger (MRE), Nezha El Ouafi, a affirmé, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.