Livre | Contre vents et marées

Publié en langue arabe en 1976, cet ouvrage de feu Abdallah Ibrahim, «Contre vents et marées», semble plus que jamais d’actualité. Comme l’écrit Tarik Ibrahim, Président de la Fondation Abdallah Ibrahim, dans l’avant-propos, 50 ans sont passés et cet ouvrage a traversé le temps sans aucune ride.  

Grâce à Hassan Benaddi qui a traduit ce texte et à la Fondation Abdallah Ibrahim, la réflexion de celui qui fut une figure marquante de l’histoire politique marocaine est disponible aux lecteurs et lectrices francophones.

Que dit le livre ?

L’évolution des peuples ressemble à des lignes géométriques. Il est des lignes droites et des lignes brisées. Contrairement aux pays d’Europe, la ligne d’évolution du Maghreb s’est historiquement brisée, au moins à trois reprises, au cours de trois mille ans: lorsqu’il est exclu du courant millénaire de la civilisation carthaginoise, pour se latiniser et se christianiser progressivement, sous la férule des Romains ; puis lorsqu’il rompt avec l’influence romaine, pour s’arabiser et embrasser l’Islam.

Son arabité et son Islam deviennent les leviers de sa gloire nationale et les fondements de la grandeur de ses empires.

La ligne se brise une troisième fois lorsque le Maghreb se trouve incapable de suivre le rythme de l’évolution globale de la civilisation humaine. C’était au cours des siècles de la féodalité et de l’inertie. Il s’est trouvé au cours du 19ème siècle face à l’impérialisme international, alors qu’il était miné à l’intérieur par les séquelles de l’asservissement et de l’arbitraire.

Il ne pouvait relever les défis historiques, face aux impératifs de l’urgence et du déséquilibre des forces matérielles. Il ne pouvait faire face à un monde plus complexe et mieux armé. Sa seule chance, c’est qu’il n’était pas seul. Il s’est trouvé dans le même camp que les autres peuples arriérés comme lui, mais qui étaient tous décidés, dans les trois continents, à gagner la bataille du destin.

Dans la préface, Hassan Benaddi souligne que «Somoud Wassatal Issar, le titre (en arabe) du livre qu’il présente («Contre vents et marées»), est le fruit de la méditation d’un homme politique sur l’échec d’une expérience ; celle d’une tentative de réforme par le sommet.

«Au-delà de l’amertume que peut engendrer une grande déception, servi par sa culture et sa grande érudition, Abdallah Ibrahim a pu se hisser au-dessus des péripéties du moment, pour embrasser du regard les contradictions et les problèmes du long cours», écrit H. Benaddi, poursuivant: «Ceux-ci ne s’expliquent que par l’Histoire et dans leur contexte géographique véritable. Les problèmes sur lesquels venait de buter l’expérience de ce gouvernement progressiste, si enthousiaste et si prometteur, dépassent les avanies politiciennes et les compétitions de circonstances. Pour l’auteur, ils sont enracinés dans les profondeurs de trois mille ans d’histoire et concernent, au-delà du Maroc, l’ensemble des contrées du Grand Maghreb. Il décide donc de se pencher sur les trois millénaires d’histoire connue de cette région, pour dégager les difficultés pérennes, les constantes et les défis persistants. Pour A. Ibrahim, c’est au cœur de ces problématiques que réside la véritable explication des échecs. Elles sont au nombre de quatre :

L’organisation politique ou la question des institutions,

Le statut de la terre ou la question de l’évolution socioéconomique,

Le problème de la langue ou la question de l’identité culturelle,

le problème de la construction du Maghreb ou la question de l’unité.

C’est autour de ces enjeux que se noue le drame du Maghreb qui demeure (contrée si riche dont les habitants sont pauvres) en quête permanente d’une unité introuvable!»

Abdallah Ibrahim (1918–2005) est une grande figure du mouvement national, un homme politique marocain progressiste et un professeur de l’enseignement supérieur. En 1945, il s’inscrit à la Sorbonne à Paris où il côtoie, entre autres, André Breton, Jean-Paul Sartre et Louis Aragon…

En 1956, il occupe le poste de ministre du Travail dans le premier gouvernement post-indépendance puis celui de ministre de l’Emploi et des Affaires Sociales dans le second. Deux ans plus tard, il est nommé, par le Roi Mohammed V, Président du conseil du gouvernement et ministre des Affaires Étrangères.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages politiques et littéraires invitant à la réflexion et au dialogue. Il a également écrit un essai consacré à la poésie.

«Contre vents et marées» de Abdallah Ibrahim, traduit par Hassan Benaddi – Editions La Croisée des Chemins, 2021- 120 pages – Prix : 70 DH

Ouvrage de feu Abdallah Ibrahim, traduit par Hassan Benaddi.

Voir aussi

Album MAP 2021,Images of Morocco

Images of Morocco | Parution de l’Album MAP 2021

L’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP) a publié l’«Album MAP 2021, Images of Morocco». Haut en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.