mercredi 21 février 2018
Flash Infos

Justice : Le taux d’exécution des jugements pointé…

Le taux d’exécution des jugements, sujet d’actualité qui interpelle les citoyens, a été largement débattu lors d’une rencontre à Rabat.

La rencontre, organisée par le ministère de la Justice et des Libertés, en partenariat avec l’Association des avocats du Maroc, s’est tenue sous le thème: «Le jugement administratif entre le respect des droits et des libertés et la réalisation de l’intérêt général».

Lenteur de la procédure

L’ouverture de cette rencontre scientifique nationale a été présidée par le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane. A cette occasion, le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, a pris la parole, relevant l’existence de difficultés qui entravent l’application des jugements liés, selon lui, à la lenteur de la procédure. Ce qui n’empêche pas, a précisé le ministre, que des progrès notoires sont enregistrés. Il a affirmé, chiffres à l’appui, que le taux des dossiers exécutés durant les neuf premiers mois de l’année 2016 est de 53,45% par rapport à l’année 2015, au cours de laquelle le taux des jugements n’a pas dépassé 41,37%

Eloge des magistrats

Intervenant à son tour, le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane a fait l’éloge des magistrats marocains qui, a-t-il dit, «ont quelque chose de particulier». Ce qui fait, selon lui, qu’ils sont agréés dans le monde. «Je me demande souvent: qui des deux est à mettre en tête, la justice ou l’enseignement? Je reste convaincu que la justice devance toute chose. Elle est même la colonne vertébrale de l’Etat», a-t-il soutenu. Et de conclure: «Si notre justice devient irréprochable, je suis sûr que nous serons un grand Etat».

La question de l’exécution des jugements des tribunaux a été largement débattue par les intervenants, lors de cette rencontre qui a vu la participation de hauts responsables.

Gouvernementaux, politiciens, élus et académiciens, lors des trois séances générales, ont décortiqué trois thèmes importants, à savoir les questions d’expropriation pour utilité publique, l’agression matérielle visant le droit de propriété et les affaires des marchés publics.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Opinion publique et bonne gouvernance

Il pleut, ces derniers mois, des sanctions administratives comme le Maroc n’en a jamais connu. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.