Bitcoin : Le «Niet» de l’Office des changes au Maroc

Bitcoin : Le «Niet» de l’Office des changes au Maroc

La réaction du Maroc ne s’est pas fait attendre. En effet, une semaine après que la société de services numériques MTDS a annoncé accepter les transferts en cryptomonnaie pour le règlement de ses services, l’Office des changes a annoncé l’interdiction des transactions en monnaie virtuelle (bitcoin) au Maroc, mettant en avant «les risques importants» courus par leurs utilisateurs.

Cette décision est justifiée, selon l’institution, par le fait que les monnaies virtuelles ne s’appuient sur la signature d’aucun Etat ou institution et ne sont régies par aucune banque centrale.

Pour le Maroc, ce système de paiement, qualifié d’«alternatif» par ses défenseurs, est un «système occulte» permettant de contourner la législation nationale, très rigide quant aux transactions financières avec l’étranger. Ces dernières ne peuvent être effectuées que via les intermédiaires agréés par les autorités.

Les monnaies virtuelles, dont la plus célèbre est l’emblématique Bitcoin, né en 2009, fonctionnent en effet sans autorité centrale et leur valeur fluctue en fonction de l’offre et de la demande.

«Les transactions effectuées via les monnaies virtuelles constituent une infraction à la réglementation, passible de sanctions et amendes», rappelle l’Office des changes.

Pour rappel, le droit pénal marocain prévoit jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 500 à 20 000 DH (44 à 1.767 euros) d’amende en cas de fabrication, d’émission, de distribution, de vente ou d’introduction sur le territoire du Royaume de «signes monétaires ayant pour objet de suppléer ou de remplacer les monnaies ayant cours légal».

Difficiles à évaluer avec précision, les échanges virtuels pourraient représenter 200.000 dollars par jour au Maroc, selon certains chiffres. Reste à savoir quelle sera la portée de cette interdiction, alors que les Etats sont nombreux à afficher leur hostilité à ces cryptomonnaies.

Hamid Dades

Voir aussi

Bank Al-Maghrib | La masse monétaire progresse

Bank Al-Maghrib | La masse monétaire progresse de 9,2% en janvier

L’agrégat monétaire M3, qui représente la masse monétaire, a enregistré une croissance annuelle de 9,2% …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.