Bagdad | L’hommage à Soleimani

Bagdad,Irak,Qassem Soleimani

Des milliers de partisans de factions armées irakiennes ont appelé au retrait des soldats américains d’Irak, lors d’un rassemblement  à Bagdad pour marquer le 2ème anniversaire de l’assassinat par les États-Unis du général iranien Qassem Soleimani et de son lieutenant irakien.

Les manifestants ont exigé le retrait des soldats américains d’Irak, à deux jours du 2ème anniversaire de l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani et de son lieutenant irakien Abou Mehdi al-Mouhandis par les États-Unis. Le 3 janvier 2020, sur ordre de Donald Trump, un drone armé a pulvérisé le véhicule où se trouvaient Soleimani, architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient et Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro 2 du Hachd al-Chaabi, coalition de factions intégrées à l’État irakien. 

Dans le centre de Bagdad, des milliers de partisans du Hachd al-Chaabi, venus pour certains en famille et avec leurs enfants, ont déferlé sur une place fermée à la circulation, a constaté un correspondant de l’AFP. De grands drapeaux blancs frappés de l’insigne du Hachd, mais aussi des drapeaux irakiens dominaient la foule. «Non à l’Amérique!» ont scandé les manifestants, dont certains brandissaient des portraits de Soleimani et Mouhandis. «Le terrorisme des États-Unis doit cesser», pouvait-on lire sur une pancarte. Dans le cadre des commémorations, une veillée aux chandelles était prévue  à l’aéroport de Bagdad.

Lire aussi
EIIL L’erreur qui lui sera fatale !

Là où, carcasse de fer désarticulée, trône désormais le véhicule qui transportait Soleimani et Mouhandis. À Téhéran, le guide suprême Ali Khamenei a reçu la famille du général iranien tué, en présence du commandant des Gardiens de la Révolution et du chef de la force Qods, unité d’élite chargée des opérations extérieures, autrefois dirigée par Soleimani. Les factions pro-Iran n’ont de cesse de réclamer le retrait des troupes américaines, stationnées dans le pays dans le cadre d’une coalition internationale anti-djihadistes. Le 9 décembre dernier, l’Irak avait annoncé la «fin de la mission de combat» de la coalition, qui conserve à ce jour ses effectifs sur le sol irakien pour poursuivre un rôle de formation et de conseil.

P. Zehr

Voir aussi

Omicron,variants,OMS

Omicron pourrait générer des variants plus dangereux (OMS)

La multiplication des cas d’Omicron dans le monde pourrait accroître le risque d’apparition d’un nouveau …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...