lundi 19 novembre 2018

Le RNI révèle son offre politique : La social-démocratie comme référentiel

Après avoir bouclé ses congrès régionaux, le RNI a présenté à Agadir son identité et son offre politique destinée à l’ensemble des citoyens.

C’est sous le feu nourri des applaudissements et le slogan «Agharass, agharass», adopté depuis l’élection qui a porté à la présidence du parti Aziz Akhannouch (RNI), que les militants RNIstes ont réservé un accueil des plus chaleureux à leur chef de file, au théâtre de plein air, le 24 février 2018 à Agadir, son fief incontestable.

Après le succès de ses congrès régionaux, le parti de la colombe a marqué, ce jour, lors de rencontres marquantes, leur clôture. L’identité et le positionnement renouvelés du parti, ainsi que les grandes lignes de son offre politique destinée à tous les citoyennes et citoyens ont été présentés. Cette étape s’inscrit dans la continuité du schéma de restructuration et de renouveau, annoncés par le président du RNI, Aziz Akhannouch, lors du Congrès national du parti (19-20 mai 2017 à El Jadida). Ainsi, l’événement de clôture des congrès régionaux a été le couronnement d’un riche processus de débat responsable et sérieux entre les dirigeants du parti et ses militants à travers le pays, auquel se sont associés les Marocains du monde et les organisations parallèles du RNI, pour l’élaboration de l’offre politique.

Un programme ambitieux

L’offre présentée par Aziz Akhannouch est un véritable programme que les RNIstes qualifient d’ambitieux. Elle propose des solutions efficaces, basées sur l’écoute et l’échange, tout en prenant en compte les spécificités et les besoins de chaque région du Royaume. Trois mois de débat interne, nourri par les contributions qui prennent en compte les défis, ont été nécessaires.

Dans son long discours, suivi attentivement par des milliers de militants RNIstes, Aziz Akhannouch a présenté les lignes directrices du projet d’offre politique, minutieusement préparé par le parti et auquel les bases ont été associées.

Une politique de proximité

En effet, les dirigeants du parti sont allés, trois mois durant, au-devant des militants dans toutes les régions et une série de discussions a été menée à l’occasion, autour des secteurs prioritaires pour les citoyens, notamment la santé, l’éducation et l’emploi. Le président du parti a, dans ce sens, incité les cadres à faire une politique de proximité, à être à l’écoute des citoyens et de leurs doléances; tout en donnant la parole aux différents corps de métier pour proposer des projets concrets qui répondent aux attentes des citoyens, ainsi qu’aux professionnels qui, de par leurs métiers respectifs, connaissent mieux que quiconque les problématiques et les attentes des citoyens.

L’étape finale des congrès régionaux

A. Akhannouch a informé les militants présents à Agadir, ce 24 février, lors de l’étape finale des congrès régionaux, du résultat de ces grands débats autour de l’écoute des citoyens et de la politique de proximité, lesquels ont permis d’attirer près de cent mille nouveaux adhérents depuis son élection à la tête du parti par le dernier congrès national. Il a expliqué que cette approche a permis au parti de remporter 4 sièges parlementaires sur 5, lors des dernières élections partielles, avec comme objectif premier de donner un sens à la politique visant à servir les citoyens, afin de leur rendre espoir et de rendre crédible cette dernière.

Et pour cause, le patron du RNI a souligné que les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’emploi n’ont pas connu de vraies réformes à même de changer leur situation qui connaît nombre de problématiques. D’où la nécessité pour le parti de présenter des solutions concrètes pour l’amélioration des services de ces secteurs vitaux.

Identifier les priorités

Ces trois secteurs prioritaires, à savoir la santé, l’éducation et l’emploi ont été identifiés et pas moins de 13.000 congressistes ont suggéré des solutions pour les améliorer. Ces propositions convergent vers une priorité, à savoir la préservation de la dignité du citoyen, notamment par la création d’emplois, la promotion de l’économie, l’investissement, l’auto-entreprenariat et l’intelligence territoriale, ainsi que la réforme du système éducatif à travers la lutte contre l’abandon scolaire et l’amélioration du préscolaire.

Intérêt grandissant pour l’emploi

S’agissant du secteur névralgique de l’emploi, Akhannouch lui a accordé un intérêt particulier, au regard de sa relation directe avec les citoyens. Ce qui se fait dans ce domaine, a-t-il souligné, reste insuffisant. Aussi, un emploi convenable, qui garantit au Marocain une vie digne, est indispensable. Ainsi, le président du RNI a estimé que le défi à relever impose de créer 2 millions d’emplois à l’horizon 2025, appelant à mettre l’accent sur les services, grand grenier de l’emploi et aussi sur l’industrie des voitures et des avions. Le discours d’Akhannouch était entrecoupé par des salves d’applaudissements et la répétition en chœur du fameux slogan «Agharass, agharass».

«L’ambition du RNI, a-t-il lancé, est de mettre fin au chômage, ce qui ne sera réalisable qu’en encourageant l’investissement privé et en rendant la confiance aux investisseurs dans le monde des affaires, dans notre pays, en garantissant la sécurité fiscale et juridique». 

La nécessaire réforme de la santé

Volet santé, le président du RNI a appelé à lutter contre les problèmes qui entravent le secteur, précisant que la réforme de la santé, quelles que soient les régions, exige d’adopter le système du médecin de la famille qui aura la responsabilité d’orienter la famille, en matière de soins.

Le RNI a aussi appelé à réformer le secteur et a prôné une révision globale, accompagnée d’une meilleure maîtrise, du circuit des soins. Le parti de la colombe a en outre demandé à revoir la carte de santé selon les besoins de chaque région et la mise en place de «Maisons de santé». Il a également proposé de mettre en place des Facultés de médecine, dans toutes les régions du pays et suggéré, dans ce sens, d’instaurer un quota pour les étudiants de chaque région pour accéder à la Faculté de médecine dans leur région, à condition d’exercer dans cette même zone territoriale après obtention de leur diplôme. Ce qui permettra de soutenir l’équité territoriale et la stabilité professionnelle.

Pour le parti de la colombe, l’amélioration du système de santé passe également par l’amélioration de la situation des médecins. Concernant le RAMED, le RNI a estimé que cet important programme constitue une grande avancée et a appelé à l’amélioration de ses services.

Réforme de l’éducation

Le RNI a plaidé pour la réforme de l’éduction. Dans ce contexte, les interventions et les conclusions durant les différentes étapes des congrès régionaux ont convergé vers l’impératif de combattre l’abandon scolaire et de garantir l’accès à l’éducation. Aussi, le parti a-t-il insisté sur la nécessité de garantir aux enfants de moins de 15 ans l’accès à l’école et appelé à accorder un intérêt particulier au préscolaire, afin de renforcer l’accès au primaire. Le RNI compte, à ce titre, mener un plaidoyer en faveur de l’accès des enfants de moins de 3 ans au préscolaire, partout au Maroc. Il entend également impliquer les auto-entrepreneurs et la société civile en tant qu’acteurs actifs dans le préscolaire.

Le parti a aussi pour objectif de généraliser l’expérience des écoles communales dans le monde rural, tout en luttant contre le sureffectif en classe et en installant les services nécessaires pour le succès de ces écoles: le soutien scolaire, le transport, les cantines scolaires, etc. Il propose également la création d’une Faculté nationale spécialisée dans les métiers de l’éducation et de la formation. Celle-ci permettra la formation des professeurs concernant les méthodes pédagogiques les plus modernes.

Le choix du RNI

Pour Aziz Akhannouch, il n’y a pas de politique sans référentiel clair pour tous. Ce qui veut dire que les RNIstes ont fait un choix sur la base des principes et valeurs qu’ils partagent. Ce choix consiste en une plate-forme de «social-démocratie», en tant que référentiel bâti sur la justice sociale et l’émancipation des citoyens. Et le RNI d’expliquer, afin d’éviter toute équivoque, qu’il ne s’agit nullement d’un centre qui prône la passivité, voire le négativisme, mais que ce choix émane d’une conscience des préoccupations des citoyens. En outre, il prône l’innovation concernant les propositions viables et concrètes, inspirées de la réalité sociale du pays, en dehors de toute logique de démagogie.

«Nous voulons, a dit Akhannouch, un Islam de juste milieu, modéré et qui respecte les autres religions». Et l’Etat, à travers ses institutions, a le devoir de garantir une sécurité sociale à tous les citoyens. L’emploi, a ajouté le président du RNI, est la clé de la dignité de tout citoyen et ce qui est bien pour le Maroc l’est aussi pour tous les Marocains.

C’est le citoyen qui départage

A ceux qui voient en cette offre politique du RNI des considérations d’ordre proprement électoral, le président Akhannouch leur a répondu qu’«ils peuvent dire ce qu’ils veulent, c’est le citoyen qui juge, en fin de compte, tout le monde. Et c’est lui qui nous départagera car, en ce qui nous concerne, nous parlons le langage des programmes, des idées et des projets. Nous évitons de nous concentrer sur les personnes (allusion sans doute aux récentes déclarations de Benkirane) et nous restons fidèles à nos partenaires au gouvernement. Ceci est notre morale et notre éducation au sein du RNI».

«Nous avons un acquis politique, accompagné d’un cumul de gestion de la chose publique, contrairement à celui des donneurs de leçons», a précisé Akhannouch, ajoutant: «J’ai eu l’opportunité de grimper les échelons, de parlementaire à ministre et j’ai appris le sens de la proximité du citoyen et de la solution de ses problèmes quotidiens».

Et le président du RNI de conclure cette présentation de l’offre politique du parti: «L’heure du travail a sonné. Le terrain nous attend. Nous avons une vision encadrée d’un référentiel clair et de valeurs unifiées. Nous allons plaider pour sa mise en œuvre et veiller à la concrétiser à travers les institutions».

DNES à Agadir: Mohammed Nafaa

RNI… La politique autrement

L’évènement de clôture des congrès régionaux du RNI a été l’occasion pour ce parti de dévoiler son identité et son offre politique. C’est aussi le fruit d’un long processus de réflexion auquel ont contribué tous les RNIstes, dans un réel esprit de respect de l’intérêt public et une vision responsable qui prône une nouvelle manière de faire la politique et entend regagner la confiance des citoyens.

PRINCIPES

Les cadres du parti, un réservoir de compétences

Les cadres du RNI sont un réservoir de compétences que le parti met au service de la patrie. C’est lors des différentes étapes de réflexion et de débat que les cadres, attestent les militants RNIstes, ont joué un rôle prépondérant, étant donné leur profonde connaissance des différents secteurs dans lesquels ils opèrent. Ils ont pu ainsi apporter des suggestions et des solutions qui tirent leur force directement de la réalité du terrain.

Aziz Akhannouch: instaurer la confiance

«Ils diront que le RNI prépare sa campagne électorale. Qu’ils disent ce qu’ils veulent. Quant à nous, RNIstes, nous aspirons à un parti organisé qui ouvre les bras à toutes et à tous, pour participer à la gestion de la chose nationale; un parti qui développe et améliore son style de travail et d’action. L’élection n’est qu’un moyen d’instaurer et de restaurer la confiance, car en fin de compte, c’est le citoyen qui nous départagera et le mot de la fin lui appartient».

Des slogans rassembleurs

C’est sous une salve d’applaudissements et des slogans scandés par les militants que le président du RNI est entré dans l’enceinte du théâtre de plein air et a pris place au milieu de responsables du parti, de ministres, de parlementaires et de dignitaires… Les slogans étaient clairs. «Ya Aziz Rtah, Rtah… Sanouassilo Al Massar!». Les militants sont venus de toutes les régions: Aït Chtouka, Souss-Massa Adrar, Tiznit, Ida Outanane… Le discours du président Aziz Akhannouch a été entrecoupé par des slogans qui reflétaient les attentes des militants RNIstes. «Ila Al Amam, ya Nissaâ Al Hamama!».

Un militant: «Le RNI, un parti courageux»

«Le Rassemblement National des Indépendants (RNI) a été la première formation politique à avoir ouvert le dialogue concernant les problèmes des Marocains. Aussi, devrons-nous saluer le courage de ce parti qui a répondu à l’appel du Roi, pour élaborer un nouveau modèle de développement; un parti qui considère à juste titre et prend en compte la dignité des citoyens. Aujourd’hui, nous avons un président, un leader et une direction qui croient en la nécessité de donner la parole au citoyen».

Pour une révolution digitale

Le RNI plaide pour le lancement d’une révolution digitale en associant l’ingénierie, la débrouillardise et le génie marocain aux nouvelles technologies. Le RNI propose aussi d’accompagner, via le réseau digital, un tissu de travailleurs indépendants tout en leur facilitant l’accès au foncier, aux financements bancaires et au microcrédit, ainsi que l’accès aux marchés internationaux.

MN

Voir aussi

Omar Hilale : La 4ème Commission doit se dessaisir de la question du Sahara marocain

Le maintien de la question du Sahara marocain à l’ordre du jour de la 4ème …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.